Pour pallier l’absence de capteur de luminosité ambiante sur l’un de ses smartphones d’entrée de gamme, Samsung veut utiliser l’appareil photo frontal du téléphone pour ajuster automatiquement la luminosité de l’écran.

Samsung Galaxy A7 (2018) pour illustration

Sauf à certaines occasions ponctuelles, un grand nombre d’utilisateurs (sans doute la majorité) se fient à la luminosité automatique des écrans de leurs smartphones et ne ressentent pas le besoin de modifier ce paramètre. Pour bien s’adapter à l’environnement, un téléphone utilise un capteur de luminosité ambiante placé à l’avant de l’appareil.

Il s’agit donc là d’un composant essentiel, mais son intégration nécessite un coût non négligeable. C’est en tout cas ce que l’on en déduit en en voyant le Galaxy J8 de Samsung qui n’embarque pas de capteur de luminosité ambiante. Ce smartphone d’entrée de gamme conçu essentiellement pour les marchés émergents se veut accessible aux portefeuilles modestes. Il n’empêche que cette omission est bien embêtante pour l’utilisateur.

Un capteur à selfie pour une meilleure luminosité

Le leader de la téléphonie mobile planche ainsi sur une nouvelle méthode d’ajustement de la luminosité de l’écran. Celle-ci repose sur l’appareil photo frontal du smartphone. Le site SamMobile a en effet pu mettre la main sur une capture d’écran réalisée sur un Galaxy J8 indien après une mise à jour. Dans les paramètres d’affichage, l’option « Luminosité automatique » est enfin apparue.

Cependant, en l’activant, un message prévient l’utilisateur : « l’appareil photo frontal va automatiquement prendre une photo chaque fois que vous déverrouillerez votre téléphone. Cette photo sera utilisée uniquement pour mesurer le niveau de luminosité ambiante et ne sera sauvegardée nulle part ».

Samsung n’a pas encore officiellement annoncé le recours à cette astuce, mais il y a de fortes chances que la marque déploie cette fonctionnalité sur l’ensemble de ses futurs smartphones à petit budget. Reste à savoir si cette solution sera aussi efficace qu’un capteur classique de luminosité ambiante et si l’activation répétée de l’appareil photo avant n’aura pas d’impact sur la batterie.

On peut également imaginer que ce soit là pour Samsung une bonne manière d’éprouver son algorithme pour, à terme, proposer cette technologie sur ses smartphones plus évolués afin de réduire toujours plus l’épaisseur de leurs bordures.