JingPad A1 : une tablette Linux aux airs d’iPad Pro avec un écran OLED

Les applications Android sont compatibles !

 

Voici la JingPad. Le projet a l'air un peu fou : les dimensions d'un iPad Pro, une puce ARM, un écran OLED, une distribution Linux qui fait tourner des apps Android et même de la 5G.

Pendant que certains tentent de proposer une solution pour porter une distribution GNU/Linux sur iPad, d’autres préfèrent créer une tablette équipée directement de Linux. Voici la JingPad A1, 11 pouces de diagonale, elle est équipée de JingOS. Une distribution GNU/Linux qui reprend des éléments d’interfaces à Android et iPadOS.

La première dans pas mal de catégories

Quand on lit la page de présentation de cette tablette, on ne peut pas passer à côté de tous les superlatifs : il s’agirait de la première tablette Linux avec un écran 2K, la première tablette Linux avec un modèle 4G/5G, la première tablette Linux avec un clavier et trackpad détachables, la première tablette Linux avec un stylet… Bref, la première tablette Linux.

Et bien que vous soyez nombreux à dire que le design de l’iPad Pro n’est pas une référence, force est de constater les ressemblances entre ces deux tablettes. La JingPad A1 ressemble à un iPad Pro avec des coins arrondis, la taille de son écran, mais aussi le format d’affichage (4:3).

JingPad A1 : une tablette Linux aux airs d’iPad Pro avec un écran OLED

Son écran a l’air vraiment intéressant : c’est une dalle AMOLED en définition 2K (2368 x 1728 pixels), elle est évidemment tactile et elle supporte également les stylets actifs avec 4096 niveaux de pression. On a également un SoC ARM 8 cœurs comprenant 4 Cortex-A75 CPU à 2 GHz pour la partie big et 4 Cortex-A55 CPU à 1,8 GHz pour la partie LITTLE. Le modèle n’est pas précisé, mais cela ressemble à du Tiger T7510 sur le papier. La partie GPU est assurée par un PowerVR GM9446 GPU à 800 MHz. Avec tout cela, on retrouve 6 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage.

L’OS a été revu pour proposer une interface similaire à ce que l’on a sur Android et iPadOS. Il s’agit d’un fork de l’interface KDE Plasma Mobile avec un lanceur d’apps personnalisé.

De plus, elle fait tourner les applications Android. Il faudra évidemment vérifier la compatibilité, mais il n’y a pas de raisons qu’elle ne soit pas aussi efficace qu’une Huawei MatePad Pro. Ces deux tablettes n’ont pas les services Google intégrés. Pour faire tourner les apps Android, la méthode n’a pas été précisée, mais elle utilisera sans doute Anbox ou hybris. Quant aux apps Linux, les applications natives Qt5 (et Gtk3/4) sont compatibles.

On précisera également la présence d’un modem 4G / 5G, du Wi-Fi évidemment et du Bluetooth, d’une capacité de batterie de 8 000 mAh, deux capteurs photos à l’arrière et un à l’avant.

Prudence avec les projets de ce type

Sur ce type de projet, restez très prudents. Ce n’est pas une tablette à mettre dans toutes les mains. De plus, son lancement s’apparente à un projet Kickstarter, les délais ne seront certainement pas tenus et il y a toujours une probabilité que rien ne soit livré.

Découvrez notre comparatif des meilleures tablettes du moment pour savoir laquelle choisir, que ce soit pour s’amuser ou pour travailler.
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles