Après les révélations sur le Nokia 7 qui envoyait certaines données des utilisateurs en Chine, HMD tient à rassurer. Le constructeur finlandais a annoncé ce mardi que les informations collectées seraient désormais hébergées en Europe.

Le Nokia 9 Pureview, pour illustration

En mars dernier, on apprenait que les données des utilisateurs du Nokia 7 Plus avaient été envoyées sur des serveurs en Chine, et notamment vers l’opérateur chinois China Telecom. Un problème majeur pour l’équivalent finlandais de la CNIL qui avait décidé d’ouvrir une enquête. Surtout, HMD avait reconnu à l’époque une erreur tout en tentant de rassurer ses utilisateurs, affirmant que les données transmises étaient anonymisées.

Désormais, HMD a décidé d’aller plus loin. Le constructeur finlandais a annoncé ce mardi que les données collectées par ses smartphones seraient désormais hébergées en Finlande, dans les serveurs de Google : « HMD annonce aujourd’hui un partenariat avec la firme de consulting CGI et Google Cloud pour déplacer et héberger les données d’activation et de performances de ses smartphones dans la région de Hamina, en Finlande ».

Un traitement plus sécurisé et plus rapide des données

L’objectif est ici clairement de rassurer les consommateurs en leur promettant que les données les concernant seront désormais stockées en Europe. « Aujourd’hui, nous faisons un pas significatif pour conserver la confiance [des utilisateurs] », indique ainsi Juho Sarvikas, responsable des produits chez HMD. En plus des questions de protection de la vie privée, HMD met également en avant un traitement plus rapide des données : « HMD pourra utiliser pleinement les analyses de données pour qu’elles profitent aux fans de smartphones Nokia partout dans le monde ».

Pour l’heure, seules les données des utilisateurs de smartphones Nokia 2.2, 3.2 et 4.2 sont concernées. Les smartphones lancés précédemment par HMD verront quant à eux leurs informations déplacées en Finlande plus tard dans l’année.

Test Nokia 7 Plus : Android One a son ambassadeur