Une image de 33 millions de pixels sur une dalle de 216 cm de diagonale, gérée par un puissant processeur et le tout enrobé d’un système audio composé de 12 haut-parleurs, Sony veut résolument placer la barre très haut pour son premier téléviseur 8K… vendu 17 000 euros !

Le Sony KD-85ZG9 est disponible depuis le début de ce mois de juin. Annoncé au CES de Las Vegas en janvier dernier, il s’agit du premier téléviseur 8K (7680 x 4320 pixels) du constructeur japonais, ici dans sa version 85 pouces. Car oui, chez Sony, la 8 K s’apprécie sur une dalle immense de 216 cm de diagonale, voire plus encore puisqu’un second modèle, le KD-98ZG9 (98 pouces, soit 249 cm) sera commercialisé en juillet. Vous vous en doutez sans doute, il s’agit là de modèle très exclusif puisque le 85 pouces est affiché à 17 000 euros et le 98 pouces à… 70 000 euros ! Autant dire que vous n’êtes pas près de trouver ces modèles dans n’importe quelle boutique. Il est évident aussi que ces modèles ne sont absolument pas des téléviseurs qui seront produits en masse puisqu’ils ne devraient toucher qu’une maigre clientèle.

Fiche technique

  • Tailles d’écran disponibles : 85 et 98 pouces (216 et 249 cm)
  • Type d’écran : LCD, rétroéclairage Direct LED en local dimming
  • Définition : 8K (7680 x 4320 pixels)
  • Logiciel : Android TV (8.0)
  • HDR : Oui (HDR10, HLG, DolbyVision)
  • Connectiques : 4xHDMI, 3xUSB, antenne IEC75, 2x satellite, Ethernet RJ45, sortie optique, sortie casque, entrée audio G/D
  • WiFi : 5 GHz (802.11ac)
  • Bluetooth : 4.2
  • Haut-parleur : 80 watts (Techno Acoustic Multi-Audio)
  • Tuner : 2 numériques, 1 analogique, 2 satellites (DVB-T/T2, DVB-C, DVB-S/S2)
  • Consommation annuelle : 882 kWh (85″) ou 1112 kWh (98″)
  • Dimensions avec le socle : 1913 x 1226 x 432 mm (85″) // 2202 x 1395 x 486 mm (98″)
  • Dimensions sans le socle : 1913 x 1141 x 120 mm (85″) // 2202 x 1311 x 111 mm (98″)
  • Poids : 74,5 kg (85″), 101,8 kg (98″)
  • SoC : NA
  • RAM : NA

Ce test a été réalisé avec un téléviseur 85″ mis à disposition par Sony.

Un design immense

Quoi qu’il en soit, nous avons pu tester ce KD-85ZG9 pendant plusieurs heures lors d’un événement organisé par le Sony. L’occasion de réaliser quelques mesures et éprouver quelque peu ce monstre avec quelques contenus (vidéo 8K, streaming, jeux vidéo, etc.). D’autant que cela ne devrait pas se reproduire de si tôt puisque ce 85 pouces est immense et pèse tout de même 75 kilos (102 kg pour le 98 pouces), ce qui complique un peu la logistique pour les tests.

Ajoutons au passage que ce téléviseur n’est pas des plus sexy, mais pas moche pour autant. Il est haut (1,14 m), large (1,91 m) et épais aussi puisqu’il mesure 12 cm de profondeur. Un embonpoint nécessaire, selon Sony, pour y intégrer le système de refroidissement indispensable pour refroidir les composants électroniques, dont le puissant système de rétroéclairage de la dalle.

Une image vraiment très lumineuse…

Techniquement, le KD-85ZG9 exploite une dalle LCD VA 10-bits 100 Hz couplée à un système de rétroéclairage Full LED. Comme toujours, Sony ne donne aucune indication quant aux nombres de zones lumineuses présentes derrière le panneau LCD ou la puissance maximale disponible. Toutefois, certains sites américains spécialisés auraient mesuré 720 zones et un pic lumineux à 4000 nits ! Voilà qui placerait donc ce KD-85ZG9 parmi les meilleurs. Quoi qu’il en soit, à l’œil c’est de toute façon impressionnant. L’image est d’une intensité bluffante et d’un dynamisme quasi inédit.

La multiplication des zones de rétroéclairage permet à Sony de maîtriser les contrastes en affichant des noirs très intenses et des couleurs éclatantes. Évidemment, ce n’est pas encore aussi parfait que sur une dalle OLED, mais le rendu est néanmoins impressionnant. Et s’il n’est pas simple de partager une telle qualité d’image au travers de nos photos, vous pouvez nous croire, les boucles vidéo 8K diffusées par un lecteur spécial Sony en mettent vraiment plein la vue. La densité de 104 ppi (90 ppi sur le 98 pouces) fait ressortir tous les détails avec une précision rarement constatée. Précisons au passage que pour diffuser ces contenus 8K, le constructeur japonais a dû utiliser un boîtier externe, connecté à son lecteur et chargé de mixer les flux de quatre sorties HDMI classiques pour alimenter le ZG9 avec ces vidéos à plus de 33 millions de pixels.

Du côté du téléviseur, sachez qu’on ne parle pas encore de ports HDMI 2.1 puisque celui-ci n’est pas encore totalement ratifié.

La surprise est bonne aussi à la lecture d’une vidéo Ultra HD sur Netflix. L’upscalling est bon et pourtant nous sommes sur un flux compressé qui oscille entre 15 et 17 Mbits/s. Le constat est le même lorsqu’on visionne un Blu-ray 4K – à vrai dire, c’est même encore mieux. Aucun doute, le processeur Sony X1 Ultimate fait une nouvelle fois ses preuves en matière de traitement vidéo, même si on aurait aimé en juger sur une source TNT upscallée.

Les performances de cette dalle et du processeur s’apprécient aussi en mode « jeu vidéo » sous lequel nous notre courte expérience ne nous a pas permis de constater le moindre problème. Notons juste que nous avons pu mesurer un retard à l’affichage – soit le délai entre lesquels le port HDMI reçoit le signal et le moment où la dalle l’affiche – de 20,1 ms. Ce téléviseur 8K est un cran en dessous de ce que nous avons pu mesurer sur d’autres téléviseurs LCD, y compris sur le Sony KD-75XG95 — Samsung ayant réalisé une performance supérieure encore avec 14 ms sur son QE65Q85R

… et bien calibrée aussi

Bien que nous n’ayons eu que quelques heures pour évaluer les principales performances du KD-85ZG9, qui porte notamment le label Master Series pour l’excellente calibration qu’il revendique. Pendant nos tests, nous avons pu le soumettre à quelques mesures techniques qui ont confirmé notre ressenti, justement en matière de fidélité des couleurs. En mode cinéma notre sonde relève une excellente fidélité, mesurée à seulement 1,34 – rappelons que plus la valeur est proche de 0 est meilleur est le rendu.

Quant à la fidélité des couleurs, là aussi le résultat est très bon puisque nous avons mesuré 2,77, soit une fidélité meilleure que ce que peut percevoir l’œil humain.

Lorsqu’on demande à Sony quelle est la couverture promise pour l’espace DCI-P3, celui-ci répond assez humblement qu’elle est d’environ 90 % . On dit humblement, car certains constructeurs n’hésitent pas à indiquer que leurs dalles sont capables de reproduire 99 % du DCI-P3. Ici, la promesse de Sony semble est tenue, mais il est vrai que le résultat est légèrement en deçà de ce que parvient à produire Samsung avec sa technologie QLED (lire notre test du Samsung QEQ85R).

Enfin, nos dernières mesures nous permettent de constater que la température du blanc en mode cinéma reste légèrement au-dessus des 6500 K de référence.

Un monstre qui a du coffre

Nous ne nous attarderons pas sur l’interface du téléviseur. Le KD-85ZG9 reprenant la base du KD-75XG95, on peut dire qu’Android TV fonctionne très bien. On y retrouve également les quelques optimisations qui permettent d’accéder plus facilement à certains réglages du téléviseur. On retrouve également deux micros sous le téléviseur pour piloter Google Assitant, mais aussi Alexa – si vous disposez toutefois d’une enceinte connectée compatible.

Saluons en revanche l’effort réalisé sur la partie audio. Il faut bien que le coût prohibitif de ce téléviseur se justifie ! Cela passe donc par une électronique de qualité, dont une technologie Sony Acoustic Multi Audio. Celle-ci se résume en l’intégration de 12 haut-parleurs et 2 caissons de basses. Plus en détail : Sony a intégré deux médiums et un tweeter à chacun des quatre coins du téléviseur auxquels s’ajoutent deux caissons de basses, composés eux-mêmes de deux voies, logés à l’arrière. Selon Sony, la puissance totale serait de plus de 80 watts.

Impossible à vérifier, mais là aussi on peut vous assurer que l’ensemble ne manque pas de punch. On aime d’ailleurs la manière dont Sony a intégré les enceintes. Le fait qu’elles soient disposées (et camouflées) dans le haut et le bas de la dalle donne un effet de spatialisation intéressant.

Note finale du test 8/10
Sans surprise, le KD-85ZG9 délivre, comme les derniers téléviseurs de Sony, une très belle qualité d'image et un rendu audio des plus convaincant. Le processeur X1 Ultimate fait des merveilles aussi bien dans le traitement de l'upscalling que dans la gestion de la fluidité, l'image est lumineuse et la très grande densité de points confère une netteté impeccable.

Pour autant, nous n'en attendions pas moins pour un téléviseur vendu 17 000 euros, d'autant que Sony indique avoir fait le nécessaire pour calibrer ses dalles, notamment en s'appuyant sur le rendu parfait son moniteur professionnel de post-production, le BVM-X300. Faut-il alors acheter un tel modèle ? Sans doute pas, pas pour l'instant et pas à ce niveau de prix. Mais le 85ZG9 vend du rêve et, surtout, permet de constater que même si le contenu 8K n'existe pas pour le grand public, les dalles existent et l'upscalling permet d'obtenir des résultats très corrects.

Voyez plutôt ce téléviseur comme une performance technique hors de portée financière pour bien des gens.
  • Points positifs
    • La qualité de l'image
    • La très haute densité de points
    • L'efficacité du processeur X1 Ultimate
    • La qualité de la technologie Multi Acoustic Audio
  • Points négatifs
    • Le prix très élevé
    • Le design presque « industriel »