Mastodon ne remplacera pas Twitter

L'alternative n'en est pas une

 

Si vous êtes fatigués par Twitter, Mastodon vous ouvre les bras. Mais, est-ce la véritable alternative à Twitter ? On vous explique pourquoi ce déroutant réseau social est loin d'être parfait.

Le débarquement d’Elon Musk sur Twitter catapulte un réseau social… mais pas celui que le magnat imaginait. Ou pas du moins pour l’instant. S’il y a eu un gagnant clair avec les mouvements d’Elon Musk à ce jour, c’est Mastodon.

Depuis le 27 octobre, plus de 300 000 utilisateurs ont rejoint Mastodon, cela donne plus de 1 million d’utilisateurs actifs avec plus de 70 000 nouveaux inscrits par jour actuellement. C’est 700 % de plus qu’avant le rachat de Twitter par Elon Musk. La hausse des inscriptions et des téléchargements est un vrai challenge, cela entraîne des contretemps et beaucoup de questions sur la capacité de Mastodon à s’imposer comme une alternative à Twitter. Mais, est-ce vraiment l’alternative attendue ?

Qu’est-ce que Mastodon ?

Voici ce qu’est Mastodon : un site Web de microblogging open source géré par la communauté. Mastodon a été lancé comme une alternative à Twitter décentralisée et respectueuse des utilisateurs.

Il vous permet de publier des « toots » (ou « pouets » en français) et vous pouvez « booster » les publications d’autres utilisateurs. C’est principalement comme Twitter, mais au lieu de vivre en un seul endroit, le réseau social vit en différents morceaux, appelés « instances », chacun avec ses propres règles et ses administrateurs. C’est ce qui constitue une « fédération », et cela protège l’intégrité du service : aucun serveur central n’existe. Ainsi, si une instance arrête de payer pour son serveur, elle disparaît, mais les autres instances sont toujours là. Les instances peuvent être financées par le crowdfunding, garantissant par conséquent une expérience sans publicité et garantissant que personne ne la possède.

Même si les instances peuvent être ouvertes à tous, Mastodon a également une option pour vous permettre de la garder privée. Les utilisateurs de différentes instances ont le pouvoir de se suivre et de communiquer entre eux. Si vous pensez à IRC, Reddit, Discord ou les bons vieux forums, on n’en est vraiment pas loin techniquement.

Concrètement, tant que les administrateurs paient pour maintenir leurs instances, Mastodon peut s’étendre ou se contracter naturellement sans menacer l’ensemble du réseau. Parce que c’est open source, vous pouvez même créer la vôtre si vous le souhaitez. Il y a une instance principale — mastodon.social, qui est l’instance par défaut pour les débutants. Il en existe des dizaines et des dizaines, dont certaines sont spécialisées autour d’un sujet précis : un jeu vidéo, une série, un sujet de société et ainsi de suite.

Est-ce une alternative à Twitter ?

Techniquement, Mastodon est une alternative à Twitter. Logiciel décentralisé construit sur des normes ouvertes, Mastodon est une plateforme prometteuse pour ceux qui souhaitent échapper à Twitter. Mais, il est compliqué d’en faire une alternative sérieuse et unique à Twitter.

Encore à ses débuts, la plateforme est criblée de défauts qui lui sont propres. Tout d’abord, il y a beaucoup moins d’influenceurs de haut niveau que d’autres sites de médias sociaux, vous ne retrouverez donc pas forcément les comptes que vous aimez suivre. Et si la personne que vous aimez suivre est bien là, il faudra trouver sur quelle instance elle crée du contenu. C’est comme si plusieurs réseaux Twitter co-existaient côte à côte, dont certains seraient privés, d’autres publics, avec des règles de fonctionnement différentes. C’est un chaos semi-organisé qui est très déroutant pour les nouveaux utilisateurs. Et, c’est le cas dès l’interface de création d’un profil.

Lorsque de nouveaux utilisateurs veulent essayer Mastodon, ils peuvent choisir de rejoindre un serveur en fonction de leurs intérêts, de leur langue ou de leur région. Vous trouverez vraiment des communautés très différentes. En d’autres mots, on est entre nous, et généralement les utilisateurs de ces communautés se ressemblent beaucoup.

Dès l’inscription, on vous invite à rejoindre une instance // Source : Frandroid

Mastodon n’est pas une plateforme de médias sociaux grand public, certains la comparent même à GNU/Linux quand on doit parler d’OS pour PC et d’alternative à Windows. Les nouveaux utilisateurs sont souvent ignorants de ses fonctionnalités et frustrés par sa structure compliquée, qui est très différente du guichet unique proposé par Twitter.

Vous verrez des utilisateurs confus se demander où sont allés leurs amis lorsqu’ils changent d’instance. De plus, vous serez frustrés par les instances qui n’acceptent plus de nouveaux utilisateurs, par les fonctionnalités qui vous manqueront… L’autre défi pour la capacité d’évolution de Mastodon qui dispose de ressources très limitées par rapport à Twitter. Plutôt que de compter sur des investisseurs, Mastodon survit grâce aux dons, au financement participatif, aux parrainages et aux subventions.

Dans tous les cas, rien ne vous empêche de tester Mastodon. Néanmoins, vous êtes avertis maintenant.


Envie de retrouver les meilleurs articles de Frandroid sur Google News ? Vous pouvez suivre Frandroid sur Google News en un clic.