Peut-on utiliser les AirPods, les écouteurs Bluetooth d’Apple, sur un smartphone Android ? Bien sûr, mais sans profiter de la même intégration. Avec l’aide d’applications, on parvient tout de même à conserver une partie de leurs fonctionnalités. On vous explique comment.

Annoncés en septembre 2016, les Apple AirPods ont été victimes d’une production suivant difficilement leur demande, et on ne les trouve vraiment en quantité que depuis l’été dernier. Pourquoi s’y intéresser alors qu’il s’agit visiblement d’un produit optimisé pour les iPhone et iPad ? Eh bien justement parce que ce n’est pas tant le cas que cela, et qu’on peut les utiliser à peu près normalement sur Android.

Les AirPods, contrairement à la plupart des casques Bluetooth, sont réellement sans fil : il n’y a aucun câble entre les deux écouteurs, comme sur les Pixel Buds récemment annoncés par Google. Ils intègrent chacun une batterie et un micro, permettant de les utiliser de manière totalement indépendante.

Cela implique aussi des contraintes : il est plus facile de perdre un des deux AirPods, et il faut avouer que l’on n’a pas l’air très malins à porter des écouteurs aux tiges démesurées dont on semble avoir coupé le fil. Cela dit si vous souhaitez justement bénéficier du côté indépendant, ils font sans doute partie des meilleures options disponibles.

Appairage : un peu moins aisé que sur iOS

Les AirPods intègrent une puce maison, la Apple W1, qui a notamment la charge de gérer l’appairage de manière transparente. Sur iPhone, il suffit d’ouvrir leur boitier – qui fait également office de station de recharge – à proximité du téléphone, et une fenêtre pop-up apparaît.

Sur Android, il faut passer par une association Bluetooth classique, après avoir appuyé longuement sur le bouton au dos du boitier. Lors de nos tests, ils ont été détectés du premier coup de la sorte.

Une fois associés, ils fonctionnent comme on s’y attend, du moins pour les usages de base. Les AirPods s’initialisent quand on les sort de leur boitier de recharge. L’accéléromètre intégré est pris en compte et on peut ainsi effectuer un double tap sur un des deux écouteurs pour mettre la musique en pause ou la relancer.

Pas de problème non plus pour les appels : le double tap, qui se comporte comme un bouton standard, permet de prendre la communication.

Comme sur iPhone, on peut très bien laisser un écouteur dans le boitier, et l’autre basculera alors en mono. Si vous écoutez des podcasts et que vous avez envie de rester connecté au monde extérieur, c’est un bon point !

En revanche, les capteurs de proximité, qui détectent la présence des AirPods dans vos oreilles ne fonctionnent pas, privant les écouteurs d’une de leurs fonctionnalités sympathiques : la mise en pause automatique de l’audio lorsqu’on en retire un, et sa reprise quand on le remet en place.

Google Assistant : ça marche aussi, enfin à peu près

Les AirPods, sur iOS, sont intégrés à Siri. L’interface permet, pour chaque oreillette, d’assigner la mise en pause de la lecture, ou le démarrage de l’assistant virtuel.

Peut-on les utiliser pour contrôler Google Assistant ? L’application AirpodsForGA, disponible sur le Play Store, le permet, mais avec quelques limites.

Une fois installée, elle associe le double tap au lancement de Google Assistant, avec une réactivité assez aléatoire qui fait que l’on peut penser que la requête n’a pas été prise en compte alors qu’il suffit d’attendre une petite seconde.

Les réglages de l’app sont minimalistes et se comptent au nombre de deux : on peut activer ou désactiver la fonctionnalité, ou déterminer que le premier double tap mettra la musique en pause si on est en train d’en écouter. Le second lancera alors Google Assistant.

En revanche, pour que AirpodsForGA soit opérationnel, il faut que l’application utilisée n’ait pas déjà une commande de lecture audio ou vidéo. Concrètement vous ne pourrez pas démarrer Google Assistant si vous exécutez Spotify par exemple, et que celui-ci est l’application active.

Il est également impossible de différencier les AirPods gauche et droit comme sur iOS 11, l’un pour la lecture, l’autre pour l’assistant.

Une expérience moins fluide mais satisfaisante

Les fonctions de base sont donc assurées, et l’expérience est celle d’écouteurs Bluetooth standard. Sans les petits plus de l’intégration à iOS, les Airpods se comportent tout de même de manière relativement fiable. Au cours de nos tests, nous avons noté quelques décrochages et caprices, peut-être un peu plus fréquemment que sur iOS, la faute sans doute à l’absence des optimisations de l’OS d’Apple.

Le son est celui des EarPods, dans une longue tradition d’écouteurs neutres, que l’on pourra trouver plat selon ses préférences. Comme il m’est arrivé d’en parler avec des audiophiles pointilleux, les AirPods ne sont pas faits pour écouter du classique en FLAC. Ils offrent en revanche une qualité tout à fait suffisante pour des genres plus « pop » dans des encodages raisonnables, ma collection musicale étant en AAC 256 kbps ou en MP3 320 kbps.

Reste qu’il faut se passer des petits plus de l’expérience sur iOS. L’appairage est absent et les capteurs de proximité inactifs comme on le dit plus haut. Les détails sautent également, comme l’affichage de la batterie des deux écouteurs et du boitier à l’ouverture de celui-ci, ou dans le centre de notifications.