SFR : le fisc voit rouge et redresse l’opérateur pour 245 millions d’euros

TVA bien

 

SFR abandonnerait son kiosque à journaux numériques, déçu que son astuce financière n'ait pas dupé le fisc.

Coup dur pour SFR ! Selon les informations de Capital, l’administration fiscale serait en train de contrôler le bilan 2017 de l’opérateur au carré rouge afin de lui taper une nouvelle fois sur les doigts. En cause, l’option « kiosque presse » imposée à ses abonnés afin de profiter d’une TVA avantageuse.

Lire et compter

En 2016, SFR intégrait gratuitement à ses forfaits une option de kiosque numérique permettant aux abonnés d’accéder à un bouquet illimité de titres de presse. Un cadeau à première vue très bienveillant qui cachait en réalité bien plus qu’un simple atout marketing pour mettre en valeur ses abonnements par rapport à ceux de la concurrence.

En effet, outre le fait de pouvoir mettre en avant Libération et L’Express, deux journaux appartenant au groupe Altice (maison-mère de SFR), cette option SFR Presse était bien facturée aux abonnés, bien que ceux-ci profitaient automatiquement d’une remise du même prix. Ainsi, s’ils ne payaient pas, leur forfait comprenait tout de même une option « presse » à 19,99 euros pour laquelle SFR ne s’acquittait que d’une TVA réduite à 2,1 %, contre 20 % pour les services internet et télécoms.

Ce montage financier aurait ainsi permis à SFR d’économiser 20 millions d’euros de taxes par mois, soit 420 millions d’euros sur les 21 mois qu’a duré l’opération, de juin 2016 à février 2018.

Le retour de bâton

Loin d’être dupe, Bercy aurait donc notifié au groupe un redressement fiscal pour l’année 2016 et serait en train de contrôler l’année 2017, toujours selon les informations de Capital. Bien que les détails ne soient pas connus, les sommes réclamées s’élèveraient déjà à 451 millions d’euros.

Rappelons néanmoins que SFR n’est pas le seul à profiter de ces zones grises financières et que certains de ses concurrents, dont Orange et Bouygues Telecom, avaient suivi le même chemin.

La fin de SFR Presse

Devenue beaucoup moins rentable, l’application SFR Presse ne semble plus être une priorité pour le groupe de Patrick Drahi. Après s’être débarrassé de L’Express en 2019 et avoir entamé le processus de transfert de Libération, Altice planterait le dernier clou dans le cercueil de ses velléités dans les médias (exception faite de BFM et RMC) en revendant SFR Presse.

Le Figaro affirme en effet savoir que le kiosque numérique serait en passe d’être racheté par Cafeyn, ex-LeKiosk, pour la somme de 5 millions d’euros. Milibris, une plateforme évolutive permettant la lecture des journaux, magazines et livres en version numérique appartenant également au groupe serait concernée dans la transaction.

Le rapprochement des offres télécom et média pourrait donc se montrer en berne désormais…

Les derniers articles