Test du HyperX Cloud Alpha S : l’évolution d’une référence

Une évolution vraiment nécessaire ?

 

Introduction

Deux ans après la première itération très remarquée du Cloud Alpha, HyperX offre une nouvelle version « S » à l’un de ses casques de jeu les plus plébiscités. Vraies nouveautés ou simple coup marketing ? Réponse dans notre test complet.

Test du HyperX Cloud Alpha S

HyperX Cloud Alpha S // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Mise à jour : Nous avions initialement attribué la note de 8/10 au HyperX Cloud Alpha S. Cependant, après plusieurs jours d’utilisation et de comparaison avec le Cloud Alpha premier du nom, il apparaît que le contenu du test sur la partie audio ne reflétait pas assez fidèlement la réalité. Notre test a été mis à jour en conséquence.

Le casque gamer HyperX Cloud Alpha S entend reprendre la base de son prédécesseur en lui ajoutant quelques nouveautés avec notamment l’apparition d’une carte son USB apportant son lot de fonctionnalités comme la gestion de la balance jeu/chat et un son surround 7.1 virtuel.

Proposé pour 30 euros de plus que son aîné, soit 130 euros, le Cloud Alpha S reste un casque relativement accessible et qui semble avoir de solides arguments pour nous convaincre, surtout s’il fait aussi bien que le modèle qu’il remplace. Voici notre test complet.

Un design éprouvé et convaincant

Concernant le design de ce nouveau modèle, HyperX ne prend pas beaucoup de risques puisque la marque a tout simplement décidé de réutiliser la recette qui avait fonctionné sur le Cloud Alpha premier du nom. Le modèle que nous testons aujourd’hui est présenté dans une version entièrement noire du plus bel effet, mais il est également disponible avec quelques touches de bleu.

Contenus de la boîte du HyperX Cloud Alpha S

Le contenu de la boîte // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Le Cloud Alpha S est bâti autour d’un arceau dans lequel viennent coulisser les armatures métalliques qui maintiennent les deux oreillettes. Cet arceau est joliment agrémenté d’un faux cuir surpiqué qui apporte un cachet non négligeable à l’ensemble et où trône également le logo de la marque, pressé en relief. Cet arceau est rembourré avec une mousse recouverte de similicuir qui aurait gagné à être un peu plus dense.

Arceau HyperX Cloud Alpha S

L’arceau du Cloud Alpha S // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Sur le plan du confort, l’arceau qui sert de base au Cloud Alpha S se révèle relativement souple et permet ainsi au casque de ne pas trop serrer le crâne, même après plusieurs heures d’utilisation. De plus, la taille du casque pourra être adaptée en faisant coulisser les armatures métalliques au niveau de l’arceau. Seul regret selon nous, les crans proposés manquent légèrement de résistance et il arrive qu’ils « sautent » lorsque l’on met le casque sur la tête. À noter que, comme le reste de la gamme HyperX, le Cloud Alpha S est adapté aux grosses boites crâniennes.

En descendant le long de la structure, on découvre des oreillettes qui sont en tous points similaires à celles qui équipaient le Cloud Alpha. Elles sont ici recouvertes d’un revêtement doux qui aurait pu être parfait s’il n’était pas protégé dans la boite par un plastique laissant de grosses traces d’adhésif lorsqu’on le retire… À noter qu’à la différence d’un Cloud Flight S, les oreillettes ne pivotent pas sur le plan vertical, rendant le casque inconfortable si on le porte autour du cou. Toujours sur le plan du confort, les mousses ont également été revues et sont maintenant un peu plus épaisses avec un matériau semblable à celui de l’arceau.

À noter d’ailleurs qu’un jeu supplémentaire de mousse pour les oreillettes est présent au fond de la boite, en plus du petit sac de transport en tissu. Ce jeu est ici recouvert de tissu pour plus de respirabilité. En effet, les mousses en similicuir ont tendance à procurer un effet de chaleur qui peut devenir désagréable pour certains utilisateurs.

Les deux oreillettes sont équipées d’une glissière de réglage des basses fréquences qui n’étaient pas présentes sur le modèle originel. Le système étant entièrement mécanique, il faudra ainsi effectuer le réglage sur les deux oreillettes. Nous reviendrons sur le fonctionnement et le rendu sonore dans la suite du test. Au-delà de cet ajout, c’est l’oreillette gauche qui accueille la connectique du Cloud Alpha S. On y trouve l’entrée jack à relier à notre PC ainsi qu’une autre entrée jack dédiée au microphone amovible.

Le microphone reste quant à lui similaire à ce que propose habituellement la marque. Il profite d’une perche à mémoire de forme pour permettre un placement idéal de celui-ci. Bon point également, HyperX a eu la bonne idée de fournir une petite bonnette pour limiter les effets de souffle et les « pop ».

Micro du HyperX Cloud Alpha S

Le microphone dispose d’une perche à mémoire de forme // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Globalement, sur le plan du design et de l’ergonomie, cet Alpha S fait un quasi-sans-faute. On profitera ici d’un casque assez joli, bien construit et particulièrement confortable. Si c’est une habitude pour les casques de la marque, il convient ici encore de saluer le travail fait par HyperX sur ce nouveau modèle.

De nouvelles fonctionnalités avec une carte son dédiée

Si le premier Cloud Alpha était livré avec une simple rallonge jack, cette version S profite d’une vraie nouveauté avec l’arrivée d’une rallonge USB dotée d’une carte son intégrée. Entendons-nous bien, le casque peut être utilisé en jack, sur n’importe quel appareil, mais la carte son permettra de lui offrir quelques fonctionnalités supplémentaires.

HyperX Cloud Alpha S déballé

Le casque et sa télécommande // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Cette carte son se présente sous la forme d’une petite télécommande pourvue de nombreux boutons, d’un petit clip et qui dispose d’un câble tressé d’environ 2 m. Si l’idée est bonne, la réalisation l’est un peu moins. En effet, le câble allant du casque à la télécommande est un peu trop long et cette dernière à tendance à pendre un peu trop à notre goût. Un câble USB plus long et un câble jack plus court auraient selon nous, eu plus d’intérêt.

Sans ordre particulier, on profite ici de deux boutons dédiés aux réglages du volume système, un bouton mute pour couper le micro ainsi qu’un bouton permettant d’activer ou désactiver la spatialisation 7.1. À noter que ces deux derniers boutons sont lumineux pour pouvoir connaître leur état d’un simple coup d’oeil. Petit détail supplémentaire : un appui long sur le bouton mute permet d’activer le retour audio de ce dernier dans les oreillettes.

Télécommande HyperX Cloud Alpha S

La télécommande dispose de boutons allumés en fonction de l’état des fonctions associées // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Enfin, deux autres boutons sont dédiés à la gestion de la balance audio entre le jeu et le chat vocal. En effet, à la connexion du casque à notre machine, deux sorties audio sont détectées. L’une sera réservée à nos jeux et l’autre aux logiciels de communication. Il sera alors possible, à la volée, de régler finement la balance pour augmenter le volume de Discord par exemple, si vous entendez mal vos alliés au-dessus du son de votre jeu. Ceux qui ont l’habitude de jongler entre les différents outils de chat vocal comprendront l’intérêt d’une telle fonctionnalité.

Nous devions normalement consacrer cette partie au pilote NGenuity proposé par la marque, mais ce dernier se révèle (presque) totalement inutile avec le Cloud Alpha S puisque toutes ses fonctionnalités sont conservées, que le pilote soit lancé ou non, à l’exception de la gestion des profils de spatialisation 7.1 sur lesquels nous reviendrons plus loin. Il pourra simplement être utilisé pour consulter l’état du casque ou gérer ses fonctions sans la télécommande même si cela n’a pas beaucoup d’intérêt.

HyperX NGenuity

Aperçu de l’interface du pilote HyperX NGenuity

Comme indiqué au début de cette partie, le casque en lui-même est indépendant de la carte son et pourra ainsi être utilisé sur n’importe quel appareil sans que cela n’altère ses performances sonores. Seules les fonctionnalités liées à la carte son en elle-même seront logiquement inopérantes. De la même façon, la carte son pourra être utilisée avec n’importe quel autre casque.

Une légère déception sur la partie audio

S’il y a bien un point où le Cloud Alpha a fait sensation, c’est pour sa qualité audio. On profitait à l’époque d’un casque au rendu sonore parfaitement maitrisé et globalement très juste qui le rendait efficace aussi bien en jeu que pour profiter de nos contenus musicaux. HyperX n’a donc pas cherché très loin et a repris tout ce qui faisait la force de ce modèle, le résultat n’est par contre pas aussi convaincant qu’espéré.

Les oreillettes abritent toujours des transducteurs dynamiques de 50 mm avec une conception double chambre permettant au casque de délivrer des basses rondes qui n’étouffent pas le reste du spectre. L’expérience proposée ici est intéressante avec une stéréophonie correcte et un ensemble qui sonne juste. Malheureusement, à l’oreille, l’expérience sonore n’est pas aussi convaincante que le premier Cloud Alpha. Le résultat est ici un peu plus brouillon et moins plaisant pour de l’écoute musicale avec notamment des voix légèrement nasillardes.

Casque HyperX Cloud Alpha S

Le casque dispose de glissière de réglage des basses // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Avec l’arrivée des glissières de réglage des basses fréquences, HyperX laisse donc à l’utilisateur le choix de gérer lui-même le niveau de basse du casque. L’idée ici est d’ouvrir plus ou moins la chambre de résonance pour laisser « respirer » les basses. Plus l’ouverture sera grande, plus les basses seront présentes. À l’inverse, lorsque l’on ferme complètement le casque, les basses sont plus qu’étouffées, ce qui permet de se concentrer sur les voix d’un podcast par exemple.

Après une rapide comparaison, il apparait que le réglage central, moyennement ouvert, offre un rendu similaire, en terme de « puissance » des basses, à ce que proposait le premier Cloud Alpha. L’ouverture plus complète de l’ensemble offre un peu plus de punch et de largeur à la scène sonore et on aura d’ailleurs tendance à préférer ce réglage.

HyperX Cloud Alpha S accroché

Vue d’ensemble du HyperX Cloud Alpha S // Source : Edouard Patout pour Frandroid

En jeu, on pourra activer au besoin la spatialisation 7.1 proposée par le casque. L’utilisation du pilote NGenuity permet en plus d’activer automatiquement des profils adaptés à certains jeux en vogue. C’est par exemple le cas de Call Of Duty Modern Warfare, sur lequel nous avons testé principalement le Cloud Alpha S. Le rendu est ici convaincant avec un profil qui tend à séparer un peu plus les différents canaux et permet une meilleure localisation des sons.

Si cette spatialisation ne révolutionne clairement pas les choses, elle a le mérite de fonctionner relativement bien tout en ne dénaturant pas (trop) le son. Il arrive même qu’elle reste activée sans que je m’en rende compte, et ce, même pendant une écoute musicale par exemple, c’est dire…

Pour finir, il convient de parler rapidement du microphone qui délivre des performances tout à fait honorables. La voix est ici clairement retranscrite et ne souffre pas trop de cet effet étouffé que l’on retrouve souvent sur les casques pour joueurs. En somme, il conviendra parfaitement pour échanger avec vos compagnons de jeu mais également, pourquoi pas, pour streamer sur Twitch ou Mixer.

Prix et disponibilité du HyperX Cloud Alpha S

Le casque HyperX Cloud Alpha S est disponible au prix conseillé de 129,99 euros.

Note finale du test
7 /10
Au final, HyperX nous livre ici une évolution intéressante de son Cloud Alpha. Cette nouvelle itération reprend trait pour trait ce qui faisait la force du modèle précédent et y ajoute de nouvelles fonctionnalités globalement convaincantes. On profite ainsi toujours d'un confort excellent et d'une signature sonore intéressante même si elle reste brouillonne et décevante par rapport au modèle précédent.

Les nouvelles fonctionnalités apportées par la carte son/télécommande sont les bienvenues, mais elles sont globalement tout à fait dispensables. Si l'ensemble apporte un confort non négligeable à l'utilisation, tous les joueurs n'en verront pas forcément l'intérêt.

Est-ce que ces nouveautés valent les 30 euros de plus demandés par la marque ? Pas forcément. Si vous êtes déjà un utilisateur satisfait du Cloud Alpha, ce modèle « S » ne changera pas grand-chose à votre expérience et vous perdrez en qualité d'écoute. En revanche, si vous cherchez un simple casque à connecter en jack et sans artifices, tournez-vous plutôt vers le Cloud Alpha premier du nom.
Points positifs
  • Design convaincant
  • Confort indéniable
  • Packaging complet
  • Prestation audio intéressante dans l'ensemble...
Points négatifs
  • ... mais en retrait quand même par rapport au Cloud Alpha
  • Peu d'évolutions réelles par rapport au Cloud Alpha
  • Des nouvelles fonctionnalités pas indispensables

Les derniers articles

  • Essai du BMW iX3 : la passe de trois
    7 /10

    BMW

    Essai du BMW iX3 : la passe de trois

    29 novembre 202029/11/2020 • 18:00