Qui est Hasselblad, le nouveau partenaire photo de OnePlus ?

Viser la Lune, ça ne lui fait pas peur... 🌛

 

OnePlus a confirmé travailler avec Hasselblad sur ses nouveaux OnePlus 9 et 9 Pro. Mais qui est ce constructeur suédois d'appareils photo ? On fait le point.

À quelques jours de l’annonce des OnePlus 9 et OnePlus 9 Pro, c’est désormais officiel : le module photo des smartphones sera conçu en partenariat avec Hasselblad. Si le nom de ce constructeur parlera aux plus connaisseurs du monde de la photo, il est encore bien souvent méconnu du grand public. Après l’histoire de Zeiss ou de Leica, petit retour sur le passé de cette marque qui a réussi à toucher la Lune.

De premiers appareils photo conçus pour l’armée suédoise

Alors que le monde de la photo est désormais souvent divisé entre les fabricants japonais, américains ou allemands, Hasselblad a l’originalité d’être une entreprise suédoise, fondée en 1841 par Fritz Wiktor Hasselblad. Initialement, il ne s’agissait pas d’un constructeur d’appareils photo, mais simplement d’une entreprise d’import-export. Le rapport avec le monde de la photo s’est fait un peu plus tard, à la fin du XIXe siècle, avec la distribution des appareils Kodak. Il faudra cependant attendre cinquante ans supplémentaires pour que la marque se lance dans la conception de boîtier, à la demande du gouvernement suédois pendant la Seconde Guerre mondiale. Le premier appareil d’Hasselblad était alors le HK-7 suivi, un an plus tard, du SKa4.

Le HK-7, premier appareil photo de Hasselblad

Le HK-7, premier appareil photo de Hasselblad // Source : Hasselblad

Mais c’est surtout dans les années 60 que Hasselblad s’est fait connaître à l’international. Il faut dire que le constructeur a lancé, en 1957, le 500C, un boîtier qui servira de base à la plupart des autres appareils de la marque pendant tout le reste du XXe siècle.

Un constructeur partenaire de la Nasa

Surtout, cet appareil sera remarqué par une organisation de taille : la Nasa. Encore toute jeune, l’agence spatiale américaine cherche, au début des années 60, des appareils photo pouvant être embarqués par ses astronautes dans l’espace. Ce sera chose faite en 1962 avec les premières photos de la terre prise depuis la capsule Mercury en 1962 par Walter Schirra. L’appareil était alors équipé d’un objectif Planar de 80 mm (f/2,8).

L'astronaute Walter Schirra avec un Hasselblad 500C

L’astronaute Walter Schirra avec un Hasselblad 500C // Source : Nasa

Suite à cette reconnaissance de l’agence spatiale américaine, Hasselblad a équipé les missions Apollo à la fin des années 60. Comme Neil Armstrong et Buzz Aldrin, les appareils du constructeur suédois — en l’occurrence des Hasselblad 500 EL — ont également marché sur la Lune. C’est d’ailleurs pendant ces missions vers le satellite naturel de la Terre que les photos les plus emblématiques de la marque ont été capturées : La Bille bleue (capturée en 1972 durant Apollo 17) et Lever de Terre (prise en 1968 durant Apollo 8).

Un point que l’on n’a pas encore abordé à propos d’Hasselblad est le format des boîtiers de la marque. Contrairement à certains constructeurs comme Kodak, la marque suédoise est restée cantonnée dans le domaine des appareils photo moyen format. Plutôt massifs, les appareils photo argentiques étaient en effet utilisés avec des bobines de film de 6 cm de largeur. Un point qui a longtemps réservé l’utilisation des appareils de la marque aux professionnels de la photo, voire aux studios.

Des boîtiers moyen format même en numérique

Même pour le passage aux boîtiers numériques, Hasselblad est resté fidèle au moyen format. La firme lançait ainsi, en 2004, son premier appareil photo numérique, toujours en moyen format, le Hasselblad H1D, équipé à l’époque d’un dos numérique de 22 mégapixels. Le constructeur est d’ailleurs le premier à avoir proposé, en 2016, un appareil photo numérique hybride avec capteur moyen format de 43,8 x 32,9 mm, le X1D. Encore une fois, il ne s’adressait qu’aux consommateurs les plus fortunés avec un prix de lancement de 7900 euros.

La face avant du Hasselblad X1D II-50C

Le Hasselblad X1D II-50C // Source : Olivier Gonin

Dans le monde des smartphones, les consommateurs ont pu entendre parler de Hasselblad la même année, en 2016. Le constructeur s’était alors associé à Motorola pour proposer un Moto Mod pour le Moto Z permettant d’améliorer considérablement les capacités photo du smartphone. Il s’agissait, pour rappel, d’un dos avec une accroche magnétique qui permettait de profiter d’un capteur photo de 12 mégapixels au format 1/2,3 pouce et d’un objectif stabilisé équivalent 25-250 mm (f/3,5-6,3) soit un zoom optique x10.

Le Moto Mod conçu par Hasselblad

Le Moto Mod conçu par Hasselblad // Source : Frandroid

Néanmoins, depuis ce partenariat avec Motorola, Hasselblad ne s’était plus approché du monde du smartphone… du moins jusqu’à l’annonce de l’association avec OnePlus autour des OnePlus 9 et OnePlus 9 Pro. On ignore encore quel rôle aura Hasselblad dans ce domaine, mais un communiqué de OnePlus indique que le partenariat permettra une bien meilleure calibration des couleurs ainsi que l’ajout d’un mode photo « Hasselblad Pro » avec notamment un format RAW 12 bits.

On en saura plus sur le rôle d’Hasselblad dans les appareils photo de OnePlus lors de la présentation officielle des OnePlus 9 et 9 Pro, mardi 23 mars.

OnePlus 9 et 9 Pro : design, fiche technique… Ce qu’on sait des flagship killers

Les derniers articles