Test du TCL 55EP680, un téléviseur 55 pouces 4K à 700 euros à la peine

Mieux, c'est plus cher... en tout cas chez TCL

Le TCL 55EP680 est un téléviseur UHD/4K de 55 pouces. Son écran LCD dispose d'un rétroéclairage de type Edge-LED, et supporte le HDR 10 ainsi que Dolby Vision. Il tourne sous Android TV et dispose de Google Assistant.

 

Introduction

Image 4K, interface Android TV, connectique complète et compatibilité HDR10, HDR10+, mais aussi Dolby Vision… sur le papier le TC 55EP680 a tout d'une bonne affaire. Si la qualité d’image peut parfois faire illusion, TCL aurait dû soigner les détails.

 

TCL fait partie de ces constructeurs classés comme « marque B”, au même titre que HiSense par exemple. Ces marques proposent des produits souvent très attractifs sur le papier pour une raison essentielle… leur prix agressif ! Lorsqu’on fait la démarche de s’intéresser à un téléviseur 55 pouces 4K à 700 euros comme le 55EP680 que nous testons ici, il est évident qu’on ne s’attend pas à y trouver les mêmes qualités qu’un téléviseur OLED ou LCD haut de gamme.

Pour autant, que faut-il attendre de ces produits qui, sur le papier, affichent parfois une fiche technique intéressante. Plus en détail, le 55EP680 est un modèle certifié 4K HDR Pro, compatible HDR10, HDR10+ et Dolby Vision. Et comme ce téléviseur fonctionne sous Android TV, il est aussi compatible avec Google Assistant et Amazon Alexa. Bref, l’essentiel serait là pour un prix attractif. Mais qu’en est-il vraiment de l’expérience utilisateur ?

 Fiche technique

Modèle TCL 55EP680
Technologie d'affichage LCD
Définition Maximale 3840 × 2160 pixels
Taille de l'écran 55 pouces
Compatible HDR HDR10, Dolby Vision
Compatible Surround Non
Nombre de haut-parleurs 2
Puissance des haut-parleur 10 watts
Sortie audio Casques, Haut-parleurs, Optique
Système d'exploitation (OS) Android TV
Assistant Vocal Google Assistant
Compatible Chromecast Oui
Efficacité énergétique C
Dimensions 1229 x 776 x 279mm
Fiche produit Voir le test

Ce test a été réalisé avec un téléviseur prêté par TCL et les mesures réalisées dans le cadre de ce test ont été réalisées avec une sonde Xrite i1Display Pro et le logiciel CalMAN Ultimate.

Le design et l’ergonomie, premiers critères d’approche

Il faut bien reconnaître que TCL ne fait pas de réelle fausse note sur le design de son produit. Certes, il ne s’agit ni d’un modèle OLED avec une dalle extrêmement fine, ni d’un modèle premium avec des éléments de châssis en aluminium, ou une multitude de caches pour dissimuler le passage des câbles, mais dans l’ensemble, c’est convenable. En tout cas c’est à la hauteur du prix de ce téléviseur.

La connectique de ce téléviseur est assez classique

À noter toutefois que, quitte à créer un pied assez haut, TCL aurait pu surélever encore un peu plus le sien — qui est en métal, précisons-le. En l’état, le bas de la dalle (la dalle, pas le châssis) est à 7,5 cm du meuble, mais à seulement 5,5 cm du pied. Ce qui ne laisse finalement pas assez de place pour glisser n’importe quel type de barre de son, mais trop d’espace vide… perdu. Cela facilitera tout au mieux le nettoyage des poussières.

Un détail pour les uns, mais une précision que nous souhaitions apporter pour ceux qui voudraient y ajouter une barre de son. Car comme nous le verrons plus loin, la qualité des haut-parleurs de ce téléviseur n’est pas géniale. En revanche, ce pied central présente un avantage : il permet d’installer le téléviseur sur petit meuble.

Ce voyant reste allumé lorsque la télé est en veille. Inutile.

Nous ne sommes pas fans non plus du voyant lumineux blanc qui reste allumé en permanence. Heureusement, il est possible de le désactiver dans les options du téléviseur et la consommation en veille de ce 55 pouces reste maîtrisée. Nous l’avons mesurée à seulement 0,14 Watt en mode normal et 0,28 Watt, lorsque le mode de mise en marche rapide est activé.

Petit aparté d’ailleurs sur ce « mode de démarrage rapide » que nous recommandons vivement d’activer à quiconque achèterait ce modèle. Comme son nom l’indique, cette fonction permet une mise en route « rapide » du téléviseur. Enfin… rapide n’est pas franchement le mot s’il faut comparer cela aux quelques secondes que met un téléviseur Samsung ou LG à s’allumer, ou même un téléviseur un peu plus puissant et sous Android TV (Sony ou Philips par exemple).

Une chose est sûre, chez TCL, si cette fonction n’est pas activée, l’expérience utilisateur devient (très) mauvaise. Après une longue extinction, il faut plus d’une minute pour allumer le téléviseur qui bloque sur le logo TCL, presque autant pour que l’interface d’Android TV 9 se charge et nous laisse la main et une minute de plus pour lancer un programme Netflix.

Il faut plus de trois minutes pour lancer une série

Au final, il faut plus de trois minutes pour lancer une série. Et il n’est pas plus rapide de cliquer directement sur la touche Netflix lorsque le téléviseur est éteint. Le chargement est tout aussi long et pénible !

D’ailleurs dans l’ensemble, cette télé n’est pas d’une très grande fluidité. Le processeur à quatre cœurs fait tourner Android TV et l’essentiel des applications multimédias convenablement, mais sans plus.

Une dalle qui ne fait pas de miracle

Si on se fie à la fiche technique de ce téléviseur, TCL propose ici un modèle d’un bon rapport équipement/prix. La dalle 55 pouces 4K compatible HDR10+ et Dolby Vision répond aux standards actuels et sa technologie de rétro éclairage Direct LED (Micro dimming Pro) promet une bonne précision du rendu et un taux de contraste élevé. Mais face à l’œil impartial de notre sonde et lorsque la télé est configurée en mode film, il est évident que ce téléviseur très abordable ne pouvait pas faire aussi bien que les modèles les plus chers.

Le Delta E mesuré en REC709 est très bon

Pour autant, il se défend bien sur les contenus SDR avec un Delta E en REC709 mesuré tantôt à 3,14, tantôt à 2,88. Entre deux sessions de mesures, la dalle ne réagit pas tout à fait pareil. Il faut rappeler qu’en dessous de la 3, l’œil ne ferait pas la différence entre la couleur originale et le rendu de la dalle.

Sur l’espace colorimétrique étendu qu’est le DCI-P3 et qui sera donc utilisé pour les contenus cinéma notamment en HDR la dalle du 55EP680 s’en sort moins bien. La sonde mesure un Delta E qui varie là encore entre 4,8 et 5,14 avec des couleurs parfois très en retrait d’une fidélité acceptable.

La mesure de gris traduit une forte dominance du bleu

Dans l’ensemble, ces mesures naturellement moins flatteuses que celles des téléviseurs que nous avons l’habitude de tester pointent une calibration manquant de justesse qu’on retrouve dans toutes les mesures. Les blancs ne sont pas blancs, avec des Delta E qui dépassent régulièrement le 3. On remarque aussi à la mesure de niveau de gris que le bleu est toujours largement dominant. Nous avons par ailleurs fait nos mesures dans le mode “Smart HDR” du téléviseur, mais la note du Delta E en DCI P3 n’a pas été meilleure pour autant (5,2).

Le pic de luminosité en mode film n’est pas assez élevé pour profiter pleinement des contenus HDR

Enfin, la luminosité trouve rapidement ses limites avec un pic mesuré à 286 cd/m². En mode cinéma ce même pic est de 224 cd/m² et le taux de contraste moyen est mesuré à 3730:1, ce qui est assez… moyen, justement. Tout comme la luminosité d’ailleurs qui n’offre pas réellement la puissance nécessaire pour sublimer les contenus HDR.

Une expérience cinéma globalement moyenne

Mesures à l’appui, il va sans dire que le plaisir cinématographique est impacté. Pour autant, il est important de garder à l’esprit qu’il s’agit d’un téléviseur 55 pouces à moins de 700 euros. En mettant donc de côté les mesures, il faut bien reconnaître que dans bien des situations ce TCL fait illusion. S’il n’est pas installé trop près d’une fenêtre, sa faible luminosité peut se faire oublier.

Capture du film « 6 Underground » sur Netflix

Les multiples zones de rétro éclairage permettent d’obtenir une image plutôt homogène et contrastée et il est vrai qu’on oublie alors que la fidélité des couleurs n’est pas excellente. En variant un peu les genres, on peut apprécier la fluidité de l’affichage qui, sans être dingue, s’en sort honorablement. Nous ne sommes de toute façon pas fans des technologies de compensation de mouvement qui tend à produire des rendus trop superficiels.

Capture de « Meridian » sur Netflix

Dans la photo ci-dessus, on peut se rendre compte que pour une dalle LCD, les noirs produits ne sont certes pas au niveau de l’OLED, mais restent convenables pour le tarif. Le clouding est notable, mais relativement limité par la faible puissance lumineuse de la dalle. Il va sans dire en revanche que le moteur d’upscalling (IPQ 2.0 Engine) des sources est très limité et qu’il est primordial d’afficher au moins des contenus Full HD pour ne pas être indisposé par le résultat.

Nous ne nous étalerons pas sur le rendu audio de ce téléviseur qui est à l’image du reste du téléviseur : assez moyen. Les deux haut-parleurs de 10 watts RMS ne mettent pas assez les basses en valeur et pour s’offrir quelques sensations il faudra coupler le téléviseur à un système audio externe.

 Android TV à la peine

En fait, comme nous le disions, l’image fait illusion, mais ce qui pénalise le téléviseur, c’est un peu tout le reste. La page d’accueil d’Android TV s’affiche tantôt dans une version “normale” propre et sur fond noir, tantôt sur un fond gris. Ce qui est désormais un classique car la version 9 d’Android TV adapte son fond d’écran à la couleur de la dernière application sélectionnée, sauf que c’est ici vraiment pas joli. On note de-ci de-là un dégradé de gris vraiment grossier.

 

Ce rendu provoqué certes par l’OS de la télé, n’est clairement pas flatteur pour cette télé. La dalle dalle 10 bits ne semble pas capable d’optimiser le résultat. Heureusement, nous n’avons pas constaté ce même effet de crénelage avec des vidéos lors des tests.

Comme on peut le voir dans la photo ci-dessus, le ciel est plutôt bien rendu. Espérons alors que le résultat décevant s’en tienne à l’interface d’Android TV.

Le système Android TV est d’ailleurs assez lent. À tel point que TCL a prévu, sur la page d’accueil, un raccourci vers une fonction appelée “accélération du système”. Celle-ci ouvre l’application “Gardien télé” qui se charge de vider la mémoire cache du système d’exploitation. L’objectif : conserver une bonne fluidité des menus et applications. Sauf que dans les faits, ce TCL 55EP680 a beau fonctionner sous Android 9, ce n’est jamais un foudre de guerre.

L’option d’accélération du système ne change pas vraiment le problème de lenteur

D’ailleurs si certains constructeurs (tels que Sony ou Philips, pour ne citer qu’eux) font des efforts pour personnaliser et enrichir les fonctions d’Android TV, TCL se la joue plutôt petit bras sur ce modèle. Les menus de configuration “image” et “son” sont assez pauvres, même si on trouve tout de même ce qu’il faut pour se créer un profil colorimétrique personnalisé.

Google Assistant répond, Amazon Alexa ne veut rien savoir

L’assistant vocal de Google est naturellement présent. Il faut toutefois utiliser la petite télécommande livrée pour disposer d’un micro. Car oui, TCL livre deux télécommandes, mais seule la petite dispose d’un micro pour interagir avec Google Assistant.

Les deux télécommandes livrées avec le téléviseur.

Télécommandes qui, même si elles sont en plastique et ne transpirent pas franchement la qualité, ont le mérite d’afficher de grandes touches avec des inscriptions en blanc qui sont faciles à lire. Ce n’est certes pas un choix des plus élégants, mais c’est efficace.

 

Enfin, ce téléviseur Android TV promettait aussi une compatibilité avec Amazon Alexa, grâce au skill TCL assistant. La procédure d’installation est plutôt bien rodée et très simple. Sitôt qu’on décide d’activer Alexa sur le téléviseur TCL, un pas-à-pas s’affiche à l’écran, nous invitant d’abord à télécharger ledit skill sur mobile, puis renseigner un code de sécurité. Ce que nous avons fait et ce qui ne s’est pas révélé très convaincant.

 

En fait, sur les quelques commandes vocales censées fonctionner, seule la mise en veille de la télé a bien voulu s’effectuer. Impossible de changer de chaîne, d’allumer la télé, de monter le volume ou encore de changer de source. Visiblement, la chose n’est pas au point et les commentaires présents sur le store Amazon finiront de confirmer notre impression.

Prix et date de sortie

Le TCL 55EP680 est d’ores et déjà disponible au prix conseillé de 699 euros. On le trouve néanmoins moins cher chez certains commerçants, c’est le cas par exemple chez Darty où on peut le trouver à 599 euros.

Note finale du test
5 /10
Il est évident qu’en testant ce TCL 55EP680, nous ne nous attendions pas à profiter d’une expérience aussi agréable qu’avec les téléviseurs plus haut de gamme que nous avons testés dernièrement. Pour autant, même à 700 euros, nous attendions de ce téléviseur qu’il soit globalement plus performant.

En l’état les lenteurs d’Android TV s’avèrent plus pénalisantes encore que la qualité d’image qui, finalement, fait globalement illusion. Au final, ce modèle ne fait pas partie de nos coups de cœur… et c’est sans doute aussi parce que nous sommes actuellement entrain de tester le Philips 55PUS7304 de la série The One. Ce dernier est lui aussi vendu 700 euros, mais sa qualité d’image et son système Ambilight en font d’ores et déjà une alternative intéressante à ce TCL.
Points positifs
  • Le prix
  • Le design assez sobre
  • La qualité d'image convenable
Points négatifs
  • Les lenteurs de l'interface
  • L'affichage parfois dégradé d'Android TV
  • La luminosité tout juste correcte

Les derniers articles