Test du Sony Pulse 3D : petit prix et immersion presque parfaite pour le casque officiel de la PS5

 

Introduction

Pour aller de pair avec sa PlayStation 5 et la promesse de son 3D immersif, Sony a dévoilé le casque Pulse 3D. Un design qui rappelle la nouvelle console et un produit focalisé sur le son et l'immersion, assorti d'un prix très léger.

Le casque Sony Pulse 3D pour PS5

Le casque Sony Pulse 3D pour PS5 // Source : Frandroid – Melinda DAVAN-SOULAS

Avec la PlayStation 5, Sony a dégainé toute une galaxie d’accessoires. Il y a évidemment la manette DualSense, une télécommande, mais aussi un casque baptisé Pulse 3D pour profiter pleinement de la promesse d’immersion auditive 3D de la console. À 99 euros, le pari de Sony, spécialiste des casques audio, est-il réussi pour le gaming ? Nous avons prêté une oreille au nouveau venu.

Original, mais une sensation un peu plastique

Quand on le voit pour la première fois, il ne fait aucun doute qu’il est avant tout fait pour aller avec la PlayStation 5. Le Pulse 3D est un casque-micro sans fil qui en reprend le design blanc et noir futuriste pour compléter la panoplie parfaite du petit gamer PS5.

Il est composé d’un arceau plastique blanc intégrant à chaque extrémité les écouteurs circum-auraux en similicuir qui vont englober votre oreille. Ceux-ci ne sont pas portés par des tiges flexibles, mais bel et bien reliés à l’arceau par une large pale en plastique avec un peu de jeu pour l’ajuster à la morphologie de votre tête. Le dessin de l’ensemble avec la courbure finale de l’arceau qui vient englober l’oreillette donnerait au premier coup d’œil envie de le positionner à l’envers, mais il faut bien mettre l’arc blanc vers l’extérieure.

Pour rappeler qu’il va avec la console nouvelle génération de Sony, on retrouve le logo PlayStation sur chaque branche et, à l’intérieur de l’arceau, la texture de la manette et de la console façon grip avec les micro logos des touches de la manette (carré, triangle, croix, rond) en relief sur fond noir.

Première surprise, il n’y a pas de réglage possible. C’est en fait la bande en silicone noire intérieure qui va adapter le port du casque. C’est elle en fait la véritable variable de réglage pour le port du casque avec une amplitude d’environ 3 à 4 cm. C’est étrange de prime abord, mais le résultat est plutôt efficace et le Pulse 3D s’avère agréable à porter.

On ne retrouve pas de renfort en mousse sur le haut du crâne et cela à de quoi surprendre, mais la bande en silicone évite ainsi la pression en reposant délicatement sur la tête, sans appuyer.

L’ajustement du Pulse 3D sur la tête se fait avec l’aide d’une lanière en silicone

L’ajustement du Pulse 3D sur la tête se fait avec l’aide d’une lanière en silicone

La forme très ronde des oreillettes peut également étonner. Si vous avez des oreilles plutôt grandes, attention à ce que ce ne soit pas trop petit comme format. Autre signe que le Pulse 3D n’a pas misé sur son design : les coussinets ne sont pas interchangeables ni remplaçables.

Comme il s’agit d’un casque pour votre console, il n’est pas prévu pour la balade en extérieur. Aucun système de pliage ou de rangement n’est donc logiquement prévu. Il n’a pas non plus de socle prévu.

Des boutons à prendre en main

Au niveau des boutons, on trouve tout sur l’oreillette gauche : marche/arrêt, volume, le port USB-C de charge, le port jack, le bouton pour activer le micro, l’activation monitor (accentuation du retour voix), ainsi qu’un curseur pour valoriser le son du jeu par rapport à celui du chat ou inversement. Une fois qu’on a pris ses marques, les boutons sont assez bien répartis pour être faciles d’accès. Mais il arrive souvent, en voulant repositionner le casque, que l’on active les boutons de réglage chat/jeux.

Les boutons sont tous regroupés sur l'écouteur gauche du Pulse 3D

Les boutons sont tous regroupés sur l’écouteur gauche du Pulse 3D // Source : Frandroid – Melinda DAVAN-SOULAS

Deux micros complètent le Pulse 3D qui a l’avantage de ne pas avoir d’excroissance pour venir perturber la rondeur du design général. On pourrait presque prendre le casque de Sony pour un casque traditionnel et non gaming.

Si vous voulez le brancher en filaire, un câble est prévu. Il pourra alors se relier à la manette DualSense ou bien au port Jack d’un appareil mobile. Mais sans profiter évidemment des commandes.

De gauche à droite : le casque JBL Quantum 600, le Pulse 3D, le Turtle Beach Stealth 700 Gen

De gauche à droite : le casque JBL Quantum 600, le Pulse 3D, le Turtle Beach Stealth 700 Gen // Source : Frandroid – Melinda DAVAN-SOULAS

Si le design est plutôt réussi et sobre, l’ensemble ne fait pas spécialement haut de gamme et raffiné. Le matériel est solide, mais plastique et l’on peut avoir une première impression de fragilité. On est certes loin du design parfois outrancier et énorme de certains casques gaming. Mais ils ont le mérite de sembler plus costauds. Le positionnement tarifaire du Pulse 3D y est aussi pour beaucoup.

Un casque gaming assez basique

Le Pulse 3D est un casque prévu initialement pour être utilisé avec la PlayStation 5 ainsi que la PS4 et le casque de réalité virtuelle PSVR. Les consoles n’embarquant pas nativement de Bluetooth, ce n’est pas un casque prévu pour cet usage. Il ne fonctionne donc pas sans fil avec un autre appareil, un smartphone ou autre pour écouter de la musique. Il se connecte en fait à votre console par le biais d’un dongle fourni à brancher sur le port USB de celle-ci pour profiter d’une connexion sans fil 2,4 GHz. Le jumelage se fait simplement à l’allumage du casque avec un appairage immédiat. Aucun autre paramétrage n’est nécessaire. En cela, c’est un petit bonheur. À peine sorti de la boîte, il est branché et utilisable sans rien faire de plus que de l’allumer.

Le dongle pour connecter le casque-micro Pulse 3D à la PS5

Le dongle pour connecter le casque-micro Pulse 3D à la PS5 // Source : Frandroid – Melinda DAVAN-SOULAS

Évidemment, en tant que casque gaming, les possibilités sont réduites. On ne trouve pas de NFC pour l’appairage, d’application pour des réglages supplémentaires ou encore de réduction de bruit active. L’épaisseur des écouteurs et leur structure servent de réduction de bruit passive en quelque sorte. Elle est néanmoins loin d’être convaincante et, dans un environnement très bruyant, vous ne serez pas totalement isolé. À noter que le casque ne passe pas en veille lorsque vous le retirez. Mais il finit par se couper au bout de plusieurs minutes d’inactivité. Il faudra alors l’éteindre, puis le rallumer pour le reconnecter.

Grâce à l’adaptateur fourni, il est en outre possible de connecter son casque Pulse 3D à un PC sous Windows ou un Mac. Vous pourrez alors en profiter comme un casque sans fil.

Le casque est assez léger (295 grammes) et le poids bien réparti. On peut le porter un moment avant de le ressentir. Il sera donc le bon compagnon pour des sessions de jeu un peu longues. Si vous portez des lunettes, vous ne serez pas particulièrement gêné ou oppressé. Les coussinets rendent le tout agréable.

Le son 3D au rendez-vous

Le Pulse 3D embarque deux drivers de 40 mm. Le son 3D est bien présent en jeu grâce notamment à la technologie Tempest 3D AudioTech conçue par Sony pour la PlayStation 5 (avec les jeux compatibles). Que vous soyez au milieu d’une scène de rue bondée dans Spider-Man : Miles Morales, au cœur des combats dans Assassin’s Creed Valhalla ou plongé dans l’ambiance sonore sombre de Demon’s Souls avec ses multiples sons parfois inquiétants qui jaillissent de tous les côtés, on perçoit bien l’origine du bruit et on a l’impression que le son nous entoure. C’est assez immersif et la promesse annoncée est tenue.

Sur le jeu Astro’s Playroom, terrain d’expérience de la PS5, le casque met aussi le mieux en avant la technologie Tempest 3D AudioTech, avec sa multitude de surfaces bruitées (neige, sable, herbe, terre…), d’éléments et d’ennemis qui viennent de tous les côtés. On sent bien le son passer d’une oreille à l’autre en fonction des événements à l’écran.

Astro’s Playroom

Astro’s Playroom // Source : Capture dans le jeu

On ne note évidemment pas de décalage entre le son et l’image grâce à la connexion sans fil 2,4 GHz qui promet une latence quasi inexistante. L’audio proposé est ainsi clair et équilibré, on détaille les éléments à l’écran aisément, même ceux en arrière-plan. Dans les jeux où la musique peut être marquée, nos oreilles ne sont pas agressées par les basses. L’expérience est très agréable et on y gagne nettement par rapport au simple son de la TV, avec une véritable impression d’être au cœur du jeu d’un point de vue sonore.

Si vous voulez peaufiner le son, vous pouvez vous rendre dans les paramètres de la console. Sur PS5, vous pourrez définir votre profil audio 3D parmi 5 variantes (du plus haut au plus bas).

Le casque est aussi très agréable pour profiter d’un film sur un service de streaming disponible (Disney+, Netflix ou Apple TV) ou sur Spotify depuis la PS5, avec un son de qualité. Mais il peut aussi fonctionner via son dongle sur ordinateur et Mac, en réglant le volume depuis le casque. Plus qu’un simple casque gaming pour PS5 (et PS4 !).

On va néanmoins tempérer un peu l’enthousiasme. On parle ici d’un casque à 99 euros. Et pour ce prix-là, la qualité est très bonne. Mais ne vous attendez pas à une expérience hi-fi. La spatialisation est agréable et de qualité, mais elle a de la marge. Certains casques PC avec un son surround sont plus impressionnants (notamment le JBL Quantum One). Nul doute que Sony devrait nous sortir prochainement une version améliorée à tous les niveaux pour parfaire l’expérience.

De discrets micros

Deux micros à réduction de bruit de fond sont intégrés au casque, sur l’écouteur gauche. Ils évitent ainsi d’avoir le micro physique traditionnel devant la bouche et se font même particulièrement discrets. La sortie de la voix est assez claire et l’écoute de votre interlocuteur n’est pas perturbée par des bruits de fond qui sont atténués. Il est possible sur les boutons du haut de l’oreillette gauche d’ajuster l’équilibre voix micro/son du jeu. Et si vous avez besoin de mieux moduler le micro, vous pouvez le faire depuis les paramètres Son.

Les deux micros sont positionnés sur l’écouteur gauche au sommet pour se faire discrets

Les deux micros sont positionnés sur l’écouteur gauche au sommet pour se faire discrets // Source : Frandroid – Melinda DAVAN-SOULAS

Une autonomie faiblarde

Le Pulse 3D annonce 12 heures d’autonomie. Selon l’intensité de jeu, le casque sans fil flirte plutôt avec les 10 heures, avec un volume normal et sans chat. C’est nettement moins que le Stealth 700 Gen 2 de Turtle Beach qui affiche 20 heures et se montrent réellement endurant. Si vous optez pour les conversations avec vos amis, l’autonomie du Pulse 3D peut même baisser rapidement. Il faudra ensuite le recharger avec le câble USB-C fourni.

Pour la recharge complète, comptez 3h15, ce qui reste un peu long pour un casque avec une autonomie aussi réduite.

Prix et disponibilité du Sony Pulse 3D

Le casque-micro sans fil Pulse 3D est vendu à 99 euros auprès des sites de e-commerce et enseignes spécialisées (Boulanger, Auchan.fr, Micromania, Amazon, Fnac, etc.).

Note finale du test
8 /10
On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Pour vanter la technologie Tempest 3D de sa PS5, Sony a logiquement dégainé son propre casque. Il répond aux attentes de son spatialisé de qualité. Le design est plutôt bien vu, notamment pour aller de pair avec la PlayStation 5, mais on regrettera que le produit fasse un peu trop plastique et pas forcément très costaud.

À 99 euros, il faut cependant avouer que le Pulse 3D est un excellent rapport qualité-prix qui fera déjà le bonheur des joueurs. Mais il y a fort à parier, connaissant Sony et ses exigences audio, qu'il hérite rapidement d'un grand frère haut de gamme.
Points positifs
  • Le rendu immersif
  • L'absence de micro physique
  • La facilité d'appairage
  • Le confort
  • Le prix
Points négatifs
  • Le côté plastique
  • L'autonomie un peu faiblarde
  • La répartition des boutons
  • Le son 3D manque parfois de relief

Les derniers articles