Free Mobile trace sa route. Le quatrième opérateur de téléphonie mobile français reste de loin le plus gros fournisseur de 4G, tandis qu’il se rapproche doucement des trois opérateurs historiques en termes de couverture.

Free a publié jeudi matin ses résultats financiers du troisième trimestre 2017 (PDF). C’est comme d’habitude l’occasion de faire le point sur l’avancée du réseau de l’opérateur.

Couverture du réseau Free Mobile

Les résultats financiers de Free sont, pour commencer, l’occasion de répondre à l’une des principales préoccupations des clients : le déploiement des antennes. Il est d’autant plus important de capter le réseau propre de Free depuis cette année, maintenant que les connexions à internet en itinérance sur le réseau d’Orange sont bridées par les autorités à 1 Mb/s.

Free annonce ainsi qu’il couvrait au 30 septembre 2017 84 % de la population en 4G, 93 % en 3G. Il en couvrait respectivement 82 et 91 % au 30 juin 2017.

À titre de comparaison, Orange, Bouygues et SFR couvrent respectivement 93,8 %, 94 % et 93 % de la population en 4G au 30 septembre 2017.

Combien consomment les clients de Free Mobile

Les clients de Free Mobile ont toujours été de gros consommateurs d’internet. Il faut dire que l’opérateur est le plus généreux du marché, puisque le « Forfait Free » propose l’illimité aux clients Freebox, 100 Go aux autres. Et les usages suivent : l’opérateur fait transiter toujours plus de trafic.

Des 13,4 millions d’abonnés à Free Mobile, 7,4 millions profitent désormais de la 4G. La consommation moyenne de ces derniers est de 6,9 Go par mois, contre 6,6 Go au trimestre précédent, et 4,4 Go l’année précédente, soit une hausse de 60 % en un an.

Où en est le réseau FTTH de Free

Un mot enfin sur l’avancée du réseau FTTH de Free : l’opérateur est passé de 4 millions de prises raccordables il y a un an à 5,6 millions au 30 septembre 2017, et de 265 000 à 483 000 abonnés.

Et pour consulter le reste des résultats financiers de Free, rendez-vous à cette adresse.

À lire sur FrAndroid : Free : comment Samsung a mis fin à l’affaire de l’itinérance