Pourquoi la Suisse a raison de vouloir taxer les voitures électriques

 

Si les propriétaires de voitures électriques sont actuellement avantagés en Suisse, cela prendra fin d'ici à 2030, a annoncé le conseil fédéral du pays. Avec l'augmentation de ventes des véhicules électriques, cela devient une nécessité pour le législateur.

Fastned

Si les voitures électriques sont aujourd’hui subventionnées de manière conséquente dans de nombreux pays comme en France avec le bonus écologique, cela ne durera pas éternellement. En effet, bien que nous soyons seulement à l’avènement de la mobilité électrique, il est nécessaire de réfléchir dès maintenant à l’après. C’est ce que le département fédéral des finances suisse et le département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication ont comme consigne.

Des recettes en baisse à cause des voitures électriques

Les infrastructures routières suisses sont aujourd’hui en grande partie financées par des impôts que ne payent pas les propriétaires de véhicules électriques. En effet, il s’agit des taxes et impôts sur les huiles minérales (essence et diesel), utilisées dans les véhicules thermiques uniquement.

Si les objectifs du vieux continent sont respectés, il faudra nécessairement une nouvelle méthode de financement avant 2050, sans quoi les recettes seront réduites à néant. Le projet actuel suisse calquerait ce qui est mis en place sur les véhicules thermiques, avec une redevance par kilomètre parcouru et par catégorie de véhicule. Bien entendu, les conducteurs de véhicules thermiques ne seraient pas concernés par le nouveau projet de loi, et le système existant conservé pour ces derniers.

Un pays très électrifié

La Suisse marquerait alors son entrée dans l’ère électrique, où l’on dit peu à peu adieu aux subventions et autres avantages fiscaux à l’achat et à l’utilisation d’une voiture 100 % électrique. Il faut préciser que la Tesla Model 3 fut le véhicule le plus vendu de 2022 en Suisse, ce qui montre leur attrait particulier pour les voitures électriques. La part de marché des voitures 100 % électriques atteint 13 % en 2021.

En France, le bonus écologique est toujours d’actualité, et là où l’état récupère de l’argent sur le malus écologique de certains véhicules thermiques, il devra définir de nouvelles manières de se financer à partir de 2035.

La France aussi taxera ses véhicules électriques

Depuis janvier 2022, la part de véhicules 100 % électriques neufs vendus dans l’hexagone a atteint 13 %, ce qui est un record. La tendance fortement haussière du segment va obligatoirement pousser les pouvoirs publics à définir de nouvelles solutions pour taxer ces véhicules, que ce soit à l’achat, sur la route ou lors des recharges. Et il semble que la Suisse ait seulement pris un peu d’avance sur ce qui arrivera inévitablement ailleurs.

Les chiffres de ventes des voitures neuves électriques pour le mois de juin 2022 viennent d’être publiés. Les constructeurs français occupent une place très importante dans le top 10, même si Tesla revient un peu…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles