Test de la trottinette électrique Dualtron Victor : la surpuissance incarnée

4000 Watts pourquoi faire ?

Minimotors Dualtron Victor
Bon
7 /10

Note de la rédaction

Points positifs de la Dualtron Victor
  • Design et éclairage
  • Puissance (aucune côte ne lui résiste)
  • Autonomie très très confortable
  • Freinage puissant
Points négatifs de la Dualtron Victor
  • Accélération qui manque de progressivité
  • Freins qui manque de progressivité également
  • Poids de 33 kg
  • Intermodal inenvisageable
 

Gros potentiel au bridage castrateur, la Dualtron Victor peut tout de même devenir un « daily », même limitée à 25 km/h. Encore faut-il en être la cible.

Crédit photo : Jérémy Fdida pour Frandroid

Avec une immense gamme Dualtron composée de 13 modèles sans compter les déclinaisons, avec un fleuron capable de titiller les 120 km/h, Minimotors domine le marché des trottinettes surpuissantes. La Victor se positionne comme un modèle à usage sportif et loisir. Autrement dit, une trottinette électrique coupleuse et puissante offrant une belle autonomie.

Affichée à 2800 euros, elle vise un public averti, habitué de ces engins et qui souhaite en faire un véritable véhicule au quotidien. Mais que vaut-elle dans un usage « daily » légal ? Est-elle intéressante en étant bridée à 25 km/h, en milieu urbain et périurbain ? C’est ce que nous allons découvrir.

Deux versions de la Dualtron Victor existent : celle avec la batterie 60V/24 Ah (2 390 euros), l’autre avec la batterie 60V/30 Ah (2690 euros). Notre essai a été effectué avec le second modèle.

Minimotors Dualtron VictorFiche technique

Modèle Minimotors Dualtron Victor
Autonomie annoncée 85 km
Temps de recharge annoncé 480 minutes
Vitesse maximale 25 km/h
Puissance du moteur 4000 watts
Poids Maximal 100 kg
Prix 2 390 €
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un modèle prêté par la marque.

Minimotors Dualtron VictorDesign

Minimotors a le don de faire des trottinettes qui respirent la testostérone d’un film d’action des années 80 et la fantaisie d’un setup gaming pour une chaîne Twitch. C’est gros, massif et ça clignote dans tous les sens. Oui, la Dualtron Victor impressionne, à tel point que quelques usagers de la route (cyclistes, automobilistes et motards) m’ont lâché un sourire agrémenté parfois de pouce en l’air.

Si le ramage annonce une machine taillée pour un film de Michael Bay, la finition n’est pas du même acabit. Les câblages sont gainés de manière grossière. Les ajustements sont perfectibles sur l’ensemble de la trottinette sans pour autant montrer de faiblesse particulière. Comme pour le système de verrouillage de la potence : une double attache et une bague à relever. Le problème vient du travail de cette partie. Les efforts engendrés sur le guidon créent un effet levier et notre modèle offrait un léger jeu, preuve que le système travaille avec le temps.

Toutefois, nous n’avons rencontré aucune casse, aucune défaillance et aucune chute.

Dualtron aime les lumières. Une télécommande est fournie pour personnaliser l’éclairage à votre convenance. D’un rouge uni à un sapin de Noël, les possibilités sont quasi infinies.

Posée sur ses grosses suspensions, la Victor en impose. Le look est réussi. La béquille en revanche aurait gagné à être plus robuste. La nôtre avait un peu de jeu. Là encore, pas de casse. Mais il y a comme une impression d’économie de bout de chandelle pour rester sous les 3000 euros. En réalité, c’est plus compliqué qu’il n’y paraît.

Car les 2690 euros demandés sont bien justifiés. La Victor possède en effet deux contrôleurs de 60V-30A. Ce sont des boîtiers qui vont gérer la distribution de l’énergie. Il y a deux moteurs de 2000W chacun, ce qui n’est pas rien. La raison est simple : ce sont les contrôleurs qui posent le plus de problèmes à ces super trottinettes.

L’autre élément fort sont les suspensions à cartouche. Elles offrent un réglage sur 9 positions. Ces cartouches gèrent l’amortissement. On peut aussi  facilement remplacer le cas échéant. Ce qui permet également d’augmenter ou de diminuer l’ensemble dureté/débattement.

Le système de pliage est long : il faut dévisser les deux colliers de serrage façon vélo, puis relever la bague en bas de la potence en abaissant le guidon. Un coup de main à prendre. Cela reste fastidieux. Dualtron évoque un système de sécurité renforcé. Entre perdre du temps et perdre ses dents sur le bitume, on préférera la première option.

Les éclairages sous le deck éclairent bien la route. Mais une lampe supplémentaire ne sera pas de trop.

Crédit photo : Jérémy Fdida pour Frandroid

Le deck est large aussi, mais court. Mon pied arrière n’arrêtait pas d’appuyer sur le garde-boue. La puissance de la trottinette impose une conduite dynamique et avoir les jambes rapprochées ne le permet pas vraiment.

Trente-trois kilos, c’est le poids que votre testeur a à perdre et celui de la Victor. Autant vous dire que ça a été une sacrée prise de conscience, car 33 kg, c’est lourd. Vous pouvez oublier les voyages en métro ou en bus. L’intermodal se fera en RER ou en Train. Mais avec 70 km d’autonomie réelle, l’idée de la Victor n’est pas de vous infliger les transports, mais de les épargner.

Jérémy Fdida pour Frandroid

Attention à la pluie, la Victor n’est pas étanche du tout. Notamment le deck qui ne bénéficie d’aucun joint de protection. Le corollaire de ce choix est une réparabilité nettement plus aisée grâce à un accès facile à l’ensemble des éléments.

Minimotors Dualtron VictorConduite

Cette Dualtron Victor opte pour un guidon large, alors que suspensions positionnent le conducteur en hauteur. La sensation qui en résulte est est agréable. À la différence d’une automobile, cette altitude n’engendre pas de roulis. Le centre de gravité est légèrement augmenté, mais les 33 kg de la bête nous maintiennent sur terre.

Les suspensions ne sont pas là pour décorer et le système à cartouches adopté par Dualtron est très efficace. Les 9 positions permettront à chacun de trouver la garde au sol qui lui convient. De là à y monter des pneus cross, il n’y a qu’un pas. Dans la réalité du quotidien, les nids de poule deviennent franchissables. On se surprend à monter ou descendre des marches et les routes deviennent toutes lisses. Un vrai régal.

Jérémy Fdida pour Frandroid

La Dualtron Victor est équipée de 2 moteurs de 2000W chacun, chacun se logeant dans une roue. Ça accélère fort. D’ailleurs, il y a 3 modes accessibles : le premier limite à 15 km/h, le second offre 25 km/h de pointe mais avec une accélération un peu moins forte. Le mode 3 a un effet ON/OFF violent. Il faut s’accrocher. Globalement, je trouve la gâchette trop sensible au démarrage.

D’ailleurs, le mode « Pas » qui nécessite de lancer la trottinette au pied avant de pouvoir accélérer est resté activé durant toute la durée du test. C’est primordial pour éviter de voir sa trottinette partir à fond sans qu’on ne le veuille. Il existe un mode éco accessible via un bouton dédié. Malheureusement, son activation n’est affichée nulle part et il faudra user de la gâchette pour découvrir s’il est enclenché. Dans la mesure où il sert justement à éviter les accélérations brutales, c’est dommage.

Jérémy Fdida pour Frandroid

Les pneus 10 pouces à chambre à air (pas de tubeless ici, dommage, mais il faut bien laisser des choses modèles supérieurs) sont larges (3 cm). Ils offrent une bande de roulement plane qui surprend aux premiers virages. On s’y fait vite.

Jérémy Fdida pour Frandroid

En cas de faible lumière, les feux et l’éclairage apportent une belle visibilité. Le couple est puissant, un peu trop d’ailleurs, et le mode 2 (sur 3) sera favorisé. Car même bridée, la puissance arrive fort. Il faut prendre le pli. Les freins sont puissants, une position dynamique s’impose. Sur sol mouillé, l’engin peut glisser. Coup de chance, lors de l’essai, je suis passé dans une zone au sol mouillé. Lorsqu’on roule tout va bien, mais au démarrage, ça dérape facilement.

Le freinage hydraulique associé à un freinage électromagnétique est puissant, peut-être trop et manque de progressivité. L’ABS est donc bienvenu. Toutefois, soyez doux avec les manettes des freins. Comme pour la gâchette d’accélération.

La maniabilité n’est pas pénalisée par le gabarit de la Victor. D’ailleurs, son rayon de braquage est plus important que celui d’une Ninebot G30 par exemple.

Jérémy Fdida pour Frandroid

Mais le gros point fort, c’est cette puissance qui se traduit aussi par un couple monstrueux. Aucun dénivelé ne lui résiste et vous pouvez démarrer au milieu d’une côte raide sans le moindre effort.

La Victor apporte une solutions aux personnes habitant en zone à forts dénivelés, et à celles et ceux qui ne peuvent utiliser de trottinettes plus « classiques » par manque de puissance, la Victor est une alternative. C’est clairement sa grosse plus-value, puisque c’est une lacune récurrente des trottinettes moins puissantes. Nous sommes face à un engin qui pourrait sérieusement servir à une grosse partie des déplacements et surtout, s’affranchir de l’achat d’une voiture électrique pour les déplacements urbains. Cette dernière servant surtout en zone urbaine et périurbaine.

Une utilisation qui permet de relativiser son prix (officiel) de 2690 euros Notez cependant qu’un équipement de motard (au minimum un casque intégral et des gants) ne sera pas de trop, surtout si vous souhaitez la débrider. Dans ce cas, vous seriez alors non seulement dans l’illégalité (confiscation de la trottinette et jusqu’à 1500 euros d’amende) mais également fautive (et fautif) aux yeux de l’assurance.

Crédit photo : Jérémy Fdida pour Frandroid

On en arrive à cette frustration. Car cette trottinette peut encaisser les 45 km/h sans broncher. Une vitesse identique à celle des scooters 50 cc, permettant de mieux se déplacer en circulation. Son allure n’étant pas bien accueillie sur les pistes cyclables, du moins dans Paris (en banlieue c’est l’inverse, tout le monde l’adore). Des ce cas, il faudrait une carte grise, une plaque et nous dirions adieu aux pistes cyclables.

C’est toute la problématique : un engin qui peut se limiter à 25 km/h sur les pistes cyclables et qui peut, sur route, atteindre les 45 km/h serait une solution idéale au problème actuel de mobilité. Mais c’est utopique et actuellement, le seul usage qui peut en être fait est un usage strictement réduit à 25 km/h.

Minimotors Dualtron VictorAutonomie

Moyennant 8 heures de charge (que l’ont peut réduire avec 2 chargeurs, mais pour l’essai nous n’en avions qu’un), la Dualtron Victor offre 50 km réels d’autonomie pour qui enchaîne des dénivelés importants et des accélérations franches. Son rayon d’action peut facilement monter à 60 km sur des trajets plats et avec des gabarits d’utilisateur plus petits.

Dans tous les cas, la Victor permet sans problème d’effectuer de longs trajets, aller et retour.

Toutefois, enchaîner les montées ne change rien à l’autonomie. Un bon point. Les connecteurs de charge sont sur le deck. Le chargeur fait cheap au possible, mais qu’importe, car il n’y a aucun bruit aigu pendant le plein d’électrons. Il existe également un chargeur rapide (6,5 A contre 1,75 A pour celui d’origine), mais on aura tendance à déconseiller ce type de charge. Même si le BMS (Batterie Management System) fait son travail.

Plus d’autonomie, c’est aussi moins de cycles de charges et une utilisation qui prend le pas sur d’autres véhicules, notamment la voiture ou la moto. La trottinette permet de partir directement sans avoir à rejoindre son véhicule, à le démarrer.

Minimotors Dualtron VictorPrix et disponibilité

La Dualtron Victor est disponible au prix de 2699 euros (avec batterie 60V/30 Ah) ou 2390 euros (avec batterie 60V/24 Ah) sur le site officiel de la marque.

Où acheter La
Minimotors Dualtron Victor au meilleur prix ?
Note finale du test
Bon
7 /10
Rien n’arrête la Victor, des montées ardues aux trous béants sur la route et cela, dans un périmètre qui peut atteindre 30 km (soit 60 km aller-retour avec une charge). Cela a un coût (2690 euros hors promo) et un poids (33 kg). Inutile de penser l’embarquer dans le métro ou le bus. Mais c’est son but : vous épargnez les trajets courts en transport en commun et les courses Uber sur petites distances.

Il faut être expérimenté(e) pour en prendre le guidon. L’accélération est brutale, le freinage hydraulique sans réelle progressivité bien que disposant d’un ABS. De quoi relativiser la douceur offerte pas le large deck et les suspensions. Ce caractère lui confère un tempérament qui donne envie de rouler pour le plaisir, tant qu’on évite la pluie : la Victor et les Dualtron en général ne sont pas bien protégées sur ce point.

C’est finalement tout le paradoxe de mon essai. Bridée à 25 km/h, cette Victor est « overkill » pour un usage classique en métropole. Une Ninebot G30 Max fera aussi bien l’affaire avec une autonomie un poil inférieure. Mais lorsqu’on s’étend à la banlieue, elle prend tout son sens. Même le fameux Grand Paris n’est plus un problème. On ne parlera pas de l’utilisation débridée sur terrain privé. Mais la possibilité existe et offre un aspect loisir certes dangereux, mais grisant, dont sont dépourvues les autres trottinettes plus traditionnelles.

La Victor permet de passer à un autre niveau d’utilisation et ça la rend particulièrement désirable pour qui aime le concept de trottinette électrique, autant qu’effrayante pour les non-initiés. Une sorte de Mustang de la trottinette électrique. Mais une Mustang dont on ne libère pas tous les chevaux.

Points positifs de la Dualtron Victor

  • Design et éclairage

  • Puissance (aucune côte ne lui résiste)

  • Autonomie très très confortable

  • Freinage puissant

Points négatifs de la Dualtron Victor

  • Accélération qui manque de progressivité

  • Freins qui manque de progressivité également

  • Poids de 33 kg

  • Intermodal inenvisageable

Les derniers articles