TikTok sauvé à la dernière minute par un accord avec Oracle, Trump et Walmart

 

Ce week-end devait mettre fin à la présence de TikTok aux États-Unis. Finalement l'application pourra rester et sans se faire racheter.

Au mois d’aout, Donald Trump signait deux décrets surprenants demandant le bannissement complet de TikTok et WeChat du sol américain. Dans le cas de TikTok, le but du gouvernement américain était de forcer un rachat du réseau social populaire par une entreprise occidentale, si possible une firme américaine. Microsoft a longtemps été considérée comme le favori pour ce rachat, qui voyait grand avec cette acquisition, mais c’est de ByteDance (et la Chine) qu’est venu le refus.

L’alternative toute trouvée pour ByteDance, le propriétaire de TikTok, était de se tourner vers le géant américain Oracle dont les dirigeants ont des relations privilégiées avec Donald Trump. Pari gagnant, le réseau social a échappé au bannissement, mais aussi au rachat.

Pas de rachat de TikTok finalement

L’accord trouvé par les différents partis prévoit la création d’une nouvelle entité américaine TikTok Global, toujours possédée et contrôlée en majorité par ByteDance, mais avec l’intégration d’acteurs américains. Oracle sera bel et bien le partenaire technologique de TikTok, et le géant hébergera ainsi toutes les données du réseau social des utilisateurs américains (100 millions de comptes environ) et gérera le système informatique de l’entreprise « pour correspondre aux exigences de la sécurité nationale des États-Unis », d’après TikTok.

Ce n’est pas tout, le géant du commerce et de la grande distribution Walmart (un concurrent de Carrefour) va aussi prendre des parts dans TikTok Global. Les deux groupes américains pourront cumuler 20% des parts de la nouvelle entreprise, qui fera par la suite son entrée en bourse. Pour Walmart, l’intérêt est dans la grande base utilisateur du réseau social, particulièrement jeune, ce qui pourrait l’aider à concurrencer Amazon. Le groupe veut aussi intégrer ses services de commerces en ligne directement à l’application TikTok.

Toujours pour renforcer la présence américaine à la tête de l’entreprise, le conseil d’administration sera composé de 4 Américains sur 5. Malgré tout, TikTok Global restera pour le moment détenu à 80% par le groupe chinois ByteDance. Les inquiétudes concernant l’intégration d’une backdoor qui pourrait permettre à la Chine de récupérer les données des Américains, à la manière du gouvernement des États-Unis avec la NSA, ne s’éloignent donc pas vraiment.

Donald Trump approuve à la dernière minute

Après l’échec de Microsoft, Oracle est rapidement devenu favori pour être le partenaire de TikTok, et pour cause. Safra Cats, CEO d’Oracle faisait partie de l’équipe de Donald Trump en 2016, et Larry Ellisson, executive chairman de la firme, a organisé une collecte de fonds pour Donald Trump. C’est peut-être ce qui a convaincu Donald Trump d’accepter cet accord. Le président a toutefois indiqué qu’il n’acceptait que « le concept » de l’accord.

J’ai donné ma bénédiction à l’accord. J’ai approuvé le concept de l’accord.

En attendant que cette nouvelle situation se solidifie, le département du commerce américain a fait retarder le bannissement de l’application d’une semaine. Il pourrait être levé définitivement si ce nouvel accord aboutit correctement, et si le président américain ne change pas d’avis.

Les derniers articles