Au MWC 2017, la qualité des conférences d’annonce dans son ensemble nous a un peu déçus. Et cela s’explique notamment par un manque d’originalité dans la forme.

Une fois n’est pas coutume, le MWC 2017 à Barcelone a été l’occasion d’assister à l’officialisation de nombreux smartphones. Nouveautés, innovations, prises de risque… C’est toujours le salon idéal pour approvisionner l’enthousiasme qui motive les acteurs du marché, les journalistes, les technophiles et les simples curieux… 

Vraiment ? Peut-être pas tant que ça. Ou, du moins, plus autant. Les grands constructeurs présents à Barcelone n’ont évidemment pas tari d’éloges sur leurs nouveaux produits, promettant ainsi efficacité, ingéniosité et technologies de pointe. Mais depuis quelque temps — et difficile de savoir exactement depuis quand cela a commencé —, il y a ce petit quelque chose qui cloche toujours à chacun des événements de ce genre. Et cette impression peut se résumer en un mot : l’ennui. 

Alors, avant de continuer, il est bon de préciser que ce sont les conférences, les keynotes, qui manquent cruellement de panache et d’audace, pas les produits eux-mêmes. Le but ici n’est pas de critiquer les smartphones, mais la manière dont ils sont mis en avant. Et pour cause, chaque constructeur utilise des recettes vues et revues, puisant dans les méandres insipides de la créativité.

En effet, les conférences se suivent et se ressemblent trop. On invite sur scène une flopée de spécialistes ou de personnalités pour leur faire dire à quel point le smartphone est merveilleux. Et la plupart du temps, on ne peut s’empêcher de trouver cela un peu creux, factice et trop préparé. D’autant plus que ça a tendance à s’éterniser.

C’est, par exemple, ce qu’a fait LG, et ce n’était pas follement passionnant, alors que le Sud-Coréen a signé un LG G6 très exaltant.

Le malaise HMD

HMD, pour sa part, nous a carrément plongés dans le malaise ultime avec un chœur chantant la sonnerie emblématique de Nokia… Ou encore avec la tentative d’humour mal habile où le présentateur fait semblant d’oublier de présenter le nouveau 3310 et revient sur scène avec un « One more thing » un peu gênant puisque tout le monde n’attendait que ça. 

Les couleurs de Huawei nous bassinent

Huawei, de son côté, a bien passé 15 minutes à expliquer pourquoi le Huawei P10 se déclinait en deux couleurs supplémentaires : bleu et vert. On me murmure à l’oreillette qu’il faut dire « Dazzling Blue » et « Greenery ». Il est vrai que ces deux modèles sont le fruit d’une collaboration avec le nuancier Pantone, mais la présentation ne convainc pas vraiment.

Le Greenery permettrait ainsi de se sentir plus reposé tandis que le bleu évoque la constance et la confiance. Mouais… Ça laisse tout de même une sérieuse impression de bullshit marketing, alors que le Huawei P10 n’avait pas besoin de ça pour convaincre.

La mode Steve Jobs

On en est donc là aujourd’hui. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, un certain Steve Jobs réussissait à créer un véritable culte autour de smartphones sur lequel on apposait une pomme croquée. Comment ? En présentant simplement le produit et en captivant l’attention des gens. Je ne pourrais vous dire ô combien je ne porte pas Apple dans mon cœur, mais force est d’admettre que ce bougre avait du verbe et de la prestance. Bien plus que Tim Cook, dont la conférence pour l’iPhone 7 se démarque seulement par un risible « It takes courage » destiné à justifier la disparition de la prise jack. Et on ne mentionne même pas l’annonce des derniers MacBook Pro, à mourir d’ennui. 

Et pour cause. Pendant un temps trop long, tout le monde semble avoir voulu imiter Steve Jobs, mais la formule est périmée depuis longtemps. À l’inverse, les petites touches d’originalité sont toujours appréciables. On se souvient comment Mark Zuckerberg avait réussi à nous mettre des étoiles plein les yeux lors de l’événement de Samsung au MWC 2016. Grâce à son intervention, les perspectives de la réalité virtuelle en ont fait rêver plus d’un.

Mais ces saillies sont encore trop rares. 

Plus d’innovations, moins de bullshit

Alors certes, il est difficile d’en vouloir réellement aux constructeurs. Le format de la conférence classique permet de parler à un maximum de personnes tout en garantissant une retransmission en direct sur le web. Ainsi, nous n’attendons pas forcément une présentation aussi impressionnante que celle des Google Glass en 2012, d’autant plus que l’on n’a plus jamais entendu parler de ces fameuses lunettes — niveau bullshit, on frappe fort là.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Cependant, nous sommes en droit d’espérer de meilleurs événements, plus passionnants. Cela pourrait se faire par plus de spontanéité avec des manipulations du smartphone plus poussées et des prises en main en direct. Les présentations seraient tout de suite plus sincères, inspirantes et changeraient des habituels discours creux dont on abreuve sans cesse les spectateurs. 

En plongeant plus les utilisateurs dans les fonctionnalités des nouveaux produits, ces derniers ne seront pas près de se lasser. La présentation d’un produit se doit d’être aussi innovante que ce dernier.