Sony a dévoilé hier ses résultats pour le second trimestre de son année fiscale 2019. Un second trimestre marqué par un résultat d’exploitation en hausse de 16 % et une forte demande en capteurs photo pour smartphones. Assez pour amortir la perte de vitesse enregistrée par la branche Gaming du géant nippon.

En dépit des résultats timides présentés par sa division Gaming, Sony peut sans rougir se frotter les mains cet automne. Le fabricant nippon, qui a dévoilé ce 30 octobre le bilan financier de son second trimestre 2019, arbore un bénéfice d’exploitation bondissant, avec 16 % d’accroissement par rapport au second trimestre 2018. De quoi porter ces résultats à un niveau record : jamais Sony n’avait profité d’une telle conjoncture sur cette période, indique l’agence de presse britannique Reuters. Une annonce portée en grande partie par la forte demande en capteurs photo observée entre juillet et fin septembre, date de clôture du Q2 2019 de Sony.

Le feu vert pour la construction d’une nouvelle usine de capteurs

Ces bons résultats permettent à la marque de revoir à la hausse ses prévisions pour l’année fiscale 2019, qui prendra fin le 31 mars 2020. On passe ainsi d’un profit prévisionnel de 810 milliards de yens à 840 milliards. Reuters note toutefois que Sony ne pourra pas égaler le bilan enregistré l’année dernière. Et pour cause, le groupe comptabilisait alors 894 milliards de yens en profits bruts. Un record.

Les inhabituelles performances du géant de l’électronique sur ce second trimestre 2019, marqué par un résultat opérationnel estimé à 279 milliards de yen (soit près de 2,6 milliards de dollars US), sont dues à la prestation impeccable de sa division dédiée aux capteurs sur un marché tourné vers la multiplication des modules photo sur smartphones. Les profits de cette dernière s’élèvent ainsi à 76,4 milliards de yens, soit une augmentation de 59 %. Un record, là encore, et ce tous trimestres confondus, qui donne le feu vert à Sony pour finaliser son projet de construction d’une nouvelle usine de capteurs photo à Nagasaki.

Sony gonflé à bloc malgré une division Gaming au ralenti

La division PlayStation, elle, ne peut se prévaloir d’un pareil bilan. Avec une PlayStation 4 en bout de course, une offre de jeux en streaming (PlayStation Now) sévèrement concurrencée, ou encore l’arrivée sur le marché de nouveaux acteurs, comme Google et son offre dématérialisée Stadia, la branche Gaming de Sony est en souffrance et les chiffres ne trompent pas. Les profits sont en baisse de 28 % sur ce secteur, pour tomber à « seulement » 90,6 milliards de yens.

Malgré ce revers vidéoludique, l’annonce des résultats pour le second trimestre 2019 permet à Sony de poursuivre son ascension en bourse, avec une augmentation de 32 % du prix des actions depuis avril dernier, pointe Reuters.