Après une fuite survenue la veille de sa présentation, le tout premier véhicule électrique de la marque japonaise Mazda a été officiellement introduit à l’occasion du Tokyo Motor Show. L’occasion de découvrir un SUV esthétiquement correct, mais techniquement à la traîne.

En ce mercredi 23 octobre 2019, Mazda peut se targuer d’avoir mis un premier pied dans l’univers des voitures électriques. La société nippone a en effet levé le voile sur son premier véhicule zéro émission dans le cadre de la 46e édition du Tokyo Motor Show. Son communiqué de presse détaillé nous permet de découvrir un SUV compact cinq portes répondant au nom de MX-30, comme nous l’avait promis le groupe plus tôt dans l’année.

Matériaux recyclés et durables

Long de 4,39 mètres, large de 1,79 mètre, haut de 1,57 mètre et d’un empattement de 2,65 mètres, le modèle électrifié s’équipe de phares LED effilés couplés à une calandre à la fois creusée et étriquée. Son design se distingue également par un capot plat et allongé, mais aussi et surtout par des portières antagonistes, aussi appelées « portières suicide », dont l’ouverture est tout simplement inversée.

A l’intérieur, la Mazda MX-30 s’équipe de matériaux recyclés et durables, à l’image de sa console centrale composée de liège. Du tissu en partie fabriqué avec des bouteilles en plastique recyclées s’invite aussi sur les sièges. Esthétiquement parlant, ce SUV a des atouts à faire valoir. La copie se veut en revanche moins propre du côté de sa fiche technique.

Les ingénieurs de la firme asiatique y ont intégré un moteur électrique de 143 chevaux, pour un couple de 265 Nm, épaulé par une maigre batterie de 35,5 kWh. Résultats : son autonomie chatouille les 200 kilomètres, soit un rayon d’action trop faible pour un véhicule de ce rang destiné à avaler des moyennes et longues distances. Ce point faible pourrait lui porter préjudice lors d’un potentiel acte d’achat.

Le site français dédié aux précommandes du produit apporte d’autres éléments d’information relatives à sa recharge : comptez 30 minutes pour récupérer 80 % de son énergie sur une borne rapide, 4,5 heures sur une station de 7,4 kW ou une Wallbox (charge murale) et environ 11 heures sur une prise électrique renforcée.

Sous la barre des 30 000 euros avec le bonus

La version First Edition mise en vente embarque enfin un dispositif de sécurité i-Activsense, composé d’un régulateur de vitesse adaptatif, d’un système de maintien de trajectoire, d’un système d’alerte d’angles morts avec correction de trajectoire automatique, d’une aide au freinage intelligent avec reconnaissance des piétons et d’une autre aide au freinage automatique en cas de trafic transversal avant.

Les premiers clients recevront leur modèle au cours du second semestre 2020 en échange d’un acompte de 1000 euros. La prix final de la First Edition a quant à lui été fixé à 34 400 euros, hors bonus écologique de 6000 euros.