Sur internet, il y a des gens qui aiment se vieillir. Par chez nous, on préfère la classe d’une peinture de la Renaissance : découvrez AIportraits.

L’intelligence artificielle a le droit à de très belles applications dans la recherche scientifique ou encore la médecine. La technologie est souvent considérée comme une nouvelle ère pour les évolutions majeures de demain.

Mais ça, on s’en fiche. Parce qu’elle est tout de même beaucoup plus amusante quand elle nous vieillit, à l’image de FaceApp, ou nous fait prendre des visages animaliers. Chez FrAndroid, obligés que nous sommes de prendre des selfies pour bien tester les appareils, on est plutôt à la recherche de la classe.

Transformez vos selfies en oeuvre d’art

Et avec ce site, nos rêves de grandeur peuvent se réaliser. À quoi bon faire un autoportrait s’il n’a pas la même aura historique qu’une peinture ? C’est ce que propose le site AIPortraits.com, qui vous permet d’envoyer l’un de vos selfies pour le transformer automatiquement en une peinture de la Renaissance.

Le site a été créé par des chercheurs du MIT IBM Watson Lab. Il se base sur un modèle entraîné à reconnaître les traits de l’Homme et les reproduire à la manière des 45 000 peintures que l’équipe lui a fourni.

Aussi, les peintures générées ne sont pas nécessairement à l’exact, et sont plutôt « peintes » par l’intelligence artificielle avec une certaine forme de « liberté artistique ». De l’art naïf donc, pour une IA au talent potentiel d’un Rembrandt ou Caravaggio.

Aucune peur pour vos données

Tout ça est bien amusant, mais alors que FaceApp est en pleine controverse sur son exploitation des données, est-ce bien prudent d’utiliser AI Portraits ? Pas de panique : comme le stipule le site, vos photos sont envoyées au serveur pour créer votre portrait, puis immédiatement supprimées. Seul le résultat est conservé par le site.

L’idée d’AIPortraits pour les chercheurs est de permettre à tout un chacun d’expérimenter avec l’intelligence artificielle et d’en observer les limites. L’équipe enjoint quiconque à « casser » cette intelligence artificielle, et pointe déjà du doigt l’une de ses limites : elle éprouve des difficultés à reproduire les sourires.

Plus qu’une analyse de l’IA, c’est donc également un commentaire sur les tendances artistiques du XVème siècle, qui n’aimaient de toute évidence pas les dents apparentes et les sourires trop prononcés. A contrario, les barbes très fournies étaient tendances.

Essayez de vous-même l’outil en visitant AIportraits.com ! Le site rencontrant un franc succès, il vous faudra peut-être vous y prendre à deux fois avant d’arriver à y accéder, mais le jeu en vaut la chandelle.