Rachat d’Activision-Blizzard par Microsoft : pourquoi ce 21 février est décisif

 

Pour défendre son projet de rachat, Microsoft devrait intervenir lors d'une audience de l'Union européenne le 21 février. L'occasion pour Sony PlayStation d'intervenir également.

Les grandes licences d’Activision Blizzard // Source : Klobrille

Mise à jour le 21 février : Brad Smith, président de Microsoft, a annoncé la signature de l’accord avec Nintendo pour proposer la licence Call of Duty sur les plateformes du constructeur japonais.

https://twitter.com/BradSmi/status/1627926790172811264

Les cadres de Microsoft et de plusieurs autres entreprises sont présents à Bruxelles aujourd’hui pour discuter du projet de rachat.

Le projet de rachat d’Activision Blizzard par Microsoft atteint sans doute sa dernière ligne droite. Après l’annonce d’une attaque de la FTC en décembre 2022, le Royaume-Uni a émis un avis plutôt défavorable en demandant des négociations à Microsoft et l’Union européenne a envoyé un avertissement.

C’est cette dernière région qui nous intéresse aujourd’hui. Avant la date limite du 11 avril 2023, date à laquelle la Commission européenne devra rendre un avis définitif, Microsoft souhaite défendre son dossier en Europe. Une audience a été programmée le 21 février.

La négociation de la dernière chance

D’après l’agence de presse Reuters, il s’agit là d’une tentative de dernière chance de la part de Microsoft pour tenter de faire valider son projet de rachat. La firme devrait donc pouvoir y présenter des compromis susceptibles d’apaiser les craintes des autorités.

On ne connait pas l’étendue de ces craintes de la part de l’Union européenne sur ce dossier. Microsoft va devoir toutefois négocier des compromis que la firme va également proposer à la CMA au Royaume-Uni. L’objectif pour Microsoft est à la fois de faire valider son projet, mais aussi de signer les mêmes compromis partout dans le monde.

Si l’audience ne devait pas être diffusée en public, Sony devrait venir y jouer les trublions. En effet, le constructeur de la PlayStation devrait également être présent à l’audience pour plaider le blocage du dossier. D’autres parties prenantes du marché sont libres de participer et on peut donc imaginer une venue de Google ou de Nvidia.

La journée du 21 février s’annonce donc cruciale pour l’avenir du projet de rachat. Si Microsoft parvient à convaincre l’UE, la firme aura fait un grand pas en avant. Si la tentative échoue, on peut légitimement penser que le rachat n’aboutira jamais.


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).