Test des OnePlus Buds Z : des écouteurs simples… trop simples ?

Casques et écouteurs • 2020

Les OnePlus Buds Z sont des écouteurs true wireless intra-auriculaires annoncés par la marque en 2020. Ils bénéficient d'une autonomie totale annoncée de 20 heures, charge du boîtier comprise. Une recharge de 10 minutes devrait permettre de récupérer 3 heures d'écoute.

Où acheter le
OnePlus Buds Z au meilleur prix ?
 

Introduction

Les nouveaux écouteurs true wireless OnePlus Buds Z de la marquent profitent d’un format intra-auriculaire et d’un boîtier plutôt compact. Vendus à 60 euros, ils peuvent être intéressant sur le papier. Mais cela suffit-il à en faire de bons écouteurs ? C’est ce qu’on va voir dans ce test complet.

Les OnePlus Buds Z

Les OnePlus Buds Z // Source : Frandroid

Après des premiers écouteurs true wireless lancés cet été, OnePlus revient avec une nouvelle version qui profite cette fois d’un format intra-auriculaire, les OnePlus Buds Z. Mais que valent ces écouteurs basiques lancés à moins de 60 euros ? C’est ce qu’on va voir dans ce test complet.

Fiche technique des OnePlus Buds Z

Modèle OnePlus Buds Z
Format écouteurs intra-auriculaires
Réduction de bruit active Oui
Autonomie annoncée 20 heures
Version du Bluetooth 5.0
Poids 8.7 grammes
Assistant Vocal Google Assistant
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec des écouteurs qui nous ont été fournis par OnePlus.

Un design classique et un boîtier compact

En découvrant le boîtier des OnePlus Buds Z, c’est une étrange impression de déjà-vu qui nous saisit. L’étui de recharge ne ressemble non pas à celui des OnePlus Buds, sortis plus tôt dans l’année, mais à celui d’une marque concurrente. On a en effet droit à un design similaire au boîtier des Huawei FreeBuds 3i — ou des Honor Magic Earbuds. La seule différence réside dans le haut du couvercle, siglé « OnePlus » plutôt que « Honor » ou « Huawei », ainsi que dans son format, légèrement plus bombé, en forme de pilule, là où le modèle de Huawei était un peu plus plat.

Le boîtier des OnePlus Buds Z

Le boîtier des OnePlus Buds Z // Source : Frandroid

Autrement, on va retrouver le même gabarit global avec un poids de 40 grammes pour le boîtier, plutôt léger, et des dimensions de 75 x 35,9 x 29,05 mm qui permettent aisément de le ranger dans une proche de jean.

Du côté des voyants et connectiques, là encore c’est du déjà-vu avec une prise USB-C au dos, à côté d’un bouton d’appairage Bluetooth. En façade, une LED RGB, intégrée en dessous de l’encoche sous le couvercle, permet de visualiser l’état de la batterie du boîtier.

Le boîtier des OnePlus Buds Z rentre facilement dans une poche de pantalon

Le boîtier des OnePlus Buds Z rentre facilement dans une poche de pantalon // Source : Frandroid

Dans l’ensemble, le boîtier des OnePlus Buds Z ne fait donc pas dans la fioriture. On a ici un boîtier de rangement pratique, compact et plutôt facile à ouvrir. Il faudra néanmoins s’y prendre à deux mains avec une charnière plutôt résistante qui ne peut pas se déployer d’un simple coup de pouce comme sur les AirPods ou les Pixel Buds.

Du côté des écouteurs en eux-mêmes, les OnePlus Buds Z se distinguent là encore des OnePlus Buds. Contrairement à leurs prédécesseurs, il s’agit en effet d’écouteurs intra-auriculaires : c’est-à-dire qu’ils sont dotés d’embouts en silicone qui rentrent dans le canal auditif. Pour ce faire, OnePlus propose trois paires d’embouts de tailles différentes. Comme souvent, on vous conseille de les essayer pour trouver ceux qui proposeront la meilleure isolation passive, mais également le plus grand confort d’utilisation.

Les OnePlus Buds Z sont des écouteurs intra-auriculaires

Les OnePlus Buds Z sont des écouteurs intra-auriculaires // Source : Frandroid

Sur le reste, les OnePlus Buds Z reprennent les grandes lignes des OnePlus Buds avec des écouteurs façon coton-tige, à l’instar des AirPods d’Apple. Grâce à ce système de tige, les OnePlus Buds viennent se loger confortablement dans l’oreille, sans risque de tomber, puisque l’excroissance maintient une bonne position entre le tragus et l’antitragus.

Même en bougeant fortement, en allant courir par exemple, les OnePlus Buds Z restent bien en place. Notons d’ailleurs que les écouteurs sont certifiés IP55 et sont donc résistants aux poussières tout comme aux jets d’eau, et donc à la pluie ou la transpiration. En haut de chaque tige, on va retrouver une surface tactile utilisée pour contrôler les écouteurs.

Les OnePlus Buds Z restent bien en place dans l'oreille

Les OnePlus Buds Z restent bien en place dans l’oreille // Source : Frandroid

À l’usage, les OnePlus Buds Z sont plutôt confortables à utiliser, même pendant plusieurs heures consécutives. J’ai pu les porter pendant deux à trois heures avant de ressentir la moindre gêne. Notons néanmoins qu’il s’agit d’écouteurs intra-auriculaires et, à ce titre, le format pourra cependant gêner les plus réfractaires aux embouts dans le conduit auditif.

Des fonctionnalités très limitées

Pour appairer les OnePlus Buds Z, rien de plus simple, notamment pour les smartphones Android récents. Il faut dire que comme les premiers modèles, les écouteurs sont compatibles avec Google Fast Pair. La première fois que vous ouvrez la boîte à côté de votre smartphone, une petite fenêtre pop-up va donc s’afficher à l’écran, vous demandant si vous souhaitez connecter les écouteurs au téléphone.

Le bouton au dos du boîtier des OnePlus Buds Z

Le bouton au dos du boîtier des OnePlus Buds Z // Source : Frandroid

Par la suite — ou pour les appareils iOS ou les ordinateurs — il vous faudra appuyer de manière prolonger sur le bouton au dos du boîtier pour déclencher la procédure d’appairage et rendre les OnePlus Buds Z visibles dans les appareils Bluetooth à proximité. Notons que les Buds Z ne sont pas compatibles Bluetooth multipoint et ne permettent donc pas d’être connectés simultanément à deux appareils.

Pour les contrôles, OnePlus fait dans la simplicité. Non pas que l’approche proposée par le constructeur chinois soit simple, non. Elle est simpliste. Par défaut, les deux écouteurs proposent tous les deux le même contrôle, à savoir un double appui pour passer à la piste suivante. Impossible donc de mettre la musique en pause, de changer le volume ou de revenir à la piste précédente.

Néanmoins, les smartphones OnePlus permettent dans les réglages de modifier ces contrôles pour chaque écouteur. Il est possible de choisir entre pause, piste précédente, piste suivante ou assistant vocal. Sur les smartphones autres que ceux de OnePlus, c’est à l’aide de l’application HeyMelody — utilisée pour les écouteurs OnePlus et Oppo — que l’on va pouvoir modifier ces contrôles.

Les OnePlus Buds Z se contrôlent à l'aide d'une surface tactile

Les OnePlus Buds Z se contrôlent à l’aide d’une surface tactile // Source : Frandroid

Malheureusement, les OnePlus Buds Z ne proposant que le double appui comme seule interaction tactile, on est limité à choisir deux types de contrôles, un par écouteur. Impossible donc d’avoir accès à la fois à la piste précédente, à la piste suivante ou à la mise en pause.

Outre ces contrôles, l’application HeyMelody ne propose que la mise à jour des écouteurs. Autant dire qu’on peut oublier la mise en pause automatique de la musique une fois les écouteurs retirés, la mise en veille automatique des écouteurs ou d’autres fonctions pourtant bien pratiques chez nombre de constructeurs concurrents.

Notons également que les OnePlus Buds Z proposent bien une isolation passive, du fait de leur format intra-auriculaire, mais pas de réduction active du bruit, pas plus que de mode transparent.

Plus embêtant, il m’est arrivé de perdre la connexion Bluetooth temporairement, avec des sauts alors que j’écoutais de la musique. Ça m’est arrivé régulièrement lorsque j’avais mon smartphone dans ma poche et que je marchais, ou que je mettais mes mains dans les poches, par-dessus le téléphone, un Oppo Find X2 Pro.

C’est d’autant plus embêtant que nombre d’écouteurs concurrents proposent désormais une connexion bien plus stable et que le Bluetooth 5.0 est censé garantir une bonne stabilité de la connexion sans-fil. Néanmoins, les deux écouteurs peuvent être utilisés indépendamment l’un de l’autre. Un bon point si on ne souhaite avoir un écouteur que dans l’oreille droite — ou gauche — et ranger le second dans son boîtier.

Une signature sonore très portée vers les médiums

Les écouteurs de OnePlus sont dotés de drivers dynamiques de 10 mm. La connexion Bluetooth se fait quant à elle en Bluetooth 5.0, comme on l’a vu, mais les OnePlus Buds Z ne profitent que des codecs AAC et SBC. Il n’est donc pas possible de profiter des codecs de haute définition comme l’aptX, l’aptX HD, l’aptX Adaptive ou le LDAC.

Les transducteurs des OnePlus Buds Z

Les transducteurs des OnePlus Buds Z // Source : Frandroid

Pour tester la qualité audio des écouteurs, je les ai utilisés appairés à un Oppo Find X2 Pro en écoutant des titres sur Spotify en haute qualité, équivalent à du 320 kbps.

De prime abord, on note que si les basses ne sont pas étouffées sur les OnePlus Buds Z, ce sont tout de même les bas médiums qui sont privilégiés. C’est notamment audible dans Bad Guy de Billie Eilish où la basse en arrière-plan n’est pas aussi profonde que sur des écouteurs plus portés sur les basses fréquences. Par ailleurs, notons que les écouteurs ont tendance à saturer légèrement dans les basses à volume élevé. Sur Come Away With Me de Norah Jones, la voix de la chanteuse est largement mise en exergue, signe là encore de la tendance des écouteurs à privilégier les médiums.

Néanmoins, les notes de piano en arrière-plan ne sont pas effacées, tout comme les cymbales. Thriller de Michael Jackson permet de le confirmer : les OnePlus Buds Z ont beau proposer un son chaleureux, ils n’en oublient pas les aigus, bien présents. Néanmoins, ils manquent de précision. On aurait préféré des hautes fréquences plus ciselées.

Les OnePlus Buds Z proposent un son très orienté vers les médiums

Les OnePlus Buds Z proposent un son très orienté vers les médiums // Source : Frandroid

Les OnePlus Buds Z proposent donc un son plutôt équilibré, même s’il tend largement vers les médiums. Le son est plutôt chaleureux et saura plaire au plus grand nombre. On aurait cependant apprécié le fait de pouvoir gérer l’égaliseur dans l’application dédiée aux écouteurs.

Là où les écouteurs de OnePlus pêchent, comme c’est souvent le cas sur des modèles au prix accessible, c’est sur la dynamique et la définition de la scène sonore. Sur la cinquième symphonie de Beethoven, les OnePlus Buds Z manquent de précision pour permettre de distinguer nettement les différents corps d’instruments. Ils peinent également à proposer une dynamique sonore élevée, les sons les plus faibles et ceux aux niveaux sonores les plus élevés étant ramenés à un niveau intermédiaire.

Concernant les appels audio, les OnePlus Buds proposent malheureusement une qualité assez médiocre. Les écouteurs ne parviennent pas à filtrer les bruits ambiants et votre interlocuteur au téléphone aura parfois du mal à se concentrer sur votre voix qui pourra passer au second plan. Les sons les plus aigus sont particulièrement audibles à l’autre bout du fil et, même si votre voix restera intelligible, elle sera particulièrement compressée.

Une autonomie plutôt moyenne

Pour gérer l’autonomie des écouteurs, OnePlus a équipé ses Buds Z de batterie de 40 mAh. Dans le boîtier, c’est une batterie de 450 mAh qui est utilisée pour les recharger. De quoi assurer, selon le constructeur, jusqu’à cinq heures d’écoute de musique.

Pour vérifier les affirmations de OnePlus, j’ai fait fonctionner les Buds Z en boucle sur une même playlist avec un volume à 75 %. Il aura fallu 4h04 avant que l’écouteur droit ne s’éteigne, suivi, 8 minutes plus tard, de l’écouteur gauche. L’autonomie mesurée est donc de 4h12, bien en deçà des cinq heures annoncées par le constructeur.

Les OnePlus Buds Z ne se rechargent qu'en USB-C

Les OnePlus Buds Z ne se rechargent qu’en USB-C // Source : Frandroid

Du côté de la recharge, en plaçant les deux écouteurs dans leur boîtier, ils ont pu récupérer 80 % (écouteur gauche) et 78 % (écouteur droit) de batterie en 30 minutes. Cependant, il aura fallu patienter bien plus longtemps pour une charge complète. Si les deux écouteurs ont pu monter à 99 % au bout de 55 minutes, il faudra 25 minutes supplémentaires, soit un total de 1h20, pour une recharge à 100 % des deux OnePlus Buds Z. Durant cette recharge, le boîtier a quant à lui perdu 15 % de batterie.

Notons que le boîtier des OnePlus Buds Z se recharge à l’aide d’un câble USB-C fourni — sans le chargeur secteur — mais n’est pas compatible avec la charge par induction.

Prix et disponibilité des OnePlus Buds Z

Les écouteurs OnePlus Buds Z sont d’ores et déjà disponibles sur le site de la marque. Ils sont proposés au prix de 59 euros en version blanche et à 69 euros pour l’édition Steven Harrigton, verte et violette.

Où acheter le
OnePlus Buds Z au meilleur prix ?
Note finale du test
7 /10
Les écouteurs de OnePlus sont globalement convaincants, surtout au regard de leur prix. Ils sont confortables et proposent un son plutôt chaleureux, très orienté sur les médiums même s’il manque de netteté et de dynamique.

Néanmoins, même pour 59 euros, on aurait apprécié des fonctionnalités supplémentaires, à commencer par la possibilité de gérer plus que deux contrôles sur les écouteurs. Ici, impossible de mettre le son en pause, de revenir en arrière ou de passer au morceau suivant sans utiliser son smartphone. Notons également que pour un prix équivalent, on trouve désormais des écouteurs à la réduction de bruit active plutôt efficace. Plus embêtant encore, la faible stabilité de la connexion - qui se perd parfois en mettant son smartphone dans la poche - peut être un vrai frein à l’utilisation.

Certes, pour moins de 60 euros, les OnePlus Buds Z font le job, mais malheureusement ils s’arrêtent au strict minimum. Ce n’est pas le cas de la concurrence.
Points positifs
  • Le confort dans les oreilles
  • La compacité du boîtier
  • Le son plutôt chaleureux
  • Les écouteurs indépendants l'un de l'autre
Points négatifs
  • Le faible nombre de contrôles
  • L'application très limitée
  • La connexion Bluetooth instable
  • La qualité médiocre pour les appels

Les derniers articles