Xiaomi travaillerait sur des appareils sans-fil équipés de puces maison

Qualcomm pourrait se frotter les mains !

 

Xiaomi, semble avoir décidé d'abandonner son idée de créer des SoC pour smartphones en interne. Il concentrerait à la place ses efforts sur les puces de produits sans-fil.

En début d’année 2017, Xiaomi travaillait à la conception d’un chipset baptisé Surge S1. Un brin rudimentaire, cette puce était pourtant porteuse d’une belle promesse pour Xiaomi, qui souhaitait alors emboîter le pas d’Apple, Samsung ou encore Huawei en développant ses propres processeurs pour smartphones. Près d’un an plus tard, la rumeur courrait que le constructeur chinois s’apprêtait à dévoiler une nouvelle version de son SoC maison, le Surge S2, lors de sa venue au MWC 2018… Il n’en fut rien. Entre temps, le projet subissait les affres de plusieurs réorientations consécutives, menant pourtant à des discussions avec le Taïwanais TSMC, note GSMArena.

Au printemps 2019, une partie de sa division Pinecone, chargée du développement de ces chipsets, était finalement réaffectée à la conception de SoC ayant l’IA et l’IoT en ligne de mire. On apprend aujourd’hui que ce changement de cap s’accentue.

Xiaomi continuerait à travailler sur des chipsets maison… mais plus du tout pour smartphones

D’après une source au sein de l’industrie citée par GizmoChina, Xiaomi se concentrerait actuellement sur la création de puces basse consommation pensées pour les appareils Bluetooth, les produits sans-fil, et les composants de périphériques. Des puces infiniment moins complexes et ambitieuses que des SoC censés faire fonctionner des applications sur smartphones, mais pour Xiaomi l’objectif serait avant tout de trouver un équilibre financier sur ce secteur tout en conservant un portfolio compétitif de produits, et notamment de smartphones.

Si l’information se vérifie, et elle est en l’état crédible, Xiaomi continuerait donc de s’appuyer sur ses fournisseurs de SoC actuels pour ses prochains smartphones, à savoir Qualcomm et MediaTek. Une excellente nouvelle pour les deux firmes, qui pourraient ainsi conserver l’un de leurs plus gros clients.

Pour rappel, le Surge 1 était un SoC ARM relativement basique, basé sur un procédé de gravure en 28 nm. Il embarquait notamment huit cœurs Cortex-A53 et quatre cœurs graphiques Mali-T860. Il fut utilisé sur un seul et unique smartphone : le Xiaomi Mi 5c. Le Mi 6c, son remplaçant, était censé intégrer un certain Surge S2, mais ledit processeur n’a jamais vu le jour… la faute à des problèmes techniques imprévus que Xiaomi n’aurait, selon GSMArena, jamais pris soin de résoudre.

Les derniers articles