Microsoft voudrait désormais racheter TikTok partout et même en Europe

Don't stop, make it pop

 

Bien décidé à racheter le réseau social développé par ByteDance, Microsoft aurait étendu son offre de rachat à de nouvelles régions.

Microsoft est bien décidée à racheter TikTok

Microsoft est bien décidée à racheter TikTok

La deadline est tombée, TikTok sera banni dans 45 jours si rien ne se passe. Le gouvernement américain souhaite en effet bloquer cette application, ainsi que WeChat, et avance la collecte de données de ces applications comme justification. Il y a quelques jours, Microsoft a proposé un plan pour régler la situation : racheter la branche américaine de TikTok et faire en sorte que les données soient conservées aux États-Unis tout en gardant le service en vie dans le pays.

Cette proposition faite après une discussion avec Donald Trump, devait également intégrer le rachat de TikTok au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Désormais, Microsoft voit plus grand.

L’Inde et l’Europe sont désormais dans le viseur de Microsoft

Le site Financial Times annonce en effet avoir interrogé cinq sources différentes et proches du dossier qui affirment toutes que Microsoft souhaite étendre le rachat de TikTok à de nouvelles régions : l’Europe et l’Inde, pays où le service est banni depuis le mois de juin, mais où il avait connu beaucoup de succès (plus de 650 millions de téléchargements d’après SensorTower). Plus clairement, cela signifie que si le rachat avait lieu, Microsoft obtiendrait le contrôle de toutes les activités de TikTok en dehors de la Chine. Dans ce scénario, la maison mère ByteDance continuerait de proposer le service Douyin en Chine, l’équivalent de TikTok pour le pays.

Ces évolutions sur la portée du rachat en quelques jours montrent que Microsoft et ByteDance doivent avancer très vite sur le dossier. Avec la signature du décret présidentiel par Donald Trump dans la nuit du 6 au 7 août, la firme doit impérativement conclure le rachat avant la mi-septembre.

Toujours d’après le site, ce changement d’avis de la part de Microsoft vient aussi des problèmes éventuels que poserait un rachat partiel de TikTok. Dans le premier scénario, la version européenne de l’application aurait par exemple continué d’être opérée par ByteDance, alors que la version américaine passerait sous le contrôle de Microsoft. Ce serait alors posé des questions comme le comportement de l’application pour un visiteur américain en Europe, ou l’évolution des fonctionnalités de l’application. En assurant un rachat international de toutes les activités de TikTok, Microsoft règle ces questions.

Un dossier très complexe

La question du rachat de TikTok ne ressemble à aucun rachat d’entreprise tech. Pour mener à bout son projet, Microsoft doit réussir à jongler entre les exigences du gouvernement américain, sans se mettre à dos les autorités chinoises, ses capacités d’investissement dans le rachat d’un service aussi populaire (estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars), les demandes de ByteDance et sa propre stratégie pour l’avenir de l’application.

D’après le Financial Times, Microsoft aimerait par exemple convaincre le gouvernement américain de lui laisser un an pour séparer TikTok de ses racines chinoises et répondre aux exigences en matière de collecte de données posées par les États-Unis.

Les derniers articles