Ryzen Pro 5000 : AMD est très sûr de la supériorité de ses processeurs face à Intel

 

AMD prévoit que ses nouveaux processeurs Ryzen Pro de la série 5000 surclassent en grande partie la concurrence. Trois modèles ont été présentés ce mardi 16 mars, un par gamme de prix.

Depuis 2017 et l’annonce de ses premiers processeurs Zen, AMD a su se tailler une place de choix dans un marché autrefois dominé par Intel. Pour preuve, le nombre de PC portables équipés de produits AMD : en 2018, la marque américaine en proposait ses Ryzen dans 21 modèles, contre désormais 63 en 2021.

Ce mardi 16 mars, AMD annonce ses nouveaux Ryzen PRO de la série 5000, qui viennent compléter encore un peu plus l’architecture Zen 3. Il s’agit du Ryzen 7 PRO 5850U, du Ryzen 5 PRO 5650U et du Ryzen 3 PRO 5450U. Comme l’indique le U en fin de nom,  ces trois modèles sont destinés uniquement au mobile. Chacun d’entre eux répond à une gamme de prix différent, et donc à une puissance et un nombre de cœurs différent.

Commençons par le plus puissant. Le Ryzen 7 PRO 5850U possède 8 cœurs cadencés à 1,9 GHz, et 4,4 GHz en turbo. Un peu en dessous, on trouvera le Ryzen 5 PRO 5650 U avec 6 cœurs, dotés d’une fréquence d’horloge de 2,3 GHz de moyenne, pour 4,2 GHz en turbo. Le dernier et moins puissant des trois se prénomme Ryzen 3 PRO 5450U et se voit affubler de 4 cœurs, capables de tourner à 2,6 GHz de moyenne, et 4 GHz en turbo. Tout trois ne dégageront qu’une enveloppe thermique très faible de 15 watts, et devraient donc être assez faciles à refroidir. Un détail loin d’être négligeable en PC portable.

65 % devant Intel

Selon AMD, il n’y a pas photo face à la concurrence. La marque américaine s’offre un petit comparatif entre le processeur le plus puissant de sa gamme pro, le Ryzen 7 PRO 5850 U, et son équivalent en terme de positionnement, l’Intel Core i7-1185G7. Sur 15 tests réalisés par AMD, à part dans trois catégories, le Ryzen 7 est toujours devant, et même très loin devant dans certains cas.

Testé sur les outils de benchmark bien connus Cinebench R20, Passmark 10 et Geekbench v5, il obtient un score supérieur de 65 % pour les deux premiers et 48 % pour Geekbench. Il n’y a qu’en monocœur qu’il semble un peu derrière, puisqu’il offre un score inférieur de 3% à son homologue d’Intel.

Avec des applications typiques de la vie de bureau, l’avance est un peu moins écrasante, même si elle reste impressionnante. 23 % d’avance sur Excel et 19 % au démarrage. Sur Word et sur Edge, on assiste à un match nul et via Powerpoint, l’avance est mince : seulement 4 %.

Sûr de sa supériorité, AMD se permet même de comparer son Ryzen 5 5650U avec un CPU censé être une classe au-dessus, l’i7 1185G7. Testé en benchmark, il obtient un score 26% supérieur sur Passmark 10 CPU, sur Geekbench v5 en multi-core, ou encore 20 % sur PC Mark.

AMD présente un dernier test, mais pas le moins important pour un modèle professionnel. Le constructeur prévoit qu’un PC équipé de son Ryzen 7 en train de faire tourner en même temps un meeting sur Zoom et diverses applications Office devrait être 10 % plus rapide qu’un PC équipé de l’Intel Core i7-1185G7.

Précisons que ces comparaisons relèvent en partie de questions marketing et de choix des noms, car les Ryzen 7 et Ryzen 5 possèdent tout deux plus de cœur que l’i7 de 11e génération avec qui ils sont ici comparés. Qui dit plus de cœurs, dit un plus grande facilité à gérer plusieurs calculs en même temps.  S’il faudra bien sûr attendre de comparer ces chiffres avec des benchmarks indépendants, il n’en reste pas moins que l’i7-1185G7, censé relever du haut de gamme chez Intel, semble faire pale figure face à son concurrent.

Côté batterie, on est loin du bond réalisé entre les Ryzen 7 pro 3000 et 4000, où l’on passait de près de 7,2 heures de batterie, à 16 heures. Le 5850U grappille quelque 17,5 heures là où son homologue de la série précédente proposait 16 heures.

En fin de présentation, AMD avance que la sécurité de ses appareils a été renforcée, notamment contre les malwares et via une méthode de chiffrement : le Fips 140-3. La marque promet également un renforcement de la compatibilité avec les infrastructures basées sur le cloud utilisées dans la gestion d’entreprise.

Les derniers articles