Après Bing, Brave et DuckDuckGo veulent aussi jouer la carte de l’IA sur leurs moteurs de recherche

 

Après la sortie de la nouvelle version du moteur de recherche Microsoft Bing intégrant l'intelligence artificielle ChatGPT, c'est au tour de ses concurrents DuckDuckGo et Brave Search d'intégrer de l'IA dans leurs résultats de recherche... mais chacun à leur façon.

DuckDuckGo et Brave Search intègrent de l’IA dans leurs résultats de recherche, mais par deux approches différentes. // Source : Frandroid

Bing fait des émules auprès des autres moteurs de recherches. En plus de mettre la pression sur Google — le mastodonte de la recherche dans le monde –, l’intégration récente de l’intelligence artificielle ChatGPT à ses résultats de recherche inspire ses concurrents. À quelques jours d’intervalle, DuckDuckGo et Brave Search ont tous les deux annoncé l’ajout d’une fonction de résumé automatique d’information créé par IA.

Dans les deux cas, le moteur de recherche affiche une petite bulle de texte tout en haut de la liste des résultats de recherche, généré à partir d’informations liées à la question qu’on lui pose. Et dans les deux cas, l’outil cite ses sources afin d’offrir un résumé d’information le plus fiable possible. Si les différences entre ces deux nouveautés sont fines, voire inexistantes, pour l’utilisateur lambda, leurs approches du résumé par IA sont radicalement différentes.

Brave Search cite l’ensemble du web

Plus connu pour son navigateur web basé sur Chromium (également derrière Google Chrome et Microsoft Edge), Brave a également lancé son moteur de recherche en 2021, se basant sur son propre index de recherche. C’est donc sur ce moteur que s’intègre la nouvelle fonctionnalité « Summarizer », annoncée deux ans jour pour jour après la sortie de Brave Search.

Source : Capture d’écran de Brave Search

Cet outil répond donc à la question posée en se basant sur de multiples sources web qui y correspondent. Mais à l’inverse de Bing avec ChatGPT, la bulle d’information se limite à l’usage des grands modèles de langage (ou Large Language Models, LLM), les algorithmes sur lesquels est basé ChatGPT. En clair, Summarizer se limite à citer le web plutôt qu’à tenter de se faire passer pour un humain à travers ses réponses.

Cette nouvelle fonctionnalité de Brave Search est déjà activée par défaut pour tous ses utilisateurs, mais vous pouvez bien sûr la désactiver dans les paramètres.

DuckDuckGo n’a confiance qu’en Wikipédia

De son côté, DuckDuckGo est un moteur de recherche qui n’a pas son propre index de recherche, à l’inverse de Brave : il est en partie basé sur les résultats de Microsoft Bing. Son outil « DuckAssist » annoncé le 8 mars s’intègre donc à ses services et extensions de navigateur en produisant un petit résumé textuel répondant à la question posée.

Mais cette fonctionnalité se base quant à elle directement sur la technologie de génération de langage imitant l’écriture humaine, développée par OpenAI et de son rival Anthropic. En revanche, DuckAssist limite volontairement les sources d’informations à quelques sites encyclopédiques, principalement Wikipédia.

DuckDuckGo affirme donc que cela évite la tendance des IA basées sur de multiples sources à « halluciner », présentant des informations totalement fausses comme étant vraies — comme ça peut être le cas pour le Summarizer de Brave.

DuckAssist est cependant encore en bêta, mais devrait être accessible à tous ses utilisateurs dans les semaines qui suivent. D’autres fonctions usant d’intelligences artificielles sont aussi promises dans les mois à venir.

Deux outils imparfaits, mais qui restent utiles

DuckAssist et Summarizer sont imparfaits dans les deux cas, même s’ils s’amélioreront progressivement puisque ces outils sont basés sur des IA qui apprennent au fur et à mesure de leur usage.

Mais ce sont dans tous les cas des ajouts appréciables, ne serait-ce que pour trier visuellement les informations sur la page des résultats de recherche des deux moteurs.


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).