Test de l’AirPods Max : un casque qui va faire un Max de bruit

Au prix Max

Points positifs de l'Apple AirPods Max
  • Très très (très) bon son
  • Réduction de bruit excellente
  • Mode transparent exceptionnel
  • La simplicité Apple (si vous êtes déjà captifs)
Points négatifs de l'Apple AirPods Max
  • Cette housse... VRAIMENT ?
  • Filaire en option (payant)
  • Pas d'utilisation passive (sans batterie)
  • Une durabilité qui questionne, surtout au niveau du mesh
  • Pensé pour l'écosystème Apple
 

Après les écouteurs true wireless, Apple se lance sur le marché des casques sans fil avec l'AirPods Max. Pari réussi ? C'est ce que l'on va voir dans notre test complet.

Apple AirPods Max

Apple AirPods Max // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Apple n’est jamais loin lorsqu’il est question de musique. Après iTunes, l’iPod, le HomePod ou encore les AirPods, la marque à la pomme se lance sur le marché des casques Bluetooth avec l’AirPods Max. Proposé à un prix non négligeable (629 euros), il arrive avec son lot de promesses. Mais sont-elles vraiment tenues et cela justifie-t-il son tarif élevé ? La réponse dans ce test.

Ce test a été réalisé avec un casque acheté par la rédaction.

Fiche technique de l’AirPods Max

Modèle Apple AirPods Max
Format casque circum-aural
Batterie amovible Inconnu
Microphone Inconnu
Réduction de bruit active Oui
Autonomie annoncée 20 heures
Type de connecteur Lightning
Version du Bluetooth 5.0
Poids 384.8 grammes
Assistant Vocal Siri
Prix 499 €
Fiche produit

Notez que si Apple évoque son casque au pluriel (LES AirPods Max), en référence aux deux écouteurs, nous utiliserons le singulier dans ce test, car nous parlons du produit fini dans son ensemble.

Un casque au design premium

Le premier point justifiant, tout du moins en partie, le prix de l’AirPods Max est son design et plus particulièrement le choix des matériaux utilisés. Alors que bon nombre de casques nomades sont construits essentiellement en plastique afin de réduire leur poids, l’AirPods Max arbore une belle robe métallisée.

Ses écouteurs sont en aluminium anodisé tandis que la structure de l’arceau est en acier inoxydable avec un bandeau en tissu maillé (ou « mesh ») pensé pour répartir le poids et laisser respirer le cuir chevelu. Un soin tout particulier a également été apporté dans certains détails, comme la charnière des oreillettes qui permet à celles-ci de pivoter ou de s’incliner, ou le système de réglage de la taille de l’arceau qui fait coulisser les branches télescopiques pour une adaptation fine et sans à-coup.

À l’usage, c’est particulièrement agréable pour un réglage au millimètre et la résistance que la branche oppose laisse penser que le casque ne deviendra pas lâche avec le temps. En revanche pour ajuster correctement la taille des branches lorsque le casque est sur votre tête, vous aurez probablement besoin de vos deux mains là où d’autres casques permettent de le faire avec trois doigts seulement, tout en tenant son smartphone de l’autre main.

L'AirPods Max reste flexible

Bien qu’en acier, l’arceau de l’AirPods Max reste flexible // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Par rapport au plastique, l’aluminium est plus beau et donne une impression bien plus premium, mais il présente également quelques inconvénients qu’il est impossible de ne pas relever. Tout d’abord la résistance aux rayures. Si vous portez des bagues, il faudra faire davantage attention pour éviter de le marquer trop rapidement. En quelques jours, de petites marques sont apparues sur notre modèle de test à l’endroit où les deux écouteurs s’entrechoquent lorsqu’ils sont tous les deux repliés.

Ensuite, le toucher. C’est là quelque chose de très personnel, mais la sensation de froid pourra sembler désagréable lors des manipulations.

Enfin, et vous vous y attendez certainement, le poids. Avec ses 385 grammes, il est bien plus lourd que ses concurrents (autour de 250 grammes). Étrangement, cela ne se ressent pas autant qu’on pourrait le penser. Bien qu’étant chauve, je n’ai jamais ressenti de gêne sur le dessus de la tête à cause du poids et mes cervicales déjà bien abîmées par des années de craquements répétés n’ont jamais souffert sur des écoutes prolongées. On sent bien une légère tension en levant ou en baissant la tête, mais rien qui soit particulièrement désagréable.

l’AirPods Max a tendance à glisser un peu

Mais revenons un instant sur l’arceau et son tissu maillé qui permet selon Apple de parfaitement équilibrer le casque sur la tête. Si ce principe fonctionne bien, il semble aussi bien fragile. Le filet ne s’arrache pas en forçant un peu dessus, mais on constate rapidement que les bords se détendent et risquent de lâcher après un certain temps. Il suffit qu’une maille lâche pour que le reste suive. C’est par ailleurs la partie la moins bien protégée puisque la housse fournie ne recouvre que les oreillettes, mais je reviendrai sur ce point plus tard.

Ayant une petite tête, je note cependant que l’AirPods Max a tendance à glisser un peu et supporte assez mal les séances de headbang un peu trop violentes.

Malgré cette structure en métal, notons tout de même que l’AirPods Max est très flexible et peut se tordre dans tous les sens. En revanche, il ne se replie pas. Dommage pour ceux qui souhaiteraient réduire la place qu’il peut prendre une fois posé sur un bureau. Ce n’est d’ailleurs pas son seul inconvénient puisqu’il est dépourvu de port jack et nécessite, pour être branché en filaire, d’acheter un câble séparé.

Le bouton et la couronne

Pour l’usage, Apple a fait le choix d’intégrer deux boutons physiques. L’un très traditionnel qui contrôle la réduction de bruit active (évoquée un peu plus loin) et une « Digital Crown » multifonction similaire à celle de l’Apple Watch, en plus grosse. Un clic dessus met pause ou relance la lecture, deux clics pour passer à la musique suivante et trois pour la précédente. Elle peut également se tourner pour gérer le volume, avec la possibilité d’en changer le sens dans les paramètres de l’iPhone.

On appréciera le choix ici d’intégrer des boutons physiques et non des contrôles tactiles, qui peinent parfois à répondre sur le Sony WH-1000xM4. Tout n’est pas rose pour autant.

Le bouton et la couronne de l'AirPods Max

Le bouton et la couronne de l’AirPods Max // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Tout d’abord, leur positionnement sur le dessus de l’oreillette droite fait qu’on appuie souvent dessus par mégarde en repositionnant le casque. Par ailleurs, les deux boutons sont très proches de la branche et tourner la couronne à deux doigts n’est pas très pratique. On prend néanmoins assez rapidement l’habitude de poser la main sur l’écouteur pour tourner cette molette du bout du doigt.

Celle-ci n’est d’ailleurs pas crantée et se tourne un peu trop facilement pour un réglage minutieux. Le léger retour sonore pour chaque cran aide cependant à mieux appréhender les différents niveaux, mais il est très léger, au point d’être totalement inaudible lors de l’utilisation.

Le clic sur la couronne est également assez franc, ce qui rend parfois un peu fastidieux le double et triple clic. Pour autant, changer de piste se fait toujours de manière plus simple d’avec une surface tactile.

Confort d’utilisation

Outre le poids déjà évoqué, le confort d’utilisation de l’AirPods Max a réellement été pensé pour des écoutes longue durée. Les coussinets en mousse à mémoire de forme englobent parfaitement l’oreille et viennent se poser sur le crâne avec douceur. Même avec des lunettes ou des piercings au niveau de l’hélix, aucune douleur n’apparait lors des longues écoutes.

Leur structure en tissu est également très aérée et tient moins chaud que le revêtement simili-cuir que l’on trouve habituellement chez la concurrence. De quoi rendre l’usage appréciable même en plein été en évitant de finir avec des oreilles rougies par la chaleur et la pression. Le frottement de ce tissu sur le crâne (ou sur le doigt lorsque vous tentez de régler le volume) est par ailleurs un peu désagréable et a tendance à faire grincer des dents.

L'arceau en tissu maillé de l'AirPods Pro

Le « mesh » de l’AirPods Max est confortable… mais semble fragile // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Les coussinets justement ont été pensés pour être changés en un tournemain. Accrochés au reste du casque par des aimants, ils se retirent très facilement. Trop facilement même. Si vous transportez l’AirPods Max dans un sac sans sa housse de protection, il y a fort à parier qu’il faudra récupérer au moins l’un des coussinets au fond de votre bagage. Et ça, c’est bien sûr le meilleur des cas : celui où il vous est possible de récupérer la pièce perdue. Dans le cas où vous perdriez un coussinet par mégarde, il faudra alors repasser à la caisse pour en racheter une paire à 79 euros.

Autour du cou

Si vous êtes du genre à garder votre casque toute la journée autour du cou lorsque vous ne l’utilisez pas, l’AirPods Max n’est peut-être pas le casque qu’il vous faut. À moins de vraiment le dérégler pour élargir la taille de son arceau, l’AirPods Max est très imposant et vient gêner sous le menton dès que l’on souhaite tourner la tête.

Par ailleurs, les écouteurs ne peuvent pas se tourner complètement vers l’intérieur. Il faudra donc soit le retourner, soit orienter les écouteurs vers l’extérieur, mais ce n’est pas agréable du tout, d’autant que la partie métallique froide est en contact avec la peau. C’est également un excellent moyen pour faire sauter par inadvertance l’un des coussinets. Autant dire qu’on vous conseillera vivement de ranger l’AirPods Max dans sa housse.

La housse de rangement de l’AirPods Max

L’AirPods Max est fourni avec une « Smart Case », un étui intelligent qui permet, grâce à des aimants, de mettre le casque en veille. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette coque a déjà fait couler beaucoup d’encre dès sa présentation.

Certains lui ont déjà décerné le prix du pire produit jamais créé par Apple (une société qui a tout de même inventé la souris qui se recharge par en dessous). Et on ne peut pas vraiment les contredire sur ce point…

La housse de l'AirPods Max

Clairement pas la meilleure invention d’Apple // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Cet étui est conçu en une seule pièce de plastique souple avec un revêtement doux à l’intérieur pour éviter de griffer le casque, mais au premier coup d’œil est facile de repérer des défauts majeurs : l’absence de protection sur l’arceau du casque, partie la plus fragile, et de grandes ouvertures laissant passer poussière et autres objets et liquides qui pourraient se balader dans un sac malmené.

On pourrait également citer le fait que le rabat de cette housse est plus grand que l’arceau à sa taille minimale, ce qui nécessite donc de le plier ou d’appuyer un peu plus fort dessus, et que les aimants manquent de force et qu’il n’est pas rare de s’y prendre à deux ou trois fois pour correctement la refermer.

Bref, toute notion esthétique mise de côté, nous vous laisserons face à votre propre jugement sur ce point, cette coque n’est ni pratique ni efficace dans sa fonction première (protéger le casque). L’échec est total.

La magie des AirPods

Comme pour les AirPods et les AirPods Pro, l’AirPods Max est parfaitement intégré à l’écosystème Apple et vise avant tout la simplicité. Ainsi, il suffit d’appuyer sur l’unique bouton proche d’un iPhone, d’un iPad ou d’un mac pour qu’une pop-up s’ouvre sur ce dernier, proposant d’apparier les deux appareils. C’est d’une simplicité enfantine.

Il est ensuite possible de régler certaines fonctionnalités depuis les réglages de la source. On peut ainsi choisir le cycle du bouton (réduction de bruit et transparence par défaut, on peut rajouter la désactivation de la réduction de bruit), définir le sens de la couronne ou encore activer ou désactiver l’audio spatial et l’égaliseur automatique en fonction de la morphologie des oreilles.

Oubliez par contre l’idée d’un égaliseur. Le son Apple, on l’aime comme il est ou on ne l’achète pas.

La gestion de l’autonomie est cependant moins perfectionnée que sur les écouteurs sans fil. Sur ces derniers, on peut facilement connaître l’autonomie restante de chaque écouteur et du boitier en ouvrant celui-ci près de l’iPhone. Pour l’AirPods Max, il est obligatoire d’ajouter un widget « Batteries » large pour avoir un pourcentage précis.

L’absence de bouton ON/OFF est également aussi pratique que déroutant. L’AirPods Max est pensé pour être posé lorsqu’il n’est pas utilisé. Si vous le conservez autour du cou (en mouvement donc), son gyroscope et ses accéléromètres ne permettront pas de le faire passer en veille. Lorsque vous ne l’utilisez pas, pensez donc bien à le ranger dans sa housse ou à le poser pour qu’il passe en veille au bout de 5 minutes.

Test de l’AirPods Max : un casque qui va faire un Max de bruit

Pour s’activer ou non, l’AirPods Max se base sur les deux capteurs de proximité contenus dans ses coussinets (un dans chacun d’eux). La plupart des constructeurs n’en intègrent qu’un seul, et après plusieurs jours d’utilisation, je ne saurais toujours pas dire ce que je préfère. C’est là bien évidemment une question de préférence, mais je confesse avoir pesté sur la sensibilité de ces capteurs qui ont mis plus d’une fois en pause mon écoute lors d’un simple repositionnement du casque ou d’un grattage d’oreille rapide. Par ailleurs, la reprise n’est pas automatique dès lors que l’on a laissé le casque de côté plus de quelques secondes. Après un passage en caisse par exemple, il vous faudra relancer la lecture manuellement de votre fichier audio.

Une réduction de bruit efficace et un mode Transparent éblouissant

L’AirPods Max est équipé de 6 micros orientés vers l’extérieur qui permettent, comme la plupart des casques nomades d’aujourd’hui, d’atténuer les bruits ambiants ou de les retranscrire dans les oreilles de l’utilisateur. Sur ce point, Apple a appris des AirPods Pro et propose des performances de haute volée.

À ce niveau, l’isolation passive de l’AirPods Max lui confère déjà une — faible, mais existante — longueur d’avance sur ses concurrents. Le premier test auquel nous avons soumis l’AirPods Max est celui d’un bruit de réacteur d’avion (passé sur des enceintes en raison de la situation sanitaire). Il s’agit d’un bruit monocorde redondant, sourd, mais facile à effacer pour un système de réduction de bruit. Contre le Sony WH-1000xM4, l’AirPods Max se montre plus efficace et arrive à annihiler entièrement le son là où son concurrent laisse passer un léger chuintement à volume égal.

Apple AirPods Max

Apple AirPods Max // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Plus difficile : dans le métro. Il s’agit d’un lieu de vie dans lequel on retrouve des bruits sourds (le roulement de la rame), des bruits plus nets et plus directs (la pression de l’ouverture des portes ou la sonnerie d’avertissement), mais aussi un brouhaha ambiant mêlé de discussions et parfois de cris d’enfants. À nouveau, l’AirPods Max montre sa supériorité ici et réduit davantage les bruits que son opposant, pourtant jugé comme l’un des meilleurs de sa catégorie.

Même sans musique, la plupart des nuisances sont absorbées avec efficacité, même si on distingue toujours quelques pics ponctuels, notamment dans les tonalités aigües d’un cri d’enfant par exemple. À ce jour, c’est certainement la meilleure réduction de bruit active que l’on puisse trouver sur un casque grand public.

Le mode transparence

En un clic, on passe de cette réduction de bruit active au mode transparence qui renvoie à l’utilisateur les bruits extérieurs et permet donc de tenir une conversation sans retirer son casque (au diable la politesse) ou espionner une conversation en faisant mine d’écouter de la musique.

Et plus encore que la réduction de bruit, ce mode transparence est juste éblouissant. Une fois celui-ci activé, on oublierait presque que l’on porte un casque. Comprenez par là qu’il n’y a ni souffle ni effet sourdine que l’on retrouve sur bon nombre de casques proposant une telle fonctionnalité. Mieux encore, les sons sont parfaitement nets, intelligibles, sans distorsion et même légèrement accentués. À ce titre, l’AirPods Max pourrait presque faire office de sonotone et tenir une conversation avec son casque sur les oreilles s’avère étrangement agréable.

Un son d’excellente facture

Intéressons-nous maintenant à la partie la plus importante pour un casque audio : la qualité du son. Pour la partie technique pure, Apple a intégré des transducteurs de 40 mm (une taille plutôt traditionnelle), un moteur muni de deux anneaux magnétiques en néodyme pour limiter la distorsion (encore une fois, c’est là quelque chose de plutôt courant) et le transfert Bluetooth fonctionne grâce aux seuls codecs implémentés par Apple dans l’iPhone à savoir le SBC et l’AAC.

Aussi, quand Apple promet de la Hi-Fi, il ne faut pas s’attendre à cette qualité en Bluetooth. Tout du moins pas nativement, puisque ces codecs compressent le flux de façon destructrice. L’arme secrète d’Apple va donc plutôt se jouer au niveau de l’électronique et de sa puce H1 qui s’occupe de traiter le signal sonore au sein même du casque avant sa diffusion dans nos oreilles. Un peu comme le ferait un système d’upscaling sur un téléviseur ou le DLSS pour le jeu vidéo, c’est cette puce qui va s’occuper d’extrapoler les données manquantes pour les retranscrire le plus fidèlement possible. Est-ce que c’est de la Hi-Fi ? Non, pas à proprement parler. Est-ce bon ? Oui.

Les coussinets de l'AirPods Max s'enlèvent

Sous les coussinets de l’AirPods Max, des drivers de 40 mm // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Tout d’abord en ce qui concerne le volume : l’AirPods Max est capable de pousser la chansonnette à plein coffre sans le moindre problème. C’est d’ailleurs un poil dangereux au vu de la sensibilité de la couronne qui permet de montrer très rapidement dans les décibels, malgré le risque pour vos oreilles. On note d’ailleurs une légère fuite du son, qu’importe le volume, qui permettra à vos voisins dans les transports en commun de deviner la musique que vous écoutez.

Malgré cela, même à plein volume, les distorsions sont assez faibles et le son est tout à fait écoutable. Pour le bien de mes tympans, la suite de ce laïus concernera un volume plus adéquat à une écoute longue durée (entre 60 et 75 %).

On retrouve ici une signature sonore proche de celle des AirPods Pro, à savoir quelque chose de globalement bien ajusté et moins marqué dans les basses que chez Sony par exemple. Sur tout le spectre de fréquence, l’AirPods Max est cependant réglé avec beaucoup de parcimonie pour permettre énormément de détail aussi bien dans les basses que dans les aigües. Ces derniers sont d’ailleurs extrêmement clairs et bien retranscrits. En ressort une impression de détail très agréable avec des instruments qui se détachent parfaitement les uns des autres, même sur des sources de mauvaise qualité.

Le traitement audio est vraiment impressionnant et permet d’apprécier aussi bien du rap et du métal très porté sur les basses que du jazz ou du classique où les aigües et les médiums sont prédominants. Ce très bon ressenti est valable sur de la musique, mais aussi sur du contenu plus vocal, comme des vidéos ou des podcasts puisque (tous) les médiums sont parfaitement retranscrits.

Notez que le fait que l’AirPods Max repose énormément sur l’électronique de sa puce H1 l’empêche de fonctionner en mode passif. Si vous n’avez plus de batterie, vous ne pourrez donc plus du tout l’utiliser.

Audio Spatial

Comme sur les AirPods Pro, l’AirPods Max propose une spatialisation du son pour les contenus compatibles (sur les appareils compatibles). Parmi les applications compatibles, on peut citer Apple TV+, Netflix (avec un abonnement UHD) ou encore Disney+.

On peut ainsi profiter d’un son Dolby Atmos, 5.1 ou 7.1 plutôt impressionnant permettant une véritable immersion dans le contenu et une sensation de déplacement dans la scène lorsque l’on bouge la tête.

Si l’effet ajoute de la profondeur au son, il arrive cependant que cela crée une sensation étrange par moment. Sur le film USS Greyhound La Bataille de l’Atlantique (sur Apple TV+), j’ai par exemple noté des effets de champ/contrechamp avec un rendu audio inversé (le personnage situé à gauche parlant dans l’oreille droite et celui de droite dans l’oreille gauche). C’est un peu déstabilisant.

Hormis ces ratés ponctuels et plutôt rares à en croire mes tests, la sensation est vraiment immersive pour les films d’action.

Un son propre, légèrement compressé par la réduction extérieure

Pour les appels, l’AirPods Max charge ses micros de réduire les bruits ambiants, non seulement pour l’utilisateur, qui profite toujours de la réduction de bruit ambiante (la plupart des concurrents la désactivent durant les appels), mais aussi pour le correspondant.

Dans un environnement calme, le son est très clair, aussi bien à l’écoute qu’à la diffusion et les conversations sont parfaitement audibles et agréables. Au passage à un environnement animé, on entend parfois un changement de « scène » avant que les bruits ambiants soient effacés (en un peu moins d’une seconde), générant au passage une légère compression de la voix.

La voix reste néanmoins très claire et bien mise en avant par rapport aux bruits ambiants et même s’ils restent un peu distincts en arrière-plan, les discussions restent parfaitement compréhensibles et limpides.

L’AirPods Max sur Android et Windows 10

Parfaitement pensé pour les utilisateurs de l’écosystème Apple, l’AirPods Max peut également s’utiliser sur d’autres appareils et ne vous oblige pas à rester captif dans cette galaxie de produits. Il est donc possible de l’appairer à un smartphone Android ou un PC sous Windows 10 en maintenant quelques secondes le bouton appuyé.

Une fois connecté, l’AirPods Max propose la même qualité de son et de réduction de bruit, le tout étant géré directement dans le casque. Il est donc parfaitement utilisable. Le bouton et la couronne sont également fonctionnels, à l’exception de l’appui long sur cette dernière qui reste lié à Siri et ne peut pas s’utiliser avec Cortana ou Google Assistant. On n’exclut pas qu’une app tierce puisse un jour gérer cela.

La Digital Crown de l'AirPods Max

La Digital Crown de l’AirPods Max fonctionne toujours sur Android et Windows // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

En revanche, on perd également un certain nombre de fonctionnalités intelligentes. Étrangement, on se rend compte par exemple que la détection de proximité ne fonctionne plus. Si vous retirez le casque, il continuera de lire votre musique. C’est problématique pour un casque qui ne dispose pas de bouton ON/OFF et qui se met tout seul en veille au bout de 5 minutes d’inactivité.

Autre point gênant : le niveau de batterie de l’AirPods Max n’est pas partagé avec un appareil d’une autre marque. Sur un Android ou un PC Windows, vous ne pourrez donc pas voir son niveau d’autonomie. À nouveau, c’est gênant sachant que rien sur le casque ne permet de le déterminer.

Il est également impossible d’utiliser le multipoint avec des appareils d’une autre marque qu’Apple puisqu’il est géré par le compte iCloud de l’utilisateur. Il est même donc impossible d’utiliser le multipoint avec un iPhone et un MacBook associés à des comptes différents. À moins d’être entièrement équipé chez la pomme croquée, cette fonctionnalité se montrera donc inutile.

Une batterie… dans la norme

Pour ce qui est de la batterie, Apple annonce une autonomie de 20 heures en utilisant la réduction de bruit active (RBA) et l’audio spatial, ce qu’on a pu effectivement confirmer sur une écoute continue avec le son au maximum et la RBA (pendant 20h40 très exactement). Dans les faits, sans pousser le son à fond et sur des sources traditionnelles sans audio spatial, vous pourrez même en profiter plus longtemps, sur une durée avoisinant presque les 24 heures. C’est un peu moins qu’un Sony WH-1000xM4 ou un Bose Headphones 700, mais reste dans la moyenne globale des casques sans fil.

L'AirPods Max se recharge via son port Lightning

L’AirPods Max se recharge via son port Lightning // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Pour la recharge, comptez 13 % récupérés en 15 minutes, soit plusieurs heures d’écoute. En 1 heure, l’AirPods Max a récupéré 72 % de batterie, puis le rythme ralentit et il faut compter un total de 2h15 pour une charge complète.

Aucun bloc secteur n’est fourni dans la boîte. Nos recharges ont été effectuées avec un bloc Apple 10 W.

Où acheter l’AirPods Max ?

L’AirPods Max est disponible depuis début décembre à 629 euros en gris, argent, vers, bleu et rose. On peut racheter une paire de coussinets à 79 euros et un câble Lightning vers mini-jack pour 39 euros.

Il se trouve non seulement sur le site d’Apple, mais aussi chez les différents marchands en ligne.

Note finale du test
8 /10
Avec son prix élevé et sa mention "Hi-Fi", l'AirPods Max tente donc de se distinguer des casques nomades en se positionnant en face de produits pensés pour les audiophiles... mais il n'arrive pas à se montrer à la hauteur de ses ambitions et peine -- assez logiquement -- à rivaliser avec un véritable casque HiFi filaire.

Maintenant que ce point est éclairci et que l'on sait que l'AirPods Max est un casque nomade qui vient se positionner face à un segment souvent deux fois moins cher, peut-il justifier son prix ? Ce point est déjà plus sujet à débat. En ce qui concerne la qualité audio, il est clairement au-dessus de sa concurrence directe (Sony ou Bose). À cela, il ajoute des finitions métalliques du plus bel effet (qui soulèvent cependant des questions au niveau des parties en tissu) et évidemment une intégration bien pensée dans l'écosystème Apple.

En ce sens, il vise un public qui n'a pas peur de débourser 300 euros de plus pour un produit un peu meilleur (car il l'est) et il répondra forcément à une demande.

À moins de ne pas être à 300 euros près et d'être particulièrement impliqué dans l'écosystème Apple, on vous conseillera tout de même de vous tourner plutôt vers un 1000xM4 (qui propose en outre un égaliseur audio), ou d'attendre une seconde génération qui sera peut-être proposée avec une housse de protection moins risible.

Points positifs de l'Apple AirPods Max

  • Très très (très) bon son

  • Réduction de bruit excellente

  • Mode transparent exceptionnel

  • La simplicité Apple (si vous êtes déjà captifs)

Points négatifs de l'Apple AirPods Max

  • Cette housse... VRAIMENT ?

  • Filaire en option (payant)

  • Pas d'utilisation passive (sans batterie)

  • Une durabilité qui questionne, surtout au niveau du mesh

  • Pensé pour l'écosystème Apple

Les derniers articles