Kia s’électrise toujours plus : une élégante berline confirmée, une citadine à l’étude

C'est Kiarrément cool

 

Le COO de Kia Motors Europe, en la personne d’Emilio Herrera, s’est prêté au jeu de l’interview auprès du média Automotive News Europe. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur les intentions du groupe sud-coréen en matière de mobilité électrique.

Déjà positionné sur le segment des citadines et SUV électriques au travers des Kia e-Soul et e-Niro, le constructeur asiatique Kia cherche à consolider sa position sur le créneau des véhicules zéro émission. Des ambitions matérialisées par le développement de nouveaux projets en la matière, que le Chief Operating Officer (COO) du pôle Europe — Emilio Herrera — a évoqué dans les colonnes d’Automotive News Europe.

Imagine all the people

« Notre but est de lancer une voiture électrique sur tous les principaux segments où nous pouvons rivaliser », lance l’intéressé. Et de poursuivre : « à l’avenir, nous posséderons à la fois des plateformes électriques dédiées et des plateformes modulaires pour les véhicules thermiques et zéro émission ». Cette première option a d’ailleurs été privilégiée pour le concept-car électrique Imagine.

Introduite à l’occasion du salon automobile de Genève 2019, cette berline, qui préfigurait le futur design des quatre roues électrifiés de la marque, aura bel et bien le droit à une version commerciale. Mieux : une production de masse a même été planifiée d’ici « un an ou deux », confirme le directeur général.

La particularité de ce véhicule réside dans son design, dont certaines lignes esthétiques se sont inspirées du style SUV. Son toit panoramique en verre couplé aux portes antagonistes fait aussi leur effet. À l’époque, la filiale de Hyundai s’était montrée très discrète quant aux caractéristiques de son modèle. Le silence reste encore de mise aujourd’hui. Mais il y a fort à parier que la version finale subira quelques modifications visuelles et techniques par rapport au concept présenté début 2019.

Le dirigeant espagnol n’a en revanche pas hésité à pointer du doigt les récents bruits de couloir au sujet d’une Renault électrique à 10 000 euros environ. Cette Dacia (propriété de Renault) low-cost inspirée de la K-ZE ne semble pas « réaliste », de ses dires. « L’un de nos plus grands défis est de fabriquer des véhicules électriques rentables. Et plus la voiture est petite, plus c’est compliqué de gagner de l’argent dessus », assure-t-il.

Une Picanto électrifiée évoquée

« Par conséquent, construire un véhicule zéro émission de 10 000 euros reste très difficile et n’est pas vraiment réaliste ». Un timing opportun pour évoquer l’un des projets actuellement en discussion au sein du groupe asiatique : « Nous savons à quel point ceci est compliqué puisque nous cherchons à produire une version électrique de notre citadine Picanto. Nous ne confirmons rien, mais nous travaillons dessus ».

Pour lui, pas question de proposer une grille tarifaire défiant toute concurrence : « Je ne pense pas que ce modèle pourrait chuter sous la barre des 10 000 euros. Son prix devrait voguer autour des 20 000 euros ».

Les derniers articles

  • Essai du BMW iX3 : la passe de trois
    7 /10

    BMW

    Essai du BMW iX3 : la passe de trois

    29 novembre 202029/11/2020 • 18:00