De 10 Mb/s à 1 Gb/s : ce que la fibre a vraiment changé pour nous en 10 ans

 

Démocratisation des offres triple-play, multiplication des services de streamings, essor des objets connectés... L’arrivée de la fibre optique dans nos foyers a bouleversé notre quotidien. Retour sur dix ans d’évolution permis par les connexions très haut débit.

Crédits : Frédéric Bisson via Flickr

Si la création d’un réseau 5G en France se présente comme le prochain projet pharaonique des télécoms, il est un chantier tout aussi important, et surtout vieux de presque une décennie, qui ne demande qu’à s’achever : le Plan France Très Haut Débit (ou PFTHD). Car s’il était jadis un fantasme pour les internautes, le déploiement de la fibre en France va aujourd’hui bon train.

La fibre optique, une histoire tardive

Initié en février 2013 par le gouvernement français, le PFTHD est une stratégie visant à déployer une connexion à très haut débit sur 80 % de l’Hexagone à l’orée 2022. Un plan de modernisation nécessaire tant la fibre était à la traîne en France au début de la décennie.

En 2010, la France compte 21,3 millions de connexions HD et THD.

Il faudra donc attendre 2013 et la mise en place du PFTHD pour voir la situation changer drastiquement. Face à la hausse constante des raccordements FttH (Fiber to the Home) et FttlA (Fiber to the last Amplifier), le président fraîchement élu Emmanuel Macron bousculait le calendrier du déploiement en juillet 2017 en promettant une couverture haut et très haut débit presque intégrale du territoire d’ici la fin de l’année 2020.

En 6 ans, le nombre de raccordements FttH a fait un bond de 1214,8 % !

Un changement de chronologie, certes politique (la France ne peut être à la traîne sur la question de la fibre optique), mais qui illustre également le besoin grandissant de la société en matière de très haut débit. En effet, l’arrivée d’un débit frôlant parfois les 1 Gbit/s dans nos foyers a bouleversé nos habitudes de consommations et notre productivité.

Des changements à tous les niveaux

L’arrivée de la fibre optique en France a été aussi bénéfique pour le consommateur que pour les entreprises. Le premier avantage apporté par cette technologie est évident : un meilleur débit, et par conséquent, une meilleure qualité du service. Nombreux sont les fournisseurs d’accès internet à proposer des débits allant au-delà des 300 Mbit/s, certains forfaits grimpant même à 1 Gbit/s comme c’est le cas chez RED by SFR.

La France reste à la traîne derrière la Suède avec un débit moyen de 30 Mb/s.

L’augmentation du débit a profondément modifié les offres triple (téléphone + internet + télévision), voire quadruple-play (intégration du forfait mobile). Apparu au milieu des années 2000 et démocratisé avec les technologies ADSL 2+ et VDSL 2, ce type de forfait est aujourd’hui, grâce à la fibre optique, plus rapide, plus fourni et plus permissif. Les consommateurs bénéficient désormais de chaînes TV en HD, de services de vidéo à la demande, des fonctions replay sur de nombreux canaux.

L’emprise grandissante du streaming

Notre consommation de produits culturels s’est, elle aussi, grandement transformée. Que ce soit l’industrie du cinéma, de la musique ou du jeu vidéo, toutes ont vu l’émergence d’un nouveau type de service : le streaming. Et toutes y prennent désormais part. Le plus évident d’entre eux est Netflix.

En cinq ans seulement, le nombre d’abonnés Netflix dans le monde a presque triplé, passant de 57,4 millions à 167,1 millions.

Sans surprise, l’essor de Netflix a fait des envieux, et a enclenché une véritable ruée sur le secteur. Ainsi, de nouvelles plateformes sont apparues, comme Amazon Prime, Disney +, ou encore OCS, amenant avec elles un nouvel âge d’or pour les séries TV. D’autant qu’avec l’amélioration du débit chez les particuliers, les diverses plateformes peuvent se permettre de proposer des films et séries en HD et 4K, et ce, sur plusieurs écrans simultanément. Ne semble-t-elle pas loin l’époque où il fallait faire le choix entre se connecter à internet et passer un coup de fil ?

Dévorer une série nécessite beaucoup de données, et un bon débit.

La fièvre du streaming s’est aussi emparée du monde de la musique. Des acteurs historiques comme Spotify ou Deezer ont su en tirer pleinement parti pour asseoir leur hégémonie sur le marché, tandis que de nouvelles plateformes d’écoute en ligne ont fait leur apparition, à l’instar de Tidal en 2014 ou Apple Music l’année suivante. D’autant que l’augmentation du débit permet également aux usagers de télécharger instantanément n’importe quel morceau de musique, aussi bien sur son smartphone que sur un ordinateur.

Cloud Gaming, un autre moyen de consommer le jeu vidéo

S’il est un secteur qui a su tirer pleinement profit de l’évolution des débits internet, c’est bien celui du jeu vidéo. Lors de son dernier bilan, le S.E.L.L. (Syndicat des Éditeurs de Logiciels de Loisirs) affirmait que le jeu vidéo dématérialisé représentait 42 % du chiffre d’affaires généré par l’industrie en 2019, contre seulement 21 % pour les copies physiques.

Il n’aura fallu que 5 ans et l’essor des connexions THD pour que la tendance s’inverse.

Cette avance a été confortée non seulement par l’arrivée de nouvelles boutiques en ligne (comme Origin en 2011, Uplay en 2012 ou plus récemment l’Epic Game Store en 2018), mais aussi et surtout par l’accès des joueurs et joueuses à un bien meilleur débit. Il est désormais aisé de télécharger des jeux dont le poids flirte avec 100 ou 150 Go en seulement quelques heures, voire quelques minutes.

Call of Duty: Modern Warfare, publié par Activision en octobre 2019, pèse 175 Go sur PC.

L’explosion des jeux multijoueurs en ligne, notamment avec les raz-de-marée PUBG et Fortnite, a montré l’importance de posséder une connexion stable et généreuse. De même, les développeurs profitent désormais de l’accès à la fibre optique chez les particuliers pour pousser des mises à jour parfois lourdes afin de corriger les bugs laissés par une sortie précipitée ou tout simplement pour continuer de faire vivre leur titre phare.

Mais la véritable innovation qu’a permise la fibre optique concernant le jeu vidéo est le développement du Cloud gaming et du Cloud computing. Ainsi, des services comme Shadows, Xbox GamePass ou Google Stadia proposent d’accéder à distance à un ordinateur surpuissant hébergé dans des serveurs, ou d’accéder tous les mois à une ludothèque sauvegardée dans le cloud. Des services qui en plus d’un abonnement mensuel, nécessitent bien souvent une connexion très haut débit. D’où l’intérêt aujourd’hui de souscrire à une offre fibre à 1 Gbit/s.

L’apparition de nouveaux usages

La démocratisation de la fibre optique ne s’est pas contentée de modifier les usages déjà existants : elle en a apporté de nouveaux. Le plus flagrant étant l’émergence du travail à distance dans certains milieux professionnels.

L’apparition d’offres internet fixe forte d’un débit avoisinant les 1 Gbit/s au sein des foyers favorise grandement le télétravail (pour les secteurs d’activité informatisée). Selon une étude conduite par Malakoff Médéric en février 2019, 29 % des Français déclarent télétravailler, soit un bond de 4 % par rapport à 2017. Un meilleur débit permet ainsi de tenir des visioconférences sans problème depuis son domicile, même avec plusieurs dizaines de participant(e)s simultanés.

De même, le transfert de fichiers ou dossiers lourds est plus simple et plus rapide, grâce au nombre croissant de services de transfert via le cloud. Il est dorénavant possible d’envoyer le projet sur lequel vous travaillez depuis des semaines à un(e) collègue, tout en tenant une e-réunion avec plusieurs de vos collaborateurs, depuis votre domicile, avec la même facilité que si vous étiez sur votre lieu de travail.

La fibre au service de la médecine

Autre secteur qui bénéficie de la démocratisation du très haut débit en France : celui de la médecine. Ainsi, l’arrivée de la fibre optique dans les zones rurales, de plus en plus souvent considérée comme des déserts médicaux, permet aux médecins de favoriser les téléconsultations.

Crédits : Intel Free Press via Flickr

Dans les hôpitaux, le développement des appareils médicaux connectés et la croissance du réseau fibre optique favorisent la réalisation de certaines opérations à distance ou l’ajustement de différents traitements en temps réel.

L’essor des objets connectés

Les objets connectés, puisqu’on en parle, voilà un marché qui a pleinement bénéficié de la démocratisation de la fibre optique. En 2020, le cabinet d’étude Omdia estime que le marché mondial de la maison connectée pèsera 100 milliards de dollars. Un nombre qui a plus que doublé en à peine deux années.

Outre la curiosité du consommateur pour ce type de produit, il est facile de lier l’essor des appareils intelligent à celui des connexions très haut débit. Car sans THD, l’internet des objets, c’est-à-dire la relation entre les appareils connectés et internet, ne serait encore qu’un doux rêve. Il est donc nécessaire, là aussi, de miser sur des forfaits fibres plutôt qu’ADSL.

Une technologie devenue incontournable

Longtemps, la fibre optique s’est traîné la réputation de gadget pour geek en manque de débit. Souffrant au début de la décennie précédente d’un déploiement au compte-goutte, cette technologie se démocratise depuis 2013 à vitesse grand V. Une prouesse rendue possible par le Plan France Très Haut Débit et la coopération des gouvernements successifs et des principaux acteurs des télécoms.

Face à l’essor de la fibre sur son territoire, la France s’est progressivement découvert un appétit insatiable pour les connexions très haut débit. Avec l’explosion du divertissement en streaming, la percée du télétravail dans les entreprises ou le développement de l’internet des objets, les particuliers sont de plus en plus friands de débits oscillants entre 300 Mb/s et 1 Gb/s. Des offres internet que les opérateurs, comme RED by SFR, proposent sans peine à l’heure actuelle, et à un tarif proche de celui d’un forfait ADSL.

Les derniers articles