Cette console portable a une fonctionnalité inédite héritée de la réalité virtuelle

 

Nombreuses sont les consoles portables qui ont été présentées au Computex cette semaine, mais certains prototypes sortent du lot par des propositions techniques radicales. Voici la XPG NIA.

Source : Retro Handhelds

Le salon du Computex est l’occasion de voir un aperçu de produits qui ne seront peut-être pas disponibles avant l’année prochaine, des prototypes issus d’un futur incertain et parfois prometteur. C’est le cas pour la Zotac Zone que nous avons pu prendre en main sur le salon, mais il ne s’agissait pas de la seule console portable présentée à l’évènement.

Alors qu’ont été officialisés l’Asus ROG Ally X et la MSI Claw AI+, un autre fabricant de composants informatiques va visiblement se lancer sur le marché, avec une proposition technique qui pourrait lui permettre de se démarquer de ses concurrents bien installés.

La première console portable avec rendu fovéal

De nombreux journalistes ont pu prendre en main la console NIA de la marque XPG, notamment connue pour ses composants mémoires (RAM, SSD), mais aussi ses alimentations, systèmes de refroidissements ou encore boitier. Toute son expertise se réunit dans la NIA, une machine avec deux propositions fortes. La première, c’est l’intégration du rendu fovéal, une technologie qu’on retrouve généralement du côté des casques de réalité virtuelle comme le PS VR2, mais aussi le Meta Quest Pro.

Source : AnandTech

Sommairement, il s’agit ici de suivre les yeux du joueur pour effectuer un rendu en définition maximale sur les zones de l’écran qu’il regarde, alors que les zones périphériques sont calculées avec un rendu en définition inférieure. Les performances sont ainsi supérieures pour une expérience visuelle en théorie identique.

Ici, la XPG NIA exploite la technologie Eyeware proposée par l’APU AMD de la console qui devrait utiliser la caméra intégrée au-dessus de l’écran pour suivre précisément le mouvement des yeux. Mais si le rendu fovéal reste pertinent pour des casques de VR, dans lesquels les joueurs sont physiquement immergés, le doute reste permis sur une machine avec un écran de 7 à 8 pouces.

Une mémoire DRAM remplaçable par l’utilisateur

L’autre nouveauté de cette XPG NIA réside dans sa plus grande modularité, et notamment l’intégration de modules mémoires LPCAMM2 qui pourront être remplacés par l’utilisateur pour augmenter la mémoire DRAM de leur console jusqu’à 64 Go. À noter que le SSD au format M.2 2230 sera lui aussi remplaçable facilement, à l’instar des consoles d’Asus et MSI.

Source : Golem

Pour le reste, XPG n’a pas encore finalisé la fiche technique de sa machine, qui devrait donc intégrer un APU AMD, même si le doute subsiste encore le classique Ryzen 7 8840U ou le Ryzen Z1 Extreme déjà présent dans la ROG Ally. Malheureusement, le constructeur pourrait accuser un certain retard, quand on sait que les nouvelles architectures de Intel et AMD pourront s’inviter dans les futures consoles portables de 2025, l’année de sortie prévue de la XPG NIA.

Mais le prix pourrait lui permettre de se démarquer : VideoCardz rapporte que plusieurs journalistes sur place ont reçu d’ADATA, maison mère de XPG, un tarif inférieur à 600 dollars et même proche des 500 dollars, proche d’un Steam Deck OLED.


Les derniers articles