Huawei : les puces HiSilicon ne sont plus exclusives au constructeur

Le marché s'ouvre

 

Huawei lâche du lest à son créateur de puce HiSilicon, responsable des Kirin. La filiale de l'entreprise a commencé à vendre ses puces sur le marché à d'autres constructeurs.

Le constructeur chinois Huawei n’est pas devenu numéro 2 du marché du jour au lendemain. C’est après de nombreux efforts et investissements qu’il a pu supplanter petit à petit ses concurrents comme Apple.

Pour cela, il a pris le contrôle de nombreuses parties de ses appareils, et notamment de nombreuses puces dont ses SoC avec les Kirin développés par HiSilicon (filiale de Huawei). Cependant, peut-être dû à sa situation particulière avec le gouvernement américain aujourd’hui, les temps changent.

Plus d’exclusivité pour les puces HiSilicon

EETimes raconte en effet qu’au cours du Elexcon 2019, un salon de l’électronique organisé à Shenzhen en décembre, HiSilicon a dévoilé une toute nouvelle puce 4G. La plus grande surprise de cette annonce est qu’elle est en vente libre, c’est-à-dire que n’importe quel constructeur peut l’acquérir.

Zhao Qiujing, responsable des produits pour HiSilicon Shanghai, a dévoilé qu’il s’agissait bien d’une nouvelle stratégie pour l’entreprise. Elle vendra désormais de nombreuses puces en libre circulation sur le marché, après des années à être totalement centrée sur Huawei et ses produits.

Ce n’est toutefois pas une volonté globale de l’entreprise. Les SoC Kirin, qui équipent les smartphones et tablettes Huawei, semblent rester exclusives au constructeur. Par contre, HiSilicon ambitionne d’être un acteur de poids dans l’IoT, et veut rendre l’intégration de la 5G et de l’IA plus simple pour tous.

Les marchés que cette expansion vise sont donc plutôt l’automobile, la maison connectée et les télécoms. Reste qu’un début d’ouverture de la sorte est intéressant et pourrait conduire Huawei à revoir plus largement la politique de HiSilicon dans les années à venir.

Les derniers articles

  • Test du Samsung Galaxy A51 : il plaît sans forcer

    Samsung

    Test du Samsung Galaxy A51 : il plaît sans forcer

    25 janvier 202025/01/2020 • 14:00