Safari et Google Chrome trop dominants ? Une enquête accuse Apple et Google

Les régulateurs britanniques les ont dans le collimateur...

 

Une enquête diligentée au Royaume-Uni s'intéresse de près à la prédominance supposée des navigateurs d'Apple et Google sur smartphones. Les régulateurs britanniques cherchent notamment à déterminer si Safari et Google Chrome laissent assez d'air à leurs concurrents sur iOS et Android respectivement.

Chrome et Safari
Google Chrome et Safari // Source : Frandroid

Safari et Google Chrome laissent-ils suffisamment de place aux navigateurs de la concurrence sur les écosystèmes iOS et Android ? La question est désormais posée par les régulateurs britanniques de la Competition and Markets Authority (CMA). Ces derniers ont ouvert la semaine dernière une enquête visant à mesurer la prédominance des navigateurs d’Apple et Google sur smartphones.

Comme le souligne Reuters, cette enquête fait suite à une procédure de consultation lancée en juin, et dont les conclusions plaidaient justement pour l’ouverture d’une enquête approfondie. Nous y sommes. Cette enquête devra également établir si Apple restreint, ou non, le déploiement du Cloud Gaming sur iPhone et iPad en freinant la publication de certaines applications (comme Nvidia GeForce Now ou Xbox Cloud Gaming) sur son App Store.

Apple et Google de nouveau scrutés par l’anti-trust

« De nombreuses entreprises et développeurs web britanniques nous disent qu’ils ont l’impression d’être freinés par les restrictions imposées par Apple et Google », a notamment expliqué dans un communiqué Sarah Cardell directrice de la CMA par interim. « Nous prévoyons d’enquêter pour savoir si les préoccupations que nous avons entendues sont justifiées et, si c’est bien le cas, de mettre en place des mesures pour améliorer la concurrence et l’innovation dans ces secteurs. »

De son côté, Google reprend ses arguments de défense habituels, indiquant qu’Android offre aux utilisateurs plus de choix d’applications et de marchés d’applications (en dépit des certaines affaires laissaient entendre le contraire) que n’importe quelle autre plateforme mobile. « [Android] permet également aux développeurs de choisir le moteur de navigation qu’ils souhaitent, et a été le point de départ de millions d’applications », poursuit la firme, dont les propos nous sont rapportés par Reuters. « Nous nous engageons à créer des plateformes ouvertes et prospères qui donnent du pouvoir aux consommateurs et aident les développeurs à créer des entreprises prospères », poursuit Google.

La réaction d’Apple à cette ouverture d’enquête est peu ou prou équivalente. L’entreprise a notamment promis de dialoguer de manière « constructive » avec la CMA… mais surtout pour lui expliquer à quel point son approche « favorise la concurrence et le choix, tout en garantissant la protection de la vie privée et de la sécurité des consommateurs ».

Rappelons qu’en dépit des positions officielles d’Apple et Google, les deux entreprises sont régulièrement épinglées pour leurs pratiques anti-concurrentielles. Elles font d’ailleurs déjà l’objets d’autres enquêtes anti-trust en Europe et au Royaume-Uni.


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.