La redevance audiovisuelle c’est fini, le gouvernement la tuera dès 2022

Le mécanisme qui doit la remplacer reste à préciser...

 

C’était l’un des souhaits d’Emmanuel Macron pour son second mandat, la redevance TV va bien être supprimée dès cette année. Une économie de 138 euros par an pour les ménages français, mais un manque à gagner de 3 milliards pour l’audiovisuel public.

TV
Promesse de campagne tenue pour le président Macron : la redevance audiovisuelle va bien être supprimée // Source : Possessed Photography – Unsplash

C’est confirmé, conformément à la promesse de campagne d’Emmanuel Macron, la redevance audiovisuelle va bien être supprimée… et ce dès 2022. « La contribution à l’audiovisuel public sera supprimée de manière pérenne dès cette année et le financement de l’audiovisuel public sera assuré dans le respect de l’objectif à valeur constitutionnelle de pluralisme et d’indépendance des médias », a indiqué Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, dont les propos nous sont rapportés par Le Figaro.

Cette suppression serait entérinée durant le second semestre, au travers du nouveau projet de loi de finances rectificative (PLFR). Le millésime 2022 de ce projet doit en effet être présenté après les élections législatives, qui se tiendront mi-juin.

138 euros par an à débourser en moins pour les Français

La suppression de la redevance audiovisuelle est un bien pour un mal. Dans un contexte d’inflation et de forte montée des prix sur les biens de consommation, cette mesure devrait permettre d’améliorer le pouvoir d’achat des Français en supprimant une redevance chiffrée à 138 euros par an. La suppression de cet impôt va toutefois peser sérieusement sur les finances de l’audiovisuel public, en générant un manque à gagner annuel estimé à plus de 3 milliards d’euros nets.

Cet important budget contribuait jusqu’à présent à financer les groupes TV et radio du domaine public, dont France Télévisions, Radio France, Arte ou encore France Medias Monde. Il faudra donc trouver un mécanisme pour compenser ce manque à gagner. C’est sur ce point que le gouvernement est désormais attendu, d’autant que la suppression de la redevance audiovisuelle pourrait porter en elle le risque d’une perte d’indépendance des médias publics vis-à-vis de l’État, rappelle Le Figaro.

…mais 3 milliards d’euros à compenser dans les caisses de l’audiovisuel public

Pendant la campagne d’Emmanuel Macron, le gouvernement avait cependant tenu à rassurer par l’intermédiaire de Gabriel Attal. « On a besoin d’un audiovisuel public fort dans un contexte de désinformation, dans un contexte où les géants du numérique font circuler des informations qui ne sont pas toujours sourcées, on a besoin d’un audiovisuel public parce qu’il participe aussi à la création française. On va continuer à le financer, à garantir ses moyens, son indépendance », avait notamment déclaré le porte-parole du gouvernement sur France Inter.

Reste que le gouvernement n’a pas encore indiqué sur quel mécanisme il compte s’appuyer pour compenser la suppression de la redevance audiovisuelle. À ce stade, on sait seulement que l’Inspection générale des finances (IGF) et l’Inspection générale des affaires culturelles (Igac), ont été sollicitées par l’exécutif en octobre 2021 pour trouver des financements alternatifs.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles