Ces dernières semaines, les nouveautés se sont succédé sur le Play Store. Après une longue période de flou artistique mené sur le prix des applications, Google s’est mis à la page du freemium. Ce qui nous donne un cocktail nettement plus transparent que ce qui s’est vu par le passé, et c’est tant mieux.

Play-Store

Si l’on fait un état des lieux du Play Store, on ne remarque pas au premier abord des changements notables. Et pourtant, en fouinant dans les détails des fiches produits, on remarque que quelques efforts ont été fournis. Google se montre de plus en plus attentif et joue la carte de la transparence, à l’heure où le modèle freemium (des applications gratuites au téléchargement mais incluant, parfois des achats in-app) a pris le pas sur son homologue premium. Le tournant date de l’an dernier, mais il n’est pas trop tard pour réagir : si rien n’est parfait, et qu’à moins de faire l’effort de créer des sessions enfants sur les appareils trainant à portée des petites mains, les achats compulsifs ne seront jamais entièrement empêchés, d’autres points ont été améliorés. Avant et juste après l’achat, pour éviter les mauvaises surprises.

Le prix du gratuit

Google s’est longtemps contenté de n’afficher que le prix des applications sur son Play Store. Ce qui, en réalité, revenait à indiquer que les apps Freemium étaient gratuites, quand bien même elles nécessitaient une foule d’achats ultérieurs, ou n’étaient que des versions de démo. Un premier pas a été réalisé l’été dernier, quand Google a ajouté la mention « Achats via l’application proposés ». C’était fin juillet et, aujourd’hui, le portail passe à la vitesse supérieure. Comme c’était prévu de manière relativement officieuse, puisque l’évocation du projet a été faite par un membre de l’équipe du support Google sur une discussion Reddit, la mention du montant des achats in-app, sous forme de fourchette de prix, vient tout juste de débarquer sur le Play Store. L’effort est là, mais la visibilité l’est-elle autant ? Sur la version web du Play Store, il faut descendre tout en bas de la page pour retrouver ce montant à côté des informations standards (date de mise à jour, taille de l’app, nombre de téléchargements…) sous le nom de « Produits intégrés à l’application ». Pas mieux sur la version mobile du Play Store, dans la mesure où il faut dérouler les détails de l’app et scroller jusqu’en bas des informations pour accéder au prix des achats intégrés. Alors que la mention « Achats via l’application proposés » se trouve en tête de page, il aurait semblé pertinent d’associer les informations pour une meilleure lisibilité.

Play Store

Un début de service client

Toujours dans une optique de service rendu au client, deux autres options sont désormais fournies aux mobinautes. D’abord, et aussi pour se mettre en accord avec les différentes législations sur le droit à la rétractation, Google à porté le temps d’essai d’une application avant remboursement à deux heures le mois dernier, au lieu du quart d’heure autorisé depuis près de trois ans. Un net progrès qui ne doit toutefois pas faire oublier que fut un temps, ce laps était… de 24 heures. Pour bénéficier de ce remboursement, il suffit de se rendre sur la fiche de l’app téléchargée dans les temps, puis de cliquer sur le bouton remboursement qui s’affichera à l’écran. La procédure est simple et assortie d’une preuve de remboursement envoyée par email.

Dernier point, cette fois visible sur le Play Store : depuis le 30 septembre, le nouveau règlement imposé aux développeurs leur demande, lorsque leurs applications sont payantes, de répondre aux doléances de leurs clients sous trois jours ouvrés et « dans les 24 heures en ce qui concerne toute assistance ou tout problème relatif à un produit déclaré comme urgent par Google ». Faute de quoi Mountain View prévoit des sanctions pouvant aller jusqu’à une suppression radicale de l’app incriminée du Play Store. Pour faciliter la tâche aux mécontents, les développeurs d’apps doivent fournir leur adresse physique mais aussi une adresse email désormais cliquable et renvoyant automatiquement vers le client email de l’utilisateur.

Les Acheteurs sont invités à contacter le développeur au sujet de tout défaut ou problème de performance dans les applications téléchargées et installées depuis Google Play. Vous êtes tenu entièrement responsable de la gestion de l’assistance, de la maintenance et de toute réclamation relatives à vos Produits, et Google n’a aucune responsabilité dans ce cadre. Vous devez fournir des coordonnées valides et précises, et les mettre à jour si nécessaire. Celles-ci seront affichées sur chacune des pages d’informations détaillées de vos applications sur le Play Store, et elles seront mises à disposition des utilisateurs dans le cadre de l’assistance à la clientèle et à des fins légales. En ce qui concerne les Produits payants ou les transactions via l’application, vous devez répondre aux demandes d’assistance des clients dans les trois (3) jours ouvrés, et dans les 24 heures en ce qui concerne toute assistance ou tout problème relatif à un Produit déclaré comme urgent par Google. Le fait de ne pas fournir des informations adéquates ni un service d’assistance pour vos Produits peut entraîner des avis médiocres sur le Produit, une exposition du produit moins importante, de mauvaises ventes, des contestations de facturation, ou la suppression du Play Store.

Ces avancées s’inscrivent dans une politique de transparence de Google qui, au passage, n’oublie pas de se mettre en règle avec les législations commerciales en vigueur dans les pays où son Play Store est accessible. Quoi qu’il en soit, pour l’utilisateur, les bénéfices sont indéniables, ; pour les développeurs toutefois, ils sont synonymes de nouvelles contraintes à prendre en compte à la publication de leurs applications.