Voici ce que pourrait être la prochaine évolution des écrans OLED, et c’est impressionnant

Écrans gonflés : l'avenir des OLED prend de la hauteur

 

Alors que nos écrans de smartphones sont désormais majoritairement OLED, offrant un contraste élevé, une luminosité élevée, du HDR et des angles de vision impressionnants, sans oublier leur capacité à être pliés, on peut se demander quelle sera la prochaine étape de leur évolution. La réponse pourrait nous surprendre et ouvrir la voie à des innovations inattendues.

Source : Onur Binay sur Unsplash

L’idée d’écrans tactiles haptiques n’est pas nouvelle. Apple a déjà exploré cette technologie avec le concept Tactus, initialement prévu pour les iPad et les iPhone. Cependant, cette innovation n’a pas encore été largement adoptée.

Une équipe de chercheurs du Future Interfaces Group travaille actuellement sur un écran OLED composé de segments gonflables. Leur objectif est de simuler des touches et des boutons haptiques sur des écrans tactiles plats en faisant dépasser des zones individuelles du panneau jusqu’à cinq millimètres.

Rendre un écran cliquable

Dans une vidéo publiée par Future Interfaces, un prototype de la nouvelle technologie haptique est présenté. Il s’agit d’un écran OLED divisé en plusieurs matrices (30 au total), dont chaque élément individuel peut être contrôlé via un microcontrôleur et gonflé grâce à de petites pompes situées sous la couche flexible.

Ces pompes fonctionnent selon le principe de l’électroosmose, qui permet de diriger les particules chargées d’un liquide à l’aide d’un champ électrique externe. Les particules chargées positivement sont attirées par les solides chargés négativement dans le liquide, facilitant ainsi leur collecte.

L’écran haptique est divisé en trois segments distincts, composés de plusieurs couches individuelles : la couche réservoir, la couche pompe et la couche sortie. L’équipe de recherche a également démontré le fonctionnement du prototype en y ajoutant un écran OLED flexible. Grâce à la matrice haptique, divers éléments de l’interface graphique, tels que les icônes et les boutons, peuvent être animés en se déplaçant de haut en bas. Les éléments non pressés peuvent également ressortir et se rétracter après avoir été pressés. Cela suffit pour créer des caractéristiques tactiles dynamiques à l’échelle du millimètre. Cela permettrait, par exemple, de créer un clavier « physique » sur un écran plat.

Il reste à voir si ces écrans tactiles haptiques gonflables seront adoptés par les grands fabricants. Toutefois, cette innovation promet d’offrir une expérience utilisateur plus immersive et pourrait révolutionner notre interaction avec les appareils tactiles, nos smartphones, nos PC, nos tablettes… et pourquoi pas les interfaces dans nos voitures.

Effectivement, un véritable effort d’ergonomie est constamment effectué dans les voitures pour simplifier les cockpits, réduire le nombre de boutons et se concentrer sur des écrans dont l’interface peut être mise à jour à distance. Grâce à cette technologie, il serait possible de combiner les avantages des deux approches : la sécurité offerte par les boutons physiques et la polyvalence des écrans tactiles.