Elon Musk rassure et veut continuer à embaucher chez Tesla

Après avoir licencié 10 000 salariés !

 

Après avoir annoncé le licenciement de 10 % de la masse salariale, soit environ 10 000 employés, Elon Musk est revenu sur cette annonce pour la préciser. Les intérimaires travaillant sur les chaînes de production ne seront pas concernés.

Elon Musk
Elon Musk

Mise à jour le lundi 6 juin : comme l’a précisé Elon Musk dans un second mail, la suppression des postes ne concerne pas les employés fabriquant les voitures, les batteries et installant les panneaux solaires. Sur Twitter, l’homme d’affaires américain a mentionné que le nombre total d’employés augmentera à terme, mais que le nombre de salariés restera à peu près le même. Il faut en effet faire une différence, aux États-Unis, entre les salariés classiques et les salariés payés à l’heure, à l’image des intérimaires en France. Ces derniers, sur les chaînes de production, ne devraient pas connaître de suppression de postes, bien au contraire.

Selon nos confrères d’Electrek, la suppression des 10 000 postes serait due à la fin de la pandémie. Durant la COVID-19, Tesla aurait ainsi embauché de nombreux salariés en télétravail, qui se révèleraient être des postes en doublon maintenant que l’entreprise n’autorise plus le travail à distance.


Article publié initialement le 3 juin 2022

: Tous les constructeurs automobiles subissent la crise actuelle. La Covid-19, la pénurie de semi-conducteurs et la guerre en Ukraine ont en effet mis à mal la chaîne logistique bien huilée, mais tendue, de l’industrie automobile. D’autant plus que la demande pour les voitures électriques a bondi ces derniers mois, donnant lieu à un déséquilibre entre l’offre et la demande. Par conséquent, on assiste à un allongement des délais de livraison (parfois plus d’un an entre la commande et la livraison effective) ainsi qu’à des hausses de prix chez tous les constructeurs, et notamment chez Tesla.

Le constructeur américain fait en ce moment face à une difficulté d’approvisionnement du calculateur nécessaire au bon fonctionnement du port de charge sur les Model 3 et Model Y. De quoi rendre la situation encore plus compliquée pour Tesla alors que le constructeur se sortait tout juste d’une situation délicate dans son usine de Shanghai, à moitié fermée pour cause de Covid. On imagine donc que le rythme de production va être ralenti pour les semaines à venir. De quoi expliquer la décision prise par Elon Musk ce matin et communiquée à ses cadres par l’intermédiaire d’un e-mail intitulé « Arrêtez les recrutements dans le monde entier ».

Elon Musk a de gros doutes sur l’avenir

Le mail qu’a pu consulter Reuters ce matin est sans équivoque. Elon Musk aurait écrit avoir un « très mauvais pressentiment » sur l’économie. Ce qui impliquerait alors la suppression de 10 % des postes de l’entreprise ainsi que le gel des recrutements dans le monde entier. Cela représenterait une diminution de 10 000 salariés, puisqu’au 31 décembre 2021, Tesla employait près de 100 000 personnes à temps plein.

Ce mail fait suite à deux autres courriels envoyés par le milliardaire à ses employés en milieu de semaine, leur demandant de cesser le télétravail ou de démissionner s’ils refusaient. Une demande qui est très mal passée en Allemagne puisque la nouvelle usine du constructeur allemand dispose de 19 délégués du personnel, dont certains sont des membres du plus grand syndicat de l’industrie automobile : IG Metall.

Celui-ci vient de réagir publiquement à la quasi-interdiction du télétravail chez Tesla en précisant qu’en « Allemagne, un employeur ne peut pas dicter les règles comme bon lui semble ». Et de rappeler qu’un « ouvrier peut compter sur la force et la puissance de son syndicat si elle ou il ne veut pas accepter les demandes de son entreprise ». Le bras de fer vient donc tout juste de commencer !


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles