Les résultats financiers de Samsung au deuxième trimestre 2019 pourraient être les pires en quatre ans. Et cela serait en partie dû à l’affaire Huawei.

L’affaire opposant Huawei aux États-Unis touche à sa fin, malgré quelques détails encore à régler. Pendant tout le temps de l’embargo américain sur l’entreprise chinoise, il était globalement admis que cette histoire faisait le bonheur de Samsung.

À cause de ce coup dur, Huawei a en effet dû revoir à la baisse ses ambitions de détrôner rapidement Samsung de sa place de leader sur le marché des smartphones. Évidemment, de cet unique point de vue, les effets sont plutôt positifs pour le géant sud-coréen. Mais il ne faut pas oublier que ce dernier œuvre sur plusieurs fronts dans l’industrie des technologies.

Samsung n’est pas seulement une marque de smartphones, c’est aussi, entre autres, le premier fournisseur mondial de puces DRAM et NAND. Or, comme le souligne Reuters, Huawei est l’un de ses principaux clients. Sauf que cette histoire avec les États-Unis a empêché le groupe chinois de s’approvisionner normalement.

À cela s’ajoute le fait que le prix des composants concernés a baissé d’environ 25 % dans le courant du deuxième trimestre 2019 selon les analystes de TrendForce.

Les analystes s’attendent au pire

Ces deux facteurs combinés font que Samsung Electronics devrait annoncer demain (vendredi 5 juillet) des résultats trimestriels en forte baisse. D’après les estimations de Refinitiv SmartEstimate — relayées par Reuters –, le groupe sud-coréen enregistrerait un bénéfice d’exploitation de 5,14 milliards de dollars sur le deuxième trimestre de 2019. Cela représenterait une baisse de 60 % par rapport à l’année dernière et serait le pire trimestre de l’entreprise en quatre ans. 

Il faut dire que la vente de semiconducteurs est le business le plus lucratif pour le groupe Samsung qui en tire presque deux tiers de ses revenus.