DS pourrait relancer un modèle que l’on connaît bien pour rivaliser avec la Mini Cooper SE

 

DS réfléchit à faire renaître la DS 3 dans sa version citadine et en électrique, afin de faire de l’ombre à l’actuelle Mini Cooper SE.

La DS 3 Crossback E-Tense

Depuis sa prise d’indépendance en 2015, DS a bien étoffé son catalogue, entre les DS 3 Crossback, DS 7, DS 4 et autres DS 9. Une gamme désormais quasiment complète, composée de SUV mais aussi de berlines, déclinés en hybride rechargeable mais également en électrique pour le plus petit modèle.

Mais il manque encore quelque chose à DS. Une citadine. Car si la DS 3 Crossback peut être considérée comme telle, elle fait plutôt partie du segment des SUV citadins, avec sa garde au sol surélevée et ses protections de carrosserie. Et à vrai dire, le succès n’est pas franchement au rendez-vous : 3 554 exemplaires seulement ont été vendus en France depuis le début de l’année selon le CCFA. C’est nettement moins que la DS 4 et le DS 7, récemment restylé.

Une nouvelle silhouette ?

Les ventes décevantes du petit SUV urbain pourraient convaincre la marque de changer de stratégie. En effet, selon le site britannique Autocar, DS pourrait revoir sa copie et faire évoluer sa DS 3 Crossback. À vrai dire, il ne s’agirait pas d’une révolution, car il se murmure que celle-ci pourrait tout simplement redevenir une citadine, un peu comme la précédente génération, commercialisée de 2009 à 2016, d’abord sous le logo Citroën avant de passer sous le giron de DS.

Dans un entretien avec le site, la patronne de la marque, Béatrice Foucher a déclaré : « Nous travaillons au renouvellement de la DS 3, et quand je dis ‘renouvellement’, cela n’indique pas que la future DS3 sera strictement identique à celle que nous avons actuellement ». Il s’agirait donc d’un vrai retour aux sources pour la citadine, qui rivaliserait alors frontalement avec la Mini Cooper SE. En effet, et si rien n’a encore été confirmé, tout porte à croire que cette future génération serait 100 % électrique.

Quelques difficultés

Néanmoins, selon la dirigeante, il n’est pas forcément simple de lancer une citadine, et surtout de réussir à la rentabiliser. Elle déclare en effet qu’« une voiture plus petite comporte des risques ». Ces véhicules coûtent en effet très cher à produire et cela se répercute donc directement sur le prix payé par les clients. Or, ce segment a du mal à trouver preneur sur le marché premium. En effet, il est plus facile de vendre de plus gros véhicules, tels que des SUV, car les clients recherchent avant tout à acheter un véhicule statutaire et sont plus enclins à mettre le prix comme le souligne Béatrice Foucher.

Pour l’heure, l’arrivée de cette citadine DS 3 électrique est encore en cours de réflexion. Elle pourrait alors reprendre la plateforme et la motorisation de l’actuelle DS 3 Crossback E-Tense, qui embarque un moteur électrique de 136 chevaux et une batterie de 50 kWh. L’arrivée de cette nouvelle version serait prévue pour fin 2024 ou début 2025 mais il faudra attendre un peu avant d’en savoir plus à son sujet.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.