Conduite autonome : voici ce qui va changer pour vous dès l’été 2022 en Europe

Un mode "sans les mains" en passe d'être autorisé

 

Les différents niveau de conduite autonome (de 1 à 5) voient petit à petit leur législation s'assouplir. Dès l'été 2022, ce sera le niveau 3 qui sera permis dans certaines conditions bien précises.

voiture-conduite-autonome

La promesse d’un futur où le véhicule conduit tout seul se rapproche doucement mais sûrement, avec d’une part les avancées technologiques et d’autre part les évolutions des législations en place. Si le niveau 2 de la conduite autonome est déjà permis et en place sur de nombreux véhicules (association d’un régulateur de vitesse adaptatif et d’un maintien actif dans la voie), jusqu’à aujourd’hui il n’était pas possible d’aller plus loin. Toutefois, avec un récent amendement, l’utilisation du niveau 3 sous certaines conditions sera permise en Europe à l’été 2022. Voyons ensemble ce que cela va changer pour vous.

Une conduite sans les mains qui devient possible

Aujourd’hui, il est possible de se laisser conduire pas une voiture partiellement autonome sur voie rapide, sous une condition : ne pas lâcher le volant. C’est notamment le cas avec l’Autopilot de Tesla, qui s’occupe de gérer la vitesse et la direction du véhicule, si et seulement si le conducteur garde les mains sur le volant. Bien que de nombreux véhicules soient aujourd’hui théoriquement capables de faire cela sans que le conducteur ne soit présent, la législation impose encore un maintien du volant par le conducteur.

Tesla Model 3 – Autopilot
Tesla Model 3 en Navigation Autopilot // Source : Bob Jouy pour Frandroid

Ceci étant dit, le 14 janvier dernier un amendement à la loi qui régit les niveaux d’autonomie de la conduite a été adopté, et il autorise désormais l’autonomie de niveau 3 sous certaines conditions. Pour rappel, le niveau 3 est défini comme suit selon l’UNECE :

  • le conducteur n’est pas aux commandes quand les systèmes autonomes sont engagés
  • le conducteur doit reprendre le contrôle quand le système lui demande
  • les systèmes autonomes ne peuvent conduire que dans des conditions définies et si toutes ces conditions sont réunies

Ainsi, la première règle qui stipule que le conducteur n’a pas besoin d’être aux commandes va permettre de ne plus tenir le volant, mais seulement dans certaines circonstances bien particulières comme nous allons le voir ci-dessous.

Conduite autonome de niveau 3 : « oui mais »

La législation sera modifiée le 14 juillet 2022 pour permettre effectivement cette autonomie de niveau 3 mais dans un cadre très particulier qu’il convient de rappeler. Les conditions qui doivent être réunies pour pouvoir effectivement laisser le véhicule piloter de manière autonome sont :

  • la voie de circulation doit être sans piétons ni cyclistes
  • il doit y avoir une séparation physique entre les deux sens de circulation (barrières, terre-plein central…)
  • la vitesse maximale doit être de 60 km/h

Vous l’aurez compris, cette autonomie de niveau 3 se résumera pour le moment peu ou prou aux embouteillages sur autoroute, bien qu’une augmentation de la vitesse maximale autorisée soit d’ores et déjà envisagée. Nous verrons bien dans les faits si cela change quoi que ce soit à partir du 14 juillet 2022 pour les véhicules ayant les capacités de proposer une autonomie de niveau 3, comme Mercedes ou Tesla, ou bien si les constructeurs ne seront pas encore prêts à proposer cette autonomie au grand public.

Fort de son avance sur de nombreux constructeurs en matière de conduite autonome, les Tesla sont parfois mises en avant comme des véhicules aux capacités supérieures à ce qu’elles peuvent réellement faire dans la réalité….
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles