Entraperçu en janvier dernier, le concept de smartphone doublement pliable imaginé par Xiaomi serait attendu entre le mois d’avril et juin 2019. Surtout, sa grille tarifaire chatouillerait les 1000 euros, soit le prix d’un smartphone très haut de gamme d’aujourd’hui.

Il y a encore deux mois, le smartphone pliable de la marque Xiaomi s’octroyait une petite sortie sous forme de concept. Un concept qui devrait visiblement aboutir à un produit final d’ici peu, si l’on en croit le média Igyaan, relayé par GSMArena.

Selon des « investisseurs proches des chaînes de production » interrogés par le site, le produit flexible du groupe asiatique devrait faire l’objet d’une présentation officielle entre les mois d’avril et juin 2019.

Xiaomi Mi Fold à moins de 1000 euros

Un événement principal organisé en Chine, suivi de conférences secondaires tenues au sein des marchés visés, constitueraient la feuille de route de l’appareil. Xiaomi jouerait aussi la carte du concurrent prêt à tirer les prix du marché vers le bas, en fixant la grille tarifaire de son modèle pliable à 999 euros.

Ce serait, en somme, deux fois moins cher que le Samsung Galaxy Fold, introduit à 2000 euros. Le Huawei Mate X, de son côté, grimpe même à 2229 euros. Le Mi Fold/Flex se retrouverait en fait dans le même panier que des smartphones très haut de gamme tels que le Samsung Galaxy S10+ (1009 euros), l’iPhone XS (1158 euros) ou le Huawei Mate 20 Pro (999 euros). Ce positionnement tarifaire pourrait ainsi faire de l’ombre à Samsung et Huawei.

Pour faire des économies, Samsung aurait été écarté

Toujours selon Igyaan, Xiaomi aurait fait appel au savoir-faire de Visionox pour concevoir les fameux écrans pliables, soit un acteur moins onéreux en termes de coût de production que le spécialiste du genre Samsung. Le smartphone flexible de la firme de l’Empire du Milieu se distinguerait quant à lui par son mode de fonctionnement : doublement pliable, comme vu sur le concept.

Cependant, il faudra faire preuve de patience avant de pouvoir tirer le vrai du faux dans cet affaire. Igyaan n’est pas (du moins, pour le moment) une source réputée. Tout est donc à prendre avec prudence et mesure.