Apple Pay Later : Apple va vous prêter directement, sans passer par une banque

 

Apple devient un peu plus une banque avec le lancement d'Apple Pay Later. Pour la première fois, la firme ne fera pas appel à un partenaire bancaire pour offrir ce service financier.

Apple Pay
Apple Pay // Source : CardMapr sur Unsplash

Apple est l’entreprise la plus riche du monde grâce à ses excellentes ventes à forte marge, le dynamisme de l’App Store et son talent pour l’optimisation fiscale. Elle a tellement d’argent, qu’elle est désormais en capacité d’en prêter directement à ses meilleurs clients. C’est tout le sens de la fonction Apple Pay Later présentée à la WWDC qui va permettre aux clients de régler un achat à crédit, en plusieurs fois, en s’endettant auprès d’Apple.

Ce n’est pas la première fois que la firme offre ce type de service. Aux États-Unis, elle propose une carte bancaire Apple Pay, mais cette fois, la firme ne s’est pas associée avec une banque.

Apple Financing LLC prend son envol

C’est Bloomberg qui nous dévoile ces nouveaux détails sur Apple Pay Later. La banque Goldman Sachs avait été choisie pour l’édition de la carte de crédit Apple Pay et la gestion du compte auprès des clients d’Apple. Cependant, on sait à quel point la marque aime couper les intermédiaires et garder la plus grande indépendance possible dans la relation avec le client. Pour Apple Pay Later, elle fait donc cavalier seul.

Le média indique pour cela que la filiale Apple Financing LLC a reçu les licences nécessaires aux États-Unis pour vendre un crédit à ses clients. C’est cette filiale d’Apple qui devra surveiller les comptes et valider les nouvelles demandes de crédits avec Apple Pay Later. Goldman Sachs garde encore un rôle, et un seul, le paiement final du client au magasin, ce qui permet à Apple de ne pas émettre une carte bancaire Mastercard, pour le moment.

Des questions importantes

Ce nouveau tournant dans l’activité d’Apple soulève forcément des questions importantes. D’abord, il commence à dessiner les traits d’une banque complète aux couleurs d’Apple, et on peut se demander jusqu’où pourrait aller la firme. Avec la taille et la puissance d’Apple dans le monde, la firme pourrait-elle aller jusqu’à commercialiser une alternative à Mastercard et Visa ? D’après Bloomberg, Apple entend bien étendre cette activité avec des services au client : calcul et comparateur d’intérêts, récompense de fidélité pour des services ou analyse de fraude bancaire.

Du côté du client, cela pose tout de même des questions sur la vie privée, malgré les fortes promesses d’Apple sur ce point. La firme peut déjà connaitre en détail les informations de santé de l’utilisateur grâce à l’Apple Watch et pourrait y ajouter les informations financières de la personne. Surtout, une demande de crédit fait l’objet d’un questionnaire de santé. Apple pourrait-elle aller jusqu’à créer un mélange des genres en interrogeant directement ce qu’elle sait des données de santé du client avant de lui proposer un crédit ?

La dernière question, la plus évidente peut-être, est celle de l’arrivée du service en France. Pour garder son indépendance, Apple Pay Later demande à Apple Financing de se mettre en conformité avec les autorités de chaque région. Si Apple conserve cette stratégie, il va falloir attendre que la filiale obtienne ses autorisations en France.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles