Dans l’éventualité d’une riposte interdisant l’utilisation des terres rares chinoises par les entreprises américaines, Washington se prépare à un plan d’action visant à assurer une meilleure indépendance pour l’approvisionnement de ces matières premières, essentielles à la fabrication d’appareils électroniques.

Donald Trump (USA) et Xi Jinping (Chine)

Depuis le début de l’affaire voyant s’affronter Huawei et l’administration américaine, la Chine a commencé à élever la voix. Le 29 mai, la presse officielle chinoise se faisait échos de la position de Beijing qui envisagerait « sérieusement » de limiter l’exportation de terres rares vers les États-Unis. Une sanction qui pourrait affecter considérablement la conception d’appareils électroniques.

Pour rappel, les terres rares sont des métaux utilisés massivement dans le cadre de l’électronique. Or, si la Chine concentre 37% de ses gisements dans le monde, les États-Unis n’en ont que 1,2%. L’industrie américaine se repose donc fortement sur l’importation de ces matériaux depuis la Chine, mais également le Brésil (18% des gisements), le Vietnam (18%) ou la Russie (15%). La fin de l’exportation chinoise priverait donc massivement les États-Unis d’une de sa principale source d’approvisionnement.

C’est dans ce cadre que Wilbur Ross, secrétaire au Commerce américain, a annoncé ce mardi la mise en place de 24 objectifs pour assurer un accès à des matériaux cruciaux. Outre les terres rares, on trouve également certains matériaux stratégiques comme l’uranium ou le titanium. « À travers les recommandations détaillées de ce rapport, le gouvernement fédéral prendra des décisions sans précédent pour s’assurer que les États-Unis ne seront pas coupés de ces matériaux vitaux », a indiqué le secrétaire au Commerce.

Six objectifs pour une plus grande indépendance des États-Unis

Concrètement, ce sont six objectifs qui sont développés par Washington : l’augmentation de la recherche et développement, le renforcement de la chaîne d’approvisionnement, le renforcement des traités internationaux, l’amélioration de la compréhension des ressources minières américaines, l’amélioration de l’accès aux ressources minières domestiques et l’augmentation de la force de travail minière.

L’objectif pour Washington est clairement de réduire la vulnérabilité des États-Unis en cas de coupure de la chaîne d’approvisionnement, pour une plus grande indépendance : « Si la Chine ou la Russie arrêtaient leurs exportations vers les États-Unis et ses alliés pour une longue période […] une interruption prolongée de l’approvisionnement pourrait causer un gros choc à travers la chaîne d’approvisionnement des minéraux critiques ».

Affaire Huawei : la Chine prête à riposter en privant les USA de matières premières