Intel Core 11e Gen dévoilé : CPU Tiger Lake, GPU Iris Xe, IA et Thunderbolt 4 au programme

Et un relooking au passage

 

Intel a dévoilé la nouvelle génération de processeurs basés sur l'architecture Tiger Lake. La 11e génération de processeurs Intel Core veut miser sur l'intelligence artificielle et sa nouvelle puce graphique pour convaincre.

Intel ne passe pas vraiment la meilleure période de son histoire. Le fabricant a vu AMD faire son grand retour avec ses processeurs Ryzen particulièrement performants et peu chers, et assiste à l’expansion de l’écosystème ARM, notamment avec l’abandon annoncé par Apple de l’architecture Intel au profit d’ARM. Le géant américain doit donc convaincre avec sa nouvelle génération de processeur Intel Core. Après une 10e génération marquée par les problèmes de fabrication en 10 nm, voici qu’arrive la 11e génération.

Pour marquer ce moment, Intel a également choisi de revoir complètement sa marque et les logos associés. Signe que la marque veut peut-être faire oublier son passé, et nous montrer son avenir.

CPU : 30 % de performance en plus face à AMD Ryzen

Les puces Intel, comme celles de ses concurrents, sont aujourd’hui bien plus que des processeurs. Ils réunissent des circuits additionnels pour gérer les connexions de l’appareil, la puce graphique, des éléments dédiés à l’intelligence artificielle et bien plus. Pour autant le processeur reste central pour déterminer les performances d’une machine. Sur ce point, Intel n’hésite pas à comparer son nouveau processeur Intel Core i7 1185G7 avec une puce AMD Ryzen 7 4800U.

D’après la marque, le processeur Intel proposera des performances de l’ordre de 30 % en plus dans des usages bureautiques : conversion d’un document Word ou PowerPoint en PDF, ou encore un export de tableau Excel. Intel va jusqu’à promettre de multiplier les performances par 2,7 ou 4,4 dans des usages créatifs qui peuvent utiliser la puce graphique associée ou le moteur d’intelligence artificielle.

Les puces Tiger Lake utilisent des coeurs Willow Cove, en lieu et place des coeurs Sunny Cove de la génération précédente. L’amélioration au niveau de l’architecture permet à Intel d’augmenter la fréquence à tension équivalente. La marque annonce une fréquence maximale de 4,8 GHz (contre 3,8 pour la génération précédente), avec des processeurs qui restent à 4 cœurs et 8 threads. Intel ne se lance donc pas dans la course au nombre de cœurs avec AMD qui peut facilement les multiplier sur ses puces Ryzen.

Intel Iris Xe Graphics : enfin une vraie puce graphique intégrée chez Intel ?

Intel est le plus gros vendeur de puces graphiques au monde grâce à une intégration directe à ses puces, mais jusqu’à présent la marque n’a jamais réussi à véritablement convaincre pour des usages gourmands en 3D. Il fallait nécessairement utiliser une puce dédiée développée par AMD ou Nvidia. Depuis plusieurs années, Intel travaille à concevoir ses propres puces dédiées qui seraient capables de faire face à ses concurrents.

Le premier résultat de ces travaux prend la forme de la puce Intel Iris Xe Graphics intégrée aux nouveaux processeurs Intel. La marque promet d’aller jusqu’à doubler les performances (comparé à l’ancienne génération) dans certains cas, grâce à l’intégration de 96 unités de calculs. La nouvelle architecture permet aussi d’utiliser VRS, ou Variable Rate Shading, une technologie de rendue qui permet de gagner en performance dans les jeux de nouvelle génération (la Xbox Series X intègre également le VRS, comme les dernières GeForce de Nvidia). La marque annonce également avoir réécrit à partir de zéro ses pilotes graphiques DirectX 11, pour une nouvelle améliorer les performances.

Intel annonce tout simplement pouvoir faire tourner correctement les jeux du moment en Full HD à plus de 30 images par seconde. La marque n’a pas précisé pour le moment dans quelles conditions ces tests avaient été fait, ou avec quels paramètres graphiques. Les jeux compétitifs comme Valorant ou CS : GO peuvent même tourner à plus de 100 images par seconde. Intel va jusqu’à comparer sa solution avec la GeForce MX350 de Nvidia, sans la battre dans tous les scénarios.

Cela laisse imaginer pouvoir faire du jeu occasionnel avec des ultraportables Intel sans demander une puce graphique AMD ou Nvidia. Les joueurs continueront probablement de se tourner vers ces derniers pour leurs prochaines machines.

Une puce graphique joue aussi le rôle aujourd’hui de véritable hub multimédia dans nos appareils. La puce Intel Xe est ainsi capable de décoder les codecs AVC, VP9, HEVC et AV1 ce qui garantit de pouvoir lire correctement les vidéos en 4K HDR10 avec une consommation minimale. Le module permet aussi aux créateurs de contenu et aux joueurs de streamer facilement depuis un ultraportable avec des performances en encodage doublées comparé au Ryzen 7 4800U. Il faudra attendre les tests pour vérifier tout cela.

Intelligence artificielle

Intel mise beaucoup sur l’intégration plus poussée de ses moteurs d’intelligence artificielle. Comme on l’a vu sur smartphone, ou avec les cartes graphiques Nvidia, ces solutions permettent d’accélérer grandement certains traitements, notamment en imagerie. Intel veut par exemple utiliser ces capacités pour augmenter la définition d’une vidéo, ou rendre le texte plus précis et moins flou.

En moyenne, les performances en machine learning permise par Tiger Lake seraient 4x supérieur à ce que peut proposer AMD avec le Ryzen 7 4800U.

Connectivité : Thunderbolt 4, Wi-Fi 6 et PCI Express 4.0

Comme nous le disions, une puce est aujourd’hui bien plus qu’un processeur. Chez Intel, Tiger Lake intègre toujours le Wi-Fi 6 d’emblée, et la marque y ajoute sa technologie Thunderbolt 4. C’est une bonne nouvelle, car cela évite aux fabricants d’ajouter un contrôleur dédié à cette technologie, souvent cher. Pour rappel, le Thunderbolt 4 permet d’éviter tous les problèmes avec l’USB-C, puisque le nouveau protocole gère absolument tout ce que l’on peut attendre : l’USB4, la connexion avec un écran jusqu’à 8K à 60 Hz, du Power Delivery et un débit jusqu’à 32 Gb/s.

On peut aussi mentionner l’intégration du PCI Express 4.0, qui va permettre de faire tourner les SSD de dernière génération.

Une nouvelle gamme de 9 puces

Intel dévoile aujourd’hui les 9 premières puces à utiliser sa nouvelle architecture : de l’Intel Core i3-1110G4 jusqu’à l’Intel Core i7-1185G7.

Comme sur la 10e génération, le dernier chiffre de la référence, à côté du G, désigne le niveau de puissance graphique attendu. Seuls les processeurs terminant en « G7 » bénéficieront pleinement des 96 unités de calculs de la nouvelle puce Intel Xe Graphics. Deux gammes de puces sont proposées par Intel, pour fonctionner d’une part entre 7 et 15W (pour les ultraportables) et d’autre part entre 12 et 28W (pour les PC portables plus véloces). La fréquence de base de fonctionnement des puces dépend directement de ce niveau de puissance accordée.

Les premiers PC portables équipés avec de l’Intel 11e génération sont attendus pour la fin de l’année 2020. Asus et Lenovo ont déjà dévoilé leurs premiers ordinateurs à l’IFA.

Les derniers articles