Si vous utilisez votre Tesla à des fins professionnelles (taxi, VTC, livraison…), vous risquez de ne plus pouvoir utiliser les stations de Superchargeurs. Un bridage potentiel à distance qui pourrait en entraîner d’autres ? Extrapolons par l’absurde !

Quand le pire de la high-tech envahit le quotidien

Plus qu’un constructeur de voitures novateur, Tesla est un symbole. Celui de la propagation de notre culture high-tech et de son fonctionnement dans un domaine encore beaucoup plus grand public que la téléphonie. Tesla est l’Apple, le Google de l’automobile. Le constructeur qui vient « disrupter » (oui c’est horrible, c’est fait exprès) le vieux monde de la voiture avec une approche complètement nouvelle.

Une Tesla, c’est une voiture qui fonctionne comme un ordinateur portable, comme un smartphone, quelque chose qui marche comme par magie. Une voiture qui se recharge la nuit. Une voiture qui démarre en un clin d’œil, affranchie des contraintes des vieux moteurs. Une voiture que le créateur peut brider à distance comme il l’entend selon les conditions d’utilisation… de ? QUOI ?

Ah oui, on ne vous a pas dit. La voiture du futur obéit également aux mêmes règles qui se mettent déjà en travers de nos usages quotidiens de produits high-tech, avec la même souplesse pour le constructeur de les mettre en place, avec le même sentiment de ne pas complètement posséder son véhicule.

Va Te Charger à la maison !

J’exagère ? Pourtant Tesla annonce de nouvelles conditions d’utilisation pour les taxis, VTC ou livreurs utilisant l’un de leurs modèles acheté après le 15 décembre (et ne touchant donc que les nouveaux utilisateurs). En gros tout usage à but commercial ou gouvernemental. Afin de ne pas causer d’embouteillage dans les stations de Superchargeurs, il leur sera interdit de les utiliser. OK, pas grave, les conditions d’utilisation c’est une chose, mais qui va vérifier si je suis un VTC ou un particulier ?

La firme d’Elon Musk elle-même, qui peut traquer les véhicules et aller jusqu’à « prendre des mesures complémentaires » afin de limiter ou bloquer à distance le rechargement des véhicules via les Superchargeurs.

Bienvenue dans un monde connecté !

Alors bien sûr, c’est une situation de transition, bien sûr ça ne concerne que des usages bien particuliers. On peut tout de même se livrer à un petit jeu de prédictions absurde, j’assume, mais on n’est que mardi et il fait gris. Alors imaginons des frigos qui refuseraient de refroidir certains aliments qui n’ont pas passé d’accord avec son constructeur. Sur le mode « on ne mélange pas la sphère privée et les usages pros », on entrevoit un potentiel intéressant pour des thermostats intelligents qui ne chaufferaient que les pièces à usage non commercial !

Les ampoules connectées aussi, tout le monde aime les ampoules connectées ! Elles éclairent, ça oui, par contre pour débloquer leur pleine puissance ou les autres couleurs, veuillez passer par des achats in app ! Et la sonnette reliée à une caméra IP dans l’entrée, on peut vous montrer qu’il y a quelqu’un qui sonne. En revanche, pour savoir qui, il vous faudra un abonnement premium. Ou des smartphones dont les performances se dégraderaient en fonction de l’âge de la batterie ? Non, personne n’oserait faire une chose pareille.

Plus sérieusement, la « disruption » chère aux fans d’Elon Musk a du bon, sans aucun doute. Et on peut vraisemblablement trouver des usages dans lesquels cette souplesse peut être utilisée à des fins positives. Il faudra tout de même rester vigilant sur ce type de conditions d’utilisation changeantes, qui pourraient très bien nous affecter dans des domaines inattendus.