Dans le cadre de la loi anti-gaspillage, le Sénat a voté mercredi 25 septembre l’interdiction de la destruction des invendus non alimentaires. Cela pourrait impacter les places de marché.

Crédit image : REUTERS/Juan Carlos Ulate

Mercredi 25 septembre, la loi anti-gaspillage a été discutée au Sénat. Le but est d’améliorer la collecte des déchets, d’informer davantage les acheteurs sur leurs biens de consommation et de mobiliser les industriels pour éviter le gaspillage à grande échelle.

Le gaspi, c’est fini

Les sénateurs ont donc voté l’interdiction de l’élimination des invendus non alimentaires, comme les produits d’hygiène, les textiles, mais aussi les produits électroniques et le petit électroménager. Autrement dit, les revendeurs ne pourront plus se débarrasser de leur stock en les jetant ou en les incinérant.

Cette loi impose donc un réemploi ou un recyclage des produits non alimentaires neufs, y compris pour la vente à distance. Le barème initial évoque des amendes allant jusqu’à 3 000 euros pour une personne physique ou 15 000 euros pour une personne morale. Un amendement prévoit également une peine complémentaire d’affichage ou de diffusion de la sanction.

Amazon et consorts en ligne de mire

Cette loi vise notamment les places de marché en ligne comme Amazon par exemple. En effet, un grand nombre de professionnels du drop shipping louent des espaces limités dans les lieux de stockage de ces revendeurs, puis y abandonnent leurs marchandises invendues lorsque le loyer devient trop onéreux, leur transport à leur point de départ n’étant généralement pas rentable. Amazon seul a détruit plus de trois millions de produits neufs invendus en 2018.

Au total, ce sont 800 millions d’euros de produits non alimentaires neufs qui sont détruits chaque année selon une étude récente.

Dans le cas d’Amazon en revanche, le problème est déjà réglé. Pointée du doigt cet été, la société de Jeff Bezos a annoncé que tous ces produits invendus seraient désormais donnés par le biais d’associations caritatives.

C’est encore bien sûr très peu, mais c’est un premier pas.