iPhone : Apple proposerait des alternatives à ses apps pour prendre de vitesse les enquêtes antitrust

Apple anticiperait les conclusions des enquêtes

 

Dans la bêta 14.3 d'iOS déployée hier soir, du code suggère qu'Apple pourrait désormais proposer des applications tierces aux utilisateurs lors du processus de configuration d'un nouvel iPhone.

Source : Unsplash / Daniel Romero

Source : Unsplash / Daniel Romero

Apple est visé par des enquêtes au sein de l’Union européenne, mais aussi au Japon et aux Etats-Unis, pour des pratiques anticoncurrentielles. Nombre d’entre elles ont été ouvertes cette année par la Commission européenne.

Dans un communiqué, la Commission européenne rappelait que, contrairement à Android, « les utilisateurs d’iPhone et d’iPad peuvent uniquement télécharger des applications natives (non basées sur le web) via l’App Store ». De plus, il est question du passage obligatoire par le système d’achat intégré d’Apple (avec une taxe de 30 % au passage) et les restrictions imposées aux développeurs.

Epic Games et Spotify ont déjà accusé Apple d’agir comme un monopole avec des directives abusives sur l’App Store. Cela a même entraîné des sanctions à l’encontre d’Epic Games et de son jeu populaire Fortnite banni du magasin d’applications de la pomme.

iOS 14.3 proposerait des alternatives à ses applications natives

Dans la bêta d’iOS 14.3, disponible depuis hier pour les développeurs, du code suggère qu’Apple pourrait proposer des applications tierces aux utilisateurs lors du processus de configuration d’un nouvel iPhone. Cela rappelle évidemment ce que Google a mis en place pour le moteur de recherche du système Android mais aussi pour le navigateur par défaut sur Android.

D’après 9to5Mac, ce dispositif ne serait déployé que dans certaines régions en fonction des lois locales. C’est en tout cas ce que semble suggérer le code trouvé sur iOS 14.3.

De nombreux pays enquêtent pour des pratiques anticoncurrentielles, y compris le Japon, l’Union Européenne, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’Australie et la Corée du Sud. La plupart des accusations sont liées au fait qu’Apple donne la priorité à ses propres applications et n’offre pas les mêmes opportunités aux développeurs de l’App Store.

Les derniers articles