La marque aux anneaux Audi a levé le voile sur son SUV coupé e-tron Sportback, attendu depuis plusieurs mois déjà. L’occasion de découvrir un véhicule décliné en deux versions électriques, mais dont le tarif constituera encore un important obstacle à l’achat.

Attendu de pied ferme au salon automobile de Los Angeles, Audi a révélé, comme prévu, son SUV électrique e-tron Sportback. Un coupé quatre portes au look charmeur marqué par une calandre octogonale dotée de lamelles horizontales, une carrosserie musclée et une ligne de toit retombant « abruptement à l’arrière » du véhicule. Bref, ce véhicule zéro émission a de quoi séduire sur le plan purement esthétique.

Long de 4901 millimètres, large de 1935 millimètres, haut de 1616 millimètres et d’un empattement de 2928 millimètres, ce SUV s’arme d’un coffre avant de 60 litres et d’une capacité d’accueil totale de 615 litres dédiée aux bagages. Le véhicule s’équipe également de roues de 20 pouces, de suspensions pneumatiques aux réglages sportifs et de rétroviseurs extérieurs virtuels disponibles en option.

L’accent sur l’aérodynamisme

La firme d’outre-Rhin insiste sur la présence de phares digitaux Matrix LED, une technologie haut de gamme présente dès le premier niveau de finition. « Décomposée en minuscules pixels, leur lumière éclaire la route en haute résolution », est-il indiqué dans le communiqué de presse publié par le groupe allemand. Ce dernier vante également l’aérodynamisme de son produit qui aurait un impact direct sur l’autonomie.

« Environ 10 kilomètres de cette autonomie accrue par rapport à l’e-tron peuvent être attribués à la carrosserie du véhicule, à l’aérodynamique plus favorable », précise Audi. Le rayon d’action, justement, tutoie quant à lui les 446 kilomètres selon le cycle d’homologation WLTP, grâce à une batterie de 95 kWh d’énergie brute (86,5 kWh d’énergie nette).

Côté puissance, le double moteur électrique asynchrone cumule une puissance de 265 kW (360 ch), pour un couple de 561 Nm. Résultats des courses : l’e-tron Sportback tutoie les 200 km/h de vitesse de pointe et abat le 0 à 100 km/h en l’espace de 6,6 secondes, ou 5,7 grâce à un mode « boost » actif pendant seulement huit secondes. Autant de chiffres à mettre au crédit de la plus puissante des versions, la 55 quattro.

La seconde déclinaison, sobrement intitulée 50 quattro, se dote d’une puissance de 230 kW (313 ch) pour un couple de 540 Nm. Allure maximale : 190 km/h. Accélération : 6,8 secondes. Sa batterie de 71 kWh d’énergie brute (64,7 kWh d’énergie nette) lui confère une autonomie plus faible de 347 kilomètres. Soit un rayon d’action relativement faible pour une familiale destinée, en temps normal, à parcourir des moyennes et longues distances.

Triple écran

A l’orée du cru 2020, Audi joue logiquement la carte de la modernité et de la connectivité. Ses équipes ont ainsi implémenté le système d’exploitation « MMI touche response » au sein de son double écran situé entre le conducteur et le passager avant. « Lorsque le doigt actionne une fonction, une confirmation haptique et acoustique se déclenche », est-il précisé.

L’habitacle s’équipe donc d’un écran tactile supérieur de 12,1 pouces pour « contrôler l’infotainment, la téléphonie, la navigation et les paramètres e-tron dédiés », lorsque l’écran inférieur de 8,6 pouces « permet de saisir du texte et de gérer les fonctions de confort et le contrôle de la température ». Un troisième écran de 12,3 pouces (1920 x 720 pixels de résolution) en guise d’instrumentation numérique s’invite en face du pilote.

Pour couronner le tout, l’assistant vocal Alexa donnera l’opportunité aux utilisateurs de gérer certaines fonctionnalités rien qu’avec leur voix. « Le service donne accès plus de 80 000 commandes Alexa », assure Audi. Sans oublier une dernière touche de connectivité matérialisée par la clé digitale « Audi connect », épaulée par l’application mobile myAudi.

Une concurrence moins chère

Outre sa compatibilité avec le service e-tron Charging Service, lequel donne « accès à presque 120 000 points de charges publics dans 21 pays européens », ce SUV zéro émission peut être chargé sur un courant continu jusqu’à 150 kW (120 kW pour la version 50 quattro). De quoi retrouver 80 % d’énergie en l’espace de 30 minutes. Solution alternative : les stations publiques en courant alternatif de 11 kW.

L’offre finale se compose enfin de treize tentes de carrosserie, d’une « edition one » en édition limitée (coloris bleu plasma) et d’une version de base disponible en précommandes fin novembre 2019, avant le lancement des livraisons au printemps 2020. Si les tarifs français n’ont pas été annoncés, le communiqué de presse indique les prix allemands : 71 350 euros. Soit un coût onéreux par rapport à ses futurs concurrents : le Tesla Model Y et la Ford Mustang Mach E s’arracheront par exemple à 58 000 et 48 990 euros, respectivement.