Microsoft développe actuellement deux nouvelles consoles de jeux, c’est en tout cas ce qui ressort de très nombreuses fuites d’informations. Une des deux consoles fera le pari du cloud gaming. En parallèle, Microsoft a débuté de lourds investissements dans des centres de données dédiés à cette activité.

La manette de la Nvidia Shield TV et la manette Microsoft Xbox

Nous étions déjà au courant que la prochaine console Xbox sera dévoilée en 2020, il est désormais évident que Microsoft travaille sur une deuxième console Xbox qui sera réservée aux jeux en streaming. L’information était connue, elle vient d’être confirmée par le média Thurrott.com.

Une console Xbox dédiée au cloud gaming

Cette console dédiée au streaming intégrera une très faible puissance de calcul pour des tâches essentielles telles que la gestion des périphériques ou encore le traitement de l’image. Cela permettra de réduire la latence dans le streaming de jeux. Une partie des calculs sera effectuée localement, tandis que les calculs qui nécessitent une importante puissance graphique se feront dans le cloud afin de réduire le décalage de traitement d’image.

Ce projet n’est plus vraiment un secret, la console porte d’ailleurs le nom de code : Scarlett. Microsoft a déjà évoqué son service de streaming de jeux à l’E3, ce dernier est conçu pour fonctionner sur n’importe quel appareil. Il sera donc possible d’y jouer depuis son smartphone Android et sa tablette Chrome OS. C’est un élément clé des futurs projets de Microsoft dans sa division Xbox, un « Netflix pour les jeux vidéo » qui est actuellement nommé Xbox Game Pass. À noter que pour le moment, ce service n’est pas du streaming, mais du téléchargement en dur.

XCloud : des centres de données dédiés au cloud gaming

Concernant les serveurs dédiés à cette activité, The Verge a eu la confirmation de sources bien informées que Microsoft est actuellement en train de monter son projet de centres de données. Désignée sous le nom de code  » XCloud  » en interne, cette initiative de Microsoft prévoit d’intégrer jusqu’à quatre Xbox personnalisées par hub rackable. Ces serveurs seront d’abord utilisés par les développeurs pour créer et développer des jeux au lieu d’utiliser des machines de débogage locales. Évidemment, pour garantir une bonne expérience de jeu en cloud gaming, il est important d’avoir de nombreux centres de données partout dans le monde. C’est un investissement très important, il est fort à parier que le lancement de ce service soit réservé à certaines régions dans un premier temps.

Le cloud gaming n’est qu’à ses débuts

Ce n’est pas la première solution de cloud gaming, la société française Blade a commercialisé Shadow, un ordinateur de gamers dans le cloud disponible en France, Allemagne, Royaume-Uni et en Californie (Etats-Unis), tandis que Nvidia continue à développer GeForce Now. D’ailleurs, GeForce Now a été déployé sur la Shield TV, et nous l’avons testé. Si vous êtes propriétaire d’une Shield TV, le service en beta-test est accessible gratuitement.

La box de Shadow

Les solutions de cloud gaming se mettent doucement en place, Google n’a d’ailleurs pas encore dégainé la sienne et Sony avance timidement avec PlayStation Now. Entre temps, les technologies d’accès à Internet à très haut débit continuent à être déployées, comme la fibre optique et la 5G dès 2019. C’est un élément essentiel, car une des problématiques du cloud gaming est la latence. L’approche matérielle de Microsoft pourrait donc s’avérer stratégique.

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)