Recharger une voiture électrique deviendra encore plus simple grâce à cette décision forte de l’Europe

 

Voyager à travers l'Europe en voiture électrique sera plus simple que jamais à partir de 2025, puisque Bruxelles veut imposer l'installation d'au moins une borne rapide tous les 60 kilomètres sur les grands axes. Les camions et véhicules à hydrogène ne seront pas en reste non plus.

Qui a dit que recharger sa voiture électrique était compliqué ? Certes, certaines mauvaises langues et détracteurs y croient toujours, tandis que de nombreux automobilistes ont encore peur de l’autonomie insuffisante. Sauf que dans la réalité, c’est en fait bien différent puisque le réseau de bornes de recharge ne cesse de se développer.

Une mesure bénéfique

Rien qu’en France, on compte désormais plus de 100 000 points de charge accessibles au public. Un chiffre en constante hausse, alors que la fiabilité s’améliore également. Ce qui devrait rassurer ceux qui pensent que les voitures électriques manquent d’autonomie, même si l’on sait que ce point n’est pas le plus important. Tout comme la taille de la batterie. Car si le gouvernement veut accélérer la cadence, l’Union européenne s’en mêle aussi.

Cela fait quelques mois qu’elle évoque son projet d’obliger les pays à installer plus de bornes sur les autoroutes. Une mesure qui avait été entérinée dans le cadre de la réglementation Afir et finalement officiellement votée par le Parlement européen la semaine dernière. Aujourd’hui, elle est aussi adoptée par le Conseil européen.

Ce dernier l’annonce dans un communiqué tout juste publié sur son site, détaillant les conditions et obligations. À partir de 2025, les principales voies rapides en Europe devront être équipées de bornes de recharge délivrant au moins 150 kW tous les 60 kilomètres. Une échéance très courte, qui permettra de se préparer à l’interdiction de la vente de voitures thermiques en 2035.

Des mesures qui font partie du paquet « Fit for 55 », qui vise à réduire de 55 % le niveau des émissions de gaz à effet de serre en Europe d’ici à 2030 par rapport à celui de 1990. À noter que Bruxelles évoquait jusqu’alors l’année 2026 pour les bornes, mais cette obligation devra finalement être respectée avec un an d’avance après examen du Conseil européen.

Les poids-lourds aussi

Et où en est la France à l’heure actuelle ? Et bien notre pays semble être en bonne voie pour respecter cette mesure, comme l’avait montré une carte publiée par Enedis. Actuellement, 99 % des aires de service sont dotées de bornes de recharge, tandis que le gouvernement promettait que l’intégralité le soit au cours de l’année.

Parmi elles, 83 % délivrent déjà une puissance supérieure à 150 kW et on retrouve en moyenne une station tous les 50 kilomètres. Mais Bruxelles se veut pas satisfaire seulement les besoins des conducteurs de voitures électriques. En effet, à la même échéance, une borne de 350 kW devra être installée tous les 60 kilomètres pour les poids-lourds sur le réseau principal et tous les 100 kilomètres sur le reste des autoroutes.

Concernant l’hydrogène, il faudra que des stations soient accessibles tous les 200 kilomètres au moins, en ville et sur les autoroutes. Celles-ci devront être adaptées aux voitures particulières ainsi qu’aux camions, même si ce marché est encore très réduit. D’autant plus que cette motorisation n’est pas vraiment respectueuse de l’environnement, même si certains constructeurs comme Toyota et Hyundai y croient beaucoup.

Par ailleurs, Bruxelles va obliger tous les opérateurs à installer des terminaux de paiement par carte bancaire sur leurs bornes. Ce que fait déjà Tesla avec ses Superchargeurs V4 notamment. Les stations devront afficher diverses informations, comme le temps d’attente, la disponibilité ainsi que le prix de la recharge.


Retrouvez un résumé du meilleur de l’actu tech tous les matins sur WhatsApp, c’est notre nouveau canal de discussion Frandroid que vous pouvez rejoindre dès maintenant !

Les derniers articles