Samsung vient d’officialiser les nouveaux Galaxy Note 10 et Galaxy Note 10+. La gamme ayant enfin atteint le symbolique nombre de 10, nous vous proposons de revenir sur les appareils qui l’ont marquée.

On l’oublie souvent, mais Samsung a été novateur sur le marché des smartphones au point d’influencer ce qui est admis aujourd’hui. Et cela, on le doit à la gamme Note.

Avant celle-ci, l’idée de « fusionner » smartphone et tablette était impensable. Mais après avoir poussé de plus grandes diagonales sur cette gamme, il a réussi à transformer les visages de nos smartphones modernes. Alors que les Samsung Galaxy Note 10 ont été officialisés, revenons sur l’histoire de la gamme et les changements importants apportés par chacun de ses représentants.

Notre vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Samsung Galaxy Note : l’origine

Le tout premier Samsung Galaxy Note a été annoncé en 2011. Pour comprendre son impact, il faut toutefois le replacer dans son contexte. Avec son écran de 5,3 pouces en définition HD, alors que les smartphones étaient loin d’atteindre ces diagonales à l’époque (la moyenne était à 3,5 pouces), il est apparu comme un véritable mastodonte sur le marché.

Notez que l’époque n’était pas au « borderless » et aux ratios d’affichage exotiques. Aussi, le téléphone était long, mais aussi très large, avec un bouton Accueil prenant une bonne partie de son menton. Le téléphone marque aussi l’introduction du S-Pen, un stylet que l’on jugeait mort à l’époque suite à l’avènement des écrans capacitifs.

Malgré ces « chocs », il se sera tout de même vendu à plus de 10 millions d’exemplaires à travers le monde, prouvant à Samsung l’intérêt de la gamme.

Samsung Galaxy Note II : la douce amélioration

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Le Samsung Galaxy Note II, sorti en 2012, a tout simplement renforcé les premiers pas de la gamme. Avec son écran de 5,5 pouces, il a confirmé plus avant l’intérêt du public pour ces larges diagonales. À l’époque, la qualité de son écran a particulièrement marqué, lançant la démarche aujourd’hui attendue de Samsung de lui offrir toujours le meilleur écran du marché.

La plus grande amélioration est à voir du côté du S Pen. Grâce à l’amélioration de la couche tactile du smartphone, Samsung a pu proposer un stylet toujours plus précis commençant à plaire aux dessinateurs de tout bord. Avec l’introduction de nouvelles fonctionnalités logicielles sur l’interface Samsung, comme l’écran partagé ou les gestes du S Pen, il est devenu toujours plus attirant pour les professionnels habitués au Palm d’antan.

Il se sera vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde.

Samsung Galaxy Note 3 : le cuir-moustache

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

En 2013, Samsung n’a pas lésiné. Son Galaxy Note 3 devient encore plus grand, à 5,7 pouces de diagonale, et supporte enfin la définition Full HD. Techniquement il est désormais capable de filmer des vidéos en 4K (pendant seulement 5 minutes cependant) et profite d’une connexion en USB 3.0 encore rare à l’époque.

Mais évidemment, ce qu’on retiendra de celui-ci est l’introduction du design en cuir synthétique de son dos, vu comme un look très professionnel pour l’époque. Il a rapidement atteint les 2 millions de vente, en seulement 2 mois sur le marché.

Samsung Galaxy Note 4 : le digital

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Le Samsung Galaxy Note 4 sorti en 2014 n’a pas cherché à révolutionner la formule, mais bien à la raffiner. En termes de design, il aura réduit toujours un peu plus ses bordures, et aura fait revenir la forme plus carrée de l’original sur le devant de la scène. Concernant l’écran, nouvelle amélioration de la zone tactile, pour un S Pen toujours plus précis.

Comme toujours, la qualité de son écran fut particulièrement remarquée. Pour la gamme, c’était aussi le premier à intégrer un lecteur d’empreintes, incorporé au sein du bouton accueil sous l’écran. Il est revenu à l’USB 2.0, mais pour une bonne raison : ce fut le premier smartphone Samsung à intégrer la recharge rapide Quick Charge 2.0, surnommée Fast Charge.

Ce modèle est l’un de ceux ayant propulsé l’acceptation par le grand public de la gamme Note. Il se sera vendu à 4,5 millions d’unités en seulement un mois.

Samsung Galaxy Note Edge : l’original

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Le Samsung Galaxy Note 4 n’est pas arrivé seul. Il a été accompagné du tout premier écran de smartphone « souple » intégré à un appareil Samsung : le Galaxy Note Edge. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser en 2019, il était incurvé uniquement sur le côté droit.

Outre cette spécificité matérielle, il avait également le droit à quelques fonctionnalités logicielles particulières. Cet écran incurvé pouvait être utilisé en veille pour afficher quelques notifications, comme une sorte de réveil une fois posé à plat. Surtout, c’est là qu’est apparu le volet de raccourci disponible par la suite sur les appareils Samsung, qui était conçu afin d’occuper l’espace de cet étrange arrondi.

Samsung Galaxy Note 5 : l’oublié

Finalement, ce premier essai avec le Galaxy Note Edge en 2014 se conclura par l’intégration d’un écran doublement incurvé sur… le Galaxy S6 Edge+, reconnu comme une sorte de Galaxy Note qui s’ignore, en 2015. Tant est si bien que nous n’avons pas eu le droit au véritable Note cette année en Europe, mais uniquement au S6 Edge très grand format.

Nous n’avons pour autant pas loupé grand-chose. S’il a adopté le dos en verre de ses compères de la gamme S, le Galaxy Note 5 n’a pas avancé de grands changements par rapport à ses prédécesseurs. L’année était à l’hésitation sur les écrans incurvés du côté de Samsung, qui n’a pas tenté le diable.

Samsung Galaxy Note 7 : l’explosif

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Difficile de ne pas se souvenir du Samsung Galaxy Note 7, n’est-ce pas ? Sorti en 2016, et après avoir sauté un numéro pour revenir à la même nomenclature que la gamme S, il avançait le retour de la certification IP68 et des cartes SD. Il était aussi le premier à intégrer un port USB type C, un écran compatible HDR doublement incurvé, un lecteur d’iris pour sécuriser l’appareil, une précision toujours plus haute pour le S Pen… et se voulait être un monstre d’autonomie avec une large batterie de 3 500 mAh.

C’est cette dernière qui lui aura fait défaut. Ayant des soucis de conception, les batteries sont une à une entrées en combustion spontanée, forçant Samsung à un rappel massif de l’appareil. Le constructeur a bien tenté de limiter la casse avec des mises à jour logicielles, mais rien n’y a fait, le forçant à de plates excuses envers les acheteurs du smartphone.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Sur le territoire asiatique, un modèle Galaxy Note 7 « FE » (pour Fan Edition) a été rendu disponible, muni d’une batterie plus petite, mais sans risque.

Samsung Galaxy Note 8 : le visuel

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

S’en est suivi en 2017 le Galaxy Note 8. Samsung avait clairement à cœur de reconquérir le public, et l’a fait au prix d’une forte campagne de communication non seulement sur son nouveau processus de vérification de ses batteries, mais aussi en passant par des sollicitations de fans pour participation.

Le Galaxy Note 8 fut le premier appareil de la gamme à intégrer en son dos un double capteur photo, à savoir un capteur classique et un téléobjectif… avec un lecteur d’empreintes accolé, ce qui n’a pas été sans problèmes. Comme la gamme S en son temps, il a commencé à lutter contre les bordures de l’écran et a fait fi du bouton accueil au profit d’un lecteur d’empreintes à l’arrière. Le Note 8 était tout simplement un Note 7 amélioré, dont les nouveautés ont été bien accueillies du fait de la disparition de ce dernier.

Samsung Galaxy Note 9 : le magicien

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Enfin, le Samsung Galaxy Note 9 en 2018. Ce dernier a continué l’élan borderless en affinant toujours plus sa silhouette, et notamment son front et son menton. Il marque aussi la fin de la période de peur de Samsung, qui a osé intégrer une batterie de 4 000 mAh sur son dernier modèle.

On retiendra surtout de lui l’évolution majeure du S Pen sur cette mouture, qui peut être utilisé comme une petite télécommande Bluetooth à distance pour contrôler son écran ou son appareil photo. D’ailleurs, sur ce terrain, il a réorganisé ses capteurs photo afin de les placer à la verticale, évitant que nos gros doigts se collent sur les objectifs plutôt que le lecteur d’empreintes à l’arrière.