Smartphone pliant : vous êtes plutôt Z Flip que Z Fold

Y a-t-il de quoi plier un cheveu en quatre ?

 

La nouvelle génération de téléphones pliables de Samsung est là. Êtes-vous convaincus par cette nouvelle proposition ? La baisse de prix du Z Flip 3 est notable, tout comme la robustesse améliorée du Z Folf qui a été renforcée. Faites-le-nous savoir dans notre sondage de la semaine.

À gauche, le Galaxy Z Fold 3, à droite, le Galaxy Z Flip 3.

À gauche, le Galaxy Z Fold 3, à droite, le Galaxy Z Flip 3. // Source : Frandroid

Cette semaine, Samsung a annoncé une flopée de nouveaux produits. On peut citer les montres connectées Galaxy Watch 4 et Watch 4 Classic ou encore les Galaxy Buds 2, mais ce qui nous intéresse ici, c’est la troisième génération de smartphones pliables du géant coréen.

Un des éléments les plus notables avec cette nouvelle génération, c’est la fulgurante baisse de prix des pliables qu’elle provoque. Car l’un des deux appareils, le Galaxy Z Flip 3 est vendu 1059 euros, soit près de 500 euros de moins que le Flip précédent. Surtout, un prix qui approche autant les 1000 euros amène à penser que, ça y est, le pliable est en train de devenir plus accessible.

Le Z Flip 3, atterrissage réussi ?

Certes, un tel prix continue de côtoyer le très haut de gamme, mais disons que si certains étaient auparavant prêts à dépenser un peu plus de 1000 euros pour un smartphone très haut de gamme, il n’était pas certain qu’ils étaient prêts à aller jusqu’à plus de 1500 euros.

Au-delà de ces considérations pécuniaires, le Galaxy Z Flip 3 affiche de solides arguments pour lui, comme un très grand écran AMOLED de 6,7 pouces en Full HD+, ou encore l’un des SoC les plus puissants sur le marché, le Snapdragon 888.

Prise en main Samsung Galaxy Z Flip 3

Le Samsung Galaxy Z Flip 3 // Source : Frandroid

Avec ce smartphone, Samsung mise en outre énormément sur le côté « stylé » du portable à clapet, encore bien présent à l’esprit de nombreux utilisateurs. Sur ce modèle, Samsung a en outre agrandi l’écran extérieur, qui mesure désormais 1,9 pouce et qui affiche de nombreuses fonctionnalités. De plus, contrairement à son grand frère, le Fold 3, une fois déplié, il conserve ce côté « portable normal », là où le Fold une fois déplié se rapproche davantage d’une tablette.

Le Z Fold 3 remballe le Note 2021

Passons au Galaxy Z Fold 3 justement. Commençons par dire qu’il se situe dans une gamme de prix encore supérieure. L’ultra ultra haut de gamme pourrait on dire, puisqu’il coûte 1799 euros.

Il justifie ce prix par de nombreuses nouvelles technologies, comme la présence d’une caméra sous l’écran une fois déplié, l’écran pliable bien entendu, mais aussi le renforcement de sa résistance à l’aide d’un châssis taillé dans un aluminium ultrarésistant.

Prise en main du Samsung Galaxy Z Fold 3

Le Samsung Galaxy Z Fold 3 // Source : Frandroid

N’oublions pas non plus le support d’un tout nouveau S-Pen, qui achève de placer ce Fold 3 comme un remplaçant du Galaxy Note 2021 comme smartphone tourné vers la productivité.

L’addition reste salée pour s’offrir un smartphone pliable, mais la technologie et la résistance s’améliorent, amenant peu à peu ses produits à rejoindre le domaine du viable. Nul doute que pour certains, la révolution du smartphone n’est pas encore là. Peut-être faudra-t-il attendre les smartphones à écran enroulable pour cela ?

Vous êtes plutôt Z Flip que Z Fold

Cette semaine, nous avons donc voulu savoir si vous préfériez le format du Z Flip ou celui du Z Fold, ou plus précisément : un smartphone que l’on peut plier afin de le rendre ultra compact ou un smartphone que l’on peut déplier pour obtenir une tablette et ainsi profiter d’une surface d’usage plus grande.

À notre grand étonnement, les résultats sont assez tranchés et vous êtes 47 % à préférer le format compact du Z Flip 3, contre seulement 33 % pour le Z Fold 3.

Vous préférez le Z Flip au Z Fold

Vous préférez le Z Flip au Z Fold

Il reste tout de même 20 % de répondants indécis entre ceux qui n’en aime aucun (11 %) et ceux qui aiment aussi bien l’un que l’autre (9 %).

Les derniers articles